Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2008

Les auteurs passent à table : Alexandre Jardin

Lors de la rencontre organisée par les Editions Grasset entre Alexandre Jardin et des blogueurs à l'occasion de la sortie de Chaque femme est un roman, j'avais évidemment demandé à l'auteur s'il acceptait de participer à ma rubrique. C'est donc chose faite et je l'en remercie.

1/ Êtes-vous un bon vivant?
Tous les jours ! Je ne vais pas à la messe mais en cuisine avec une ferveur jamais démentie.

2/ Quelle est votre madeleine de Proust (culinaire et viticole)
Un cidre produit par un Monsieur David, petit producteur normand ; et les ris de veau.

3/ Quel est votre diner idéal?
Vue sur ma femme, tout passe ! Mais je reprendrais bien un peu de tagliatelles aux truffes blanches, suivies d'un excellent confit de porc. Et pour terminer, je me taperais bien une part de Sacher Torte, la vraie que l'on s'enfile à l'hôtel Sacher à Vienne. Le tout arrosé d'un cidre prodigieux.

4/ Avec qui aimeriez vous diner?
Avec mes futurs petits enfants qui ne sont pas encore nés. Je suis très curieux de voir la suite...

5/ Ecrivez vous le ventre vide ou le ventre plein?
J'écris en buvant du cidre.

Même si je suis dubitative pour la Sacher Torte, je vote pour les tagliatelles aux truffes blanches. Pour une fois, j'accepte de me priver de dessert... :)

29/03/2008

Alexandre Jardin : Chaque femme est un roman

Couverture :
"Parfois il me semble que les femmes sont des tremplins vers le fabuleux. Ecrivaines pour la plupart non pratiquantes, elles produisent de la prose intérieure destinée à tromper leur déception et à soigner leurs rêves. Changent-elles de métier, d'amant, d'opinion? C'est d'abord une césure, un rebond de style, un chapitre qui se tourne. Adressent-elles une oeillade à un passant? C'est un best-seller qui débute. Depuis mon plus jeune âge, je sais que chaque femme est un roman. Voici en quelque sorte mes études littéraires, blondes et brunes."

Mon avis :
Quarantenaire écrivain connu entre autre pour sa fantaisie et son prix femina, j'ai rencontré Alexandre Jardin mercredi aux Deux Magots, grâce à une invitation des éditions Grasset à l'occasion de la sortie du nouveau roman de cet auteur Chaque femme est un roman. J'avoue que je n'aurais pas acheté ce livre, le prix des brochés étant ce qu'il est même une LCA enragée ne peut pas tout se payer (et de toutes façons, même si elle le pouvait, elle ne pourrait pas tout lire).

Alexandre Jardin a un style et ce roman ne fait pas défaut, ce style sert en plus une très belle idée : raconter sa vision des femmes qui ont marqué sa vie. Ces femmes peuvent l'avoir croisé un jour ou toute une vie (sa mère est très présente), il peut les avoir aimé ou avoir juste partagé quelques instants avec elles... Toujours ces femmes ont eu en commun qu'elles sont du genre "à ne pas vous laisser tranquille", à jouer avec des limites, expérimenter d'autres méthodes, mettre de la romance, de l'imagination dans une vie.
Comme par exemple :
- cette institutrice qui choisissait de mettre les bons élèves à la porte pour motiver les cancres
- Leïla, comédienne de doublage, qui transforme sa vie en film pour compenser son absence d'image ("Chaque week-end, je me fais un film. Pour rendre mon destin un peu plus scintillant.")
- Cette voisine qui égayait la vie des femmes tristes de son quartier en leur envoyant des bouquets de fleurs agrémentés de lettres d'amour.
Soit la plume de l'écrivain a modifié quelquefois en enjolivant des réalités plus obscures, plus sordides, mais après tout, cela n'est-il pas ce que nous faisons tous? Nous avons tous une magnifique capacité de chérir les beaux souvenirs et d'enfouir (parfois un peu trop profondément) les mauvais.

Une lecture que je recommande pour comprendre l'importance de sortir du carré. C'est pétillant, ludique, quelquefois sérieux, comme devrait l'être la vie..