Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/03/2009

De Mexico à Paris en passant par Arles

salon-livre-2009.jpg

De bon matin (enfin presque), j'enfile de magnifiques chaussures (enfin des chaussures confortables, pas bête la fille), je remplis mon sac à dos d'une bouteille d'eau (qui devient donc un sac à d'eau, oui je sais j'ai honte...) et surtout d'une caméra, pour me rendre sur un blanc destrier (nommé RER) au salon du livre de Paris. La veille, j'avais encore regardé d'un air pitoyable (mais toujours enjoué) ma PAL gigantesque (même s'il m'arrive de me plaindre de n'avoir rien à lire, je suis une LCA faible). La pile non lues des livres achetés lors des salons précédents me faisait plus particulierement tord.

Après plus d'une heure de voyage, j'arrive enfin porte de Versaille. Autant vous le dire de suite si vous prévoyez une sortie dans la plus grande libraire (temporaire) de France, portez un manteau facile à porter et surtout un ti-shirt, la chaleur est tout simplement insupportable par moment (mais comme dans tout salon qui se respecte, d'ailleurs qui a osé dire que la litterature n'était jamais physique??)

Le temps de trouver le stand de Stock, je rencontre Maud Lethielleux, jeune auteur de Dis oui, Ninon, dont les avis commencent à se multiplier sur les blogs littéraires. Maud a en effet décidé d'envoyer plusieurs exemplaires en livres voyageurs. Ele accepte de faire une interview vidéo (ma première, et celle qui justifie donc l'achat de ma caméra, youpiiii).

Interview bouclée, je rejoins Tamara pour une séance de motivation commune du type : non non nous avons déjà trop de livres. Cela ne nous empêchent pas de faire plusieurs stands jeunesse pour finir par dégoter une dédicace de Gilles Bachelet, le génialissisme auteur de Mon chat le plus bête du monde.

Tamara prend de l'avance pour Bébé Books en achetant tout de suite un exemplaire du livre tandis que je pars dans l'aquisition d'un autre recueil pour le faire dédicacer par l'auteur (j'ai un titre de super tata qui ramène "des supers livres avec un dessin fait à la main"à garder moi!!!.

plantes.jpgTamara, vaincue par le rhume, rentre à la maison, tandis que je continue le tour du salon. Une discussion avec Marie-Anne des Allusifs m'apprend que le caractère latin des auteurs Méxicains est inadapté à des rendez-vous radio. Le temps que l'auteur arrive enfin, le passage radio est terminé. Ils sont trop souvent en retard, sinon absents et joue un trop à l'Arlésienne. Tant pis, au lieu de succomber au thème de ce salon, je découvre plusieurs maisons d'éditions et recueille des interview vidéos : l'éditeur et deux auteurs de Moisson Rouge, un jeune auteur d'une jeune maison d'édition... Les vidéos seront bientôt à voir ici ou sur lapagelitterature.

 

Le lendemain, c'est en compagnie de Uncoindeblog que je continue ma visite.  Nous commençons fort en célébrant le thème de l'été des theières : les Galipettes ou livre à connotation sexuelle suivant la description très sérieuse de la blogueuse émérite qui m'accompagne. Nous tombons ensuite ensemble sous le charme d'une maison d'édition locale : Gulf Stream, éditeur de Nantes. Leur catalogue est très diversifié, et accueille quelques pépites dont ce recueil pour lequel Uncoindeblog craque. Et que je regrette de ne pas avoir acheté pour mon neveu.

 

 

Et pour ne pas faire mentir le vieil adage, j'y retourne le mardi soir pour la nocturne avec une collègue. Je n'oublie pas d'aller dire bonjour à Magali de Griffe d'encre avant d'aller refaire un tour du salon. Je tombe sur une dédicace de Simonetta Greggio, l'un de mes auteurs chouchoux. J'ai offert et offert sa Douceur des hommes. Et bien sur, je suis faible et ne résiste pas à son dernier roman.

C'est quand le prochain salon?????

 

PS : et oui, cela faisait plus d'un mois sans billet, tout va bien, j'ai simplement eu une petite panne. Panne qui a peut-être duré plus longtemps que normal car j'ai continué à chroniqué (avec plaisir) pour lapagelitterature. Mais je vais essayer de revenir ici aussi.