Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/10/2007

Musique : Joy Division

Dans le cadre du cross-over du Golb, voici une critique à caractère musical.

J'ai longtemps hésité avant de choisir le sujet de cette critique :
- parler de l'actualité musicale? : le dernier album de Manu Chao (qui est finalement sans surprise mais agréable à écouter), Ronan Luce (écouté suite à un billet de Tamara et aimé également),
- parler d'un des groupes que j'aime? : dans le désordre et liste non exhaustive : les Pixies et surtout Where is my mind (que Fishturn vient d'ailleurs d'utiliser dans une série de billets troublants), Aston Villa (en plus le « 7 juin 2008 » approche), Dyonisos (fabuleux en concert!), les Wampas; , les White stripes, Radiohead, Stereophonics
- parler de ma découverte du « rock des années 70 », ignorance abyssale de cette époque que je comble peu à peu depuis un ou deux ans avec comme dernières écoutes en boucle : Led Zeppelin ou David Bowie (Ziggy).
Pour ma mère le rock s'est arrêté dans les années 60, donc je connais tous les classiques - et suis fière d'avoir vu Chuck Berry en concert! – ma démarche rock n'a repris qu'à la fin des années 80, une fois ma crise enfantine avec Chantal Goya finie :) D'où ce trou dans ma culture!

Et puis, le sujet s'est imposé de lui-même grâce au film Control : Joy division. Je connaissais un tout petit peu Joy Division grâce à l'excellente émission l'odyssée du rock de Oui Fm. Deux titres en fait : Atmosphère et Love will tear us apart.

Joy Division est une comète de la new wave anglaise puisque formé en 1977, il sera dissout 3 ans plus tard à la mort de son chanteur Ian Curtis. Ian Curtis s'est en effet donné la mort.

Au début, la musique paraît très froide, presque mécanique. C'est dans la profondeur des textes qu'il faut aller puiser la grâce. J'avoue que sans le film Control, je serais d'ailleurs passée à côté. Je trouve la voix de Ian Curtis habitée, impression renforcée par son regard lors des photos des rares concerts du groupe.



Pour Love will tear us apart, je suis surtout sensible aux paroles que voici et qui traite de la fin d'un amour :

Love Will Tear Us Apart
When routine bites hard
And ambitions are low
And resentment rides high
But emotions won't grow
And we're changing our ways
Taking different roads
Love, love will tear us apart again

Why is this bedroom so cold?
You turned away on your side
Is my timing that flawed?
Am I feeling surprised?
(or - our respect runs so dry)
Yet there's still this appeal
That we've kept through our lives
Love, love will tear it apart again

You cry out in your sleep
All my feelings exposed
And there's a taste in my mouth
As despiration takes hold
Yet, that something's so good
Just can't function no more, when
Love, love will tear us apart again

Pour Atmosphere c'est plutôt la musique qui me "parle" et le son de la voix de Ian Curtis (ici d'ailleurs les paroles sont beaucoup plus simples mais tout aussi prenantes, c'est ici)



Vous pouvez écouter les titres de Joy Division sur Deezer.