Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/09/2008

Coup de foudre petit à petit

Depuis la mort de sa femme, Dan élève seul ses trois filles, persuadé qu'il ne retrouvera jamais l'amour. Jusqu'au jour où le hasard le met sur la route de la ravissante Marie, qu'il croise dans une librairie et dont il tombe instantanément raide dingue.
L'attirance semble réciproque, mais les femmes parfaites sont rarement célibataires, et Dan ne va pas tarder à voir les difficultés s'acharner contre son possible bonheur...

Malgré une bande-annonce rapide (qui en montre beaucoup comme de plus en plus de bande-annonce d'ailleurs), ce film est le symbole des bienfaits de prendre son temps. A l'inverse des personnages de Dan et Marie victime d'un coup de foudre, le rythme du film m'a semblé lent. Ici l'aspect vidéo clip n'est pas encore arrivé : pas de plans rapides, la photo est "mate", et le réalisateur s'offre même le luxe d'une première scène sans musique.

Et pourtant le film fonctionne grâce à l'histoire et surtout grâce à ses interprètes. En tête, il y a Steve Carell émouvant en amoureux transi contrarié. Il réalise l'exploit de faire rire et pleurer dans un même film et de n'être jamais ridicule malgré quelques scènes mettant en avant son côté clown. Comme dans Little miss Sunshine, il prouve qu'il n'est pas seulement un acteur 100% comique.
Il y a aussi une Juliette Binoche lumineuse, totalement à son aise dans cette comédie romantique. Le couple fonctionne et juste par des regards, ils arrivent tous les deux à exprimer une palette impressionnante de sentiments. Et petit bonus pas déplaisant pour une LCA, le couple fait connaissance dans une libraire. Qui a dit que ce n'était pas des endroits romantiques? D'ailleurs le livre a une place dans cette relation puisque Dan est chroniqueur pour un journal et a écrit un livre que Marie lit après avoir fait sa connaissance.

Tous les deux sont remarquablement entourés d'une famille titanesque depuis 3 filles avec des caractères intéressants bien qu'un peu stéréotypés : l'ainée sérieuse, la cadette rebelle et amoureuse et la petite dernière craquante et en avance sur son age, comme par exemple quand elle définit son père comme "a good daddy, but not always a good father". La relation de ce père veuf avec ses filles donne l'occasion de plusieurs scènes qui ajoutent à l'intérêt du film.
Il y a aussi père et une mère parfaits dans le rôle de patriarche entourés d'une ribambelle de frères, sœurs, neveux et nièces. Ici aussi la famille fait l'objet de quelques stéréotypes sous forme d'image d'Épinal : la vaisselle est jouée aux mots croisés, tout le monde se retrouve pour une partie de football américain. Mais qu'importe, les interprètes sont parfaits et la magie prend.

Alors prenez votre temps, et venez apprécier ce petit film qui tout doucement finit par mettre le sourire aux lèvres.

Plus d'infos sur ce film