Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/04/2007

Justine Lévy : Rien de grave



Couverture :
" Tu t'attendais à quoi ? Je lui ai dit. Tu crois que ça va être facile de me quitter ? Tu crois que je vais te laisser faire comme ça ? J'ai lancé le cadre par terre, le verre s'est brisé mais comme c'était pas assez, j'ai bondi du lit et j'ai déchiré la photo, celle qu'il prétendait tant aimer, la photo de nous deux en mariés, beaux et légèrement ridicules, il y avait tant de monde qu'on ne connaissait pas à notre mariage qu'on est partis avant la fin. Il a eu l'air triste, plus de la photo déchirée que du fait de me quitter. Il a toujours été fou avec les photos. Parfois je me disais qu'il n'aimait les choses de la vie que pour les voir un jour en photo. Moi c'est le contraire, rien ne me fait plus peur qu'une photo de bonheur avec toute la quantité de malheur qu'elle promet, qu'elle contient, mais sans le dire, en cachant bien son jeu. Je ne savais pas encore que c'était la meilleure chose qui puisse m'arriver, qu'il me quitte. Comment j'aurais pu le savoir ? Il était toute ma vie, sans lui je n'existais pas. "

Mon avis : Ce livre aura t il eu autant de succès s'il n'avait pas été aussi "people"? (Justine Levy raconte sa propre vie suite au départ de son mari pour un mannequin reconverti dans la chanson) j'avoue que quelques heures après l'avoir fini, je continue à me poser cette question. Le style est brut, certaines phrases font mouches mais je ne suis pas sure que tout cela méritait autant de bruit. J'ai tout de même un coup de cœur particulier pour la scène du café où elle revoit son ancien amour et recherche sans le trouver ce qui l'émouvait tant chez lui avant.
Citation : "J'essaie, en te regardant, de te voir comme avant, avec mes yeux d'avant, quand tu n'étais pas encore mort".

cliquez ici pour le "décryptage people" : http://mlemaudit.blogs.com/melismes/images/synthese.JPG