Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/08/2007

Marian Keyes : Les vacances de Rachel


Couverture
Elle se rêve star de la nuit new-yorkaise... et se réveille dans la peau d'une accro à la coke. L'autoportrait drôle et touchant d'une jeune femme d'aujourd'hui qui se cache derrière l'humour et l'autodérision tandis que sa vie vire au fiasco. Jeune Irlandaise installée à New York, avide d'intégrer les milieux branchés, Rachel sort beaucoup, boit plus que de raison et abuse des cocktails cocaïne-valium, ingrédients indispensables à la fête.
Son patron menace de la virer ? Ce ne serait pas le premier ! Luke, son boy-friend, ne supporte plus ses crises ? Elle lui a toujours trouvé un petit côté ringard ! Jusqu'au jour où, après avoir avalé un tube de médicaments, Rachel se retrouve à l'hôpital. Luke choisit ce moment pour la larguer. Ses parents, paniqués, la rapatrient d'urgence en Irlande et l'envoient dans un centre de désintoxication, le Prieuré.
La première humiliation passée, Rachel finit par se persuader qu'elle va vivre deux mois de vacances dans une résidence de luxe : à elle les massages, les enveloppements d'algues et le farniente au milieu des célébrités. La réalité, bien sûr, sera tout autre, et le choc d'autant plus rude...

Mon avis :
Comme dit sur la couverture de mon édition : ce livre pourrait être d'une tristesse affligeante et pourtant c'est tout le contraire.
J'ai trouvé ce livre très différent des autres (que j'ai lus en tous cas) de Marian Keyes. J'ai retrouvé le ton très vivant, très actuel et toujours caustique mais le sujet est beaucoup plus grave et surtout très bien documenté. On sent que l'auteur a pris le temps nécessaire afin de faire des recherches poussées. Et c'est tant mieux, car ce mélange sert d'autant plus au récit.

15/06/2007

Marian Keyes : Une vie de rêve

Couverture :
Comment Lisa, Londonienne branchée, en était-elle arrivée là ? Adieu sa promotion au prestigieux magazine Manhattan à New York, un tout autre défi l'attend... à Dublin ! Dans des bureaux miteux, sans téléphone portable, avec une équipe complètement " out ", elle doit créer une nouvelle revue féminine en Irlande : Colleen. Chic et sexy si possible. Un
cauchemar éveillé dans lequel la rédactrice adjointe qu'elle découvre sur place - Ashling, irlandaise cultivant la platitude et un goût prononcé pour le tarot et l'astrologie - hante ses nuits. Ashling qui, elle aussi, rêve d'une autre vie, celle de sa meilleure amie Clodagh par exemple, apparemment aux anges avec son package mari-enfants-maison. Un équilibre bien fragile qui va cependant voler en éclats lorsque le prince charmant, qu'elles attendent tant, va enfin arriver mais pour semer la zizanie...

Mon avis :
J'avais déjà beaucoup aimé "Le club de la dernière chance" et j'ai retrouvé le même plaisir à lire ce livre de Marian Keyes.
Les trois héroïnes sont toutes les trois aussi attachantes l'une de que l'autre. Le style est agréable à lire. Les situations sont représentatives de la vie et il y a toujours un zeste d'humour.
Bref, un excellent livre de vacances.

08/05/2007

Marian Keyes : Le club de la dernière chance



Couverture :

Tara, Fintan et Katherine ont grandi ensemble en Irlande, puis ont quitté ensemble leur terre natale pour Londres et ses promesses. Ils travaillent dans l’informatique, la pub ou la mode. Ils sortent souvent, boivent beaucoup, et parlent sans fin, d’amants, d’amour et du reste…Des trois, seul Fintan connaît un bonheur sans ombre auprès de Sandro, son bel Italien. Pour les filles, c’est l’impasse. Traumatisée par une douloureuse déception sentimentale, la belle Katherine revendique son célibat et cultive des airs de forteresse imprenable, tandis que Tara s’obstine dans une relation désastreuse avec un sombre égoïste.Mais leur monde bascule le jour où Fintan apprend qu’il est gravement malade. Décidé à forcer la chance avant qu’il ne soit trop tard, il extorque à ses amies une bien étrange promesse…

Mon avis :
Une bonne lecture de vacances dans le sens positif! J´ai mis une cinquantaine de pages à rentrer dans l'histoire mais je me suis finalement très attachée à ces personnages de trentenaires si humains.Tellement attachée que la lecture des 500 pages m a parue très courte et j aurais volontier continué. A quand la suite?