Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/07/2008

Scott Westerfeld : Uglies


Couverture :
Tally aura bientôt 16 ans. Comme toutes les filles de son âge, elle s'apprête à subir l'opération chirurgicale de passage pour quitter le monde des Uglies et intégrer la caste des Pretties. Dans ce futur paradis promis par les Autorités, Tally n'aura plus qu'une préoccupation, s'amuser... Mais la veille de son anniversaire, Tally se fait une nouvelle amie qui l'entraîne dans le monde des rebelles. Là-bas, elle découvre que la beauté parfaite et le bonheur absolu cachent plus qu'un secret d'État : une manipulation. Que va-t-elle choisir? Devenir rebelle et rester laide à vie, ou succomber à la perfection? Véritable phénomène aux États-Unis, ce premier tome de la série Uglies a reçu plus de vingt récompenses, dont celle du Meilleur livre pour jeunes adultes 2006 de l'American Library Association.

Mon avis :
Vous savez comment cela se passe : vous avez un nombre à 3 chiffres de livres dans votre PAL, mais il suffit de lire le billet d'une grande tentatrice pour vous retrouvez immédiatement en train de lui dire : "à moi aussi tu le prêteras?".
Ahlalalala et oui je suis faible, et vu le nombre de tentatrices en herbe qui trainent sur Paris, ma PAL ne risque pas de diminuer!
Donc comme vous vous en doutez, c'est encore une fois, ce qu'il est arrivé en lisant ce billet, puis celui-ci.

Cependant, je dois avouer que le premier tiers du roman m'a laissé sur ma faim. Je n'étais que peu sensible au discours de Tally même son environnement me donnait des sueurs froides. Je me demande à quel point un adolescent d'aujourd'hui ne ressent pas quelque fois des sensations analogues.
Le roman a commencé à vraiment me passionner lorsque sa camarade disparait. Là, la manipulation se montre, et si son environnement était déjà révoltant, il devient machiavélique.
Bien sur le parallèle avec La déclaration et sa société totalitaire est évident. Dans les deux cas, ce sont des histoires d'adolescents se révoltant contre un gouvernement. La déclaration posait la question de la jeunesse éternelle, Uglies pose celle du dictat de la beauté et un peu plus même. C'est ce un peu plus, qui fait d'Uglies un roman encore plus passionnant que la déclaration que j'avais déjà beaucoup aimé.

Un excellent moment de lecture, mais attention la fin ne vous donnera qu'une envie, commencer tout de suite Pretties.

14/04/2008

Gemma Malley : La déclaration

Couverture :
Angleterre, 2140.
Les adultes peuvent choisir de ne plus mourir s'ils renoncent à faire des enfants. Anna vit depuis presque toujours au Foyer de Grange Hal un pensionnat pour les Surplus, des enfants qui n'auraient pas dû naît des enfants dont les parents ont défié la loi en les mettant au monde. Anna n'a plus de parents désormais. Confinée dans l'enceinte du pensionnat, elle travaille très dur, pour effacer leur faute.
Anna a tout oublié de son passé. Jusqu'au jour où arrive un jeune garçon qui semble la connaître. Mais qui est ce Peter ? Pourquoi ne la laisse-t-il pas tranquille ? Et pourquoi elle, Anna, se sent-elle soudain si troublée ?

Mon avis :
Cela fait un moment que je lorgnais ostensiblement sur ce livre en librairie. Je l'avais noté à sa sortie mais lors de mes frénésies acheteuses de LCA, je ne l'avais jamais pris.
J'ai fini par l'acheter ayant une heure à patienter et me décourageant du livre dans mon sac.

Imaginez une société ayant accès à la longévité éternelle et donc qui s'est alors résolue à bannir toute grossesse (sauf au cas où l'un des deux parents accepterait de donner sa vie suivant le principe : un pour un.)
A l'heure où notre civilisation loue la jeunesse éternelle, où dans certains pays des communautés de séniors se forment en villes privées, ce livre permet une véritable réflexion. Que dire d'une société qui ne se renouvelle pas? Où les enfants, les adolescents sont vus comme des abbérations et font peurs à leurs vieux habitants.
L'image de sang neuf ne m'a jamais paru aussi pertinente.

L'air de rien, au travers de l'histoire d'Anna et Peter, deux surplus, ce sont toutes ces questions qui sont intelligemment posées par Gemma Malley. Je n'ai pas pu résister et ne pas m'attacher à ses deux personnages dont les premiers émois amoureux sont très joliment décrits.

L'écriture est fluide et sert parfaitement cette histoire passionnante. Le choix d'alterner le récit avec des extraits du journal intime d'Anna est pertinent et permet un autre éclairage de l'histoire.
Un grand coup de coeur!