Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/10/2008

Mayu Shinjo : Kaikan Phrase 1 & 2

Aïné, jeune lycéenne tout à fait banale, mais possédant un réel talent d'écriture, perd le texte qu'elle avait écrit pour un concours de chanson. Plus tard, elle entend les paroles qu'elle a écrites lors d'un concert rassemblant 50 000 personnes au Tokyo Dôme ! Sakuya, le chanteur du célèbre groupe Lucifer a récupéré son texte et l'a mis en musique ! Il demande alors à Aïné de devenir la nouvelle parolière du groupe... A la seule condition d'écrire des chansons érotiques...




Et non le maintenant fameux thème Galipette du club des théières n'est pas de retour. Pourtant même s'il ne remplit pas tout à fait le contrat, ce manga aurait certainement eu sa place dans nos lectures d'été.
Imaginez : une adolescente tombe amoureuse d'une sulfureuse rock star qui lui demande de devenir la parolière de son groupe.
Alors bien sur, je pourrais sortir la caution intellectuelle : ouiii (accent snob quand vous lisez s'il vous plait!), ce manga souligne le pouvoir des mots, souligne combien l'imagination est fertile quand elle est débarrassée du réel et pose donc la question de savoir si l'imagination peut-être pervertie par l'expérience (bon vous pouvez laissez tomber l'accent snob). Sakuya passe une bonne partie de son temps à flirter avec Aïné mais sans aller au bout car Aïné est vierge et c'est son imagination qu'il veut stimuler. Cela donne plusieurs scènes dénudées. Et il remplit son objectif puisqu'Aïné, aussi bien inspirée, écrit des chansons "qui touche l'âme des femmes".
Petit étonnement, vous allez me dire pleine de préjugées, mais j'assume, j'ai été étonnée que ce manga ait été écrit par un homme, car il cerne de façon très juste le désir feminin comme par exemple pour le tournage du clip (biippp je n'en dirais pas plus, sous risque de spoilers).

Mais soyons franche, la caution intellectuelle n'est pas vraiment crédible, il s'agit d'un Shojo un peu hot
(d'ailleurs je ne le conseillerais qu'à partir de 15-16 ans), qui fait très bien régresser mais dont je ne garderais pas un grand souvenir. Et c'est très bien comme cela.

Mais bon quand même, Fashion tu ne me prêterais pas la suite? :)