Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/11/2008

Marion Zimmer Bradley : La princesse au dragon


Magicienne depuis des temps immémoriaux, Lythande a un secret : elle est une femme, mais aucun homme ne doit le savoir, sans quoi elle perd tous ses pouvoirs. Lythande est appelée au château par le seigneur Tashgan à l'occasion de ses noces. Il la désigne comme son champion pour une joute magique qui doit être le clou des festivités.






De Marion Zimmer Bradley, j'ai dévoré plus jeune, la romance de Ténébreuse (saga Fantasy à l'échelle d'une planète). J'ai d'ailleurs souvent envie de les relire et peut-être devrais je me laisser tenter. En fouinant dans le rayon fantasy de ma bibliothèque (euh oui, je n'ai rien à lire), j'ai trouvé ce petit livre. Etonnée, je ne savais pas que cet auteur avait écrit pour la jeunesse, je n'ai pu m'empêcher de le rapporter à la maison.

En une centaine de pages, Marion Zimmer Bradley nous conte l'histoire de Lythande, magicienne, appelée par un roi, pour le représenter lors de joutes magiques à l'occasion de son mariage. Lythande découvre une machination en cours contre le roi, et tente de la déjouer avec l'aide de son amie et d'une magicienne qui est en vérité un dragon-garou (concept qui plairait certainement à l'un des auteurs de Griffes d'encre).
De ce conte presque classique, Marion Zimmer Bradley a réussi à introduire une réflexion sur la beauté et l'image que l'on renvoit aux autres. Cela a été pour moi, le principal charme de l'histoire qui m'a parut par ailleurs un tout petit peu déséquilibrée : l'auteur prend tout d'abord tout son temps pour présenter les personnages, leurs relations et les motivations de chacuns. Cependant, cela n'est heureusement jamais ennuyeux.
Puis la joute arrive enfin, et là le récit s'accèlère (à tel point, que je n'avais pas immédiatement saisi l'un des rebondissements).

Visiblement, l'ouvrage est épuisé, cela explique certainement l'absence d'autres billets en parlant. Mais avec un peu de chance, vous pourrez le trouver dans votre bibliothèque de quartier.

22/03/2008

Gilles Bachelet : Mon chat le plus bête du monde

Couverture :
Un ami m'a offert récemment un ouvrage sur les chats. Je ne suis pas arrivé à déterminer exactement à quelle race appartient le mien.

Mon avis :
Encore jalouse de la dédicace de Gilles Bachelet faite pour mon neveu lors du salon du livre, je n'ai pas résisté à la tentation de le lire avant de l'emballer. A ma décharge, je vais devoir (pour mon plus grand plaisir), lui lire alors autant répéter avant.

A partir d'une idée toute bête (mais quelle est donc cette race de chat?), Gilles Bachelet a su créer une courte mais très rigolote histoire : ce chat se comporte presque comme les autres chats, mais sa taille lui joue quelquefois des tours.
J'attends avec impatience les rires d'Anthony qui vont sans aucun doute fuser devant ces beaux dessins.