Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/03/2008

Martin Hirsch / Gwenn Rosière : La chômarde et le haut commissaire

Couverture :
« Cher Martin Hirsch, c'est avec beaucoup de plaisir que j ai trouvé votre lettre dans ma boîte. J'accepte votre proposition de continuer à échanger, d'autant que l'idée de correspondre avec vous m'amuse beaucoup : de ma France d'en bas, du programme Masse Critique">court-circuiter les échelons hiérarchiques est franchement jubilatoire. Pour commencer, veuillez trouvez ci-joint mon « petit guide du chômard ». » Gwenn Rosière
« Ainsi ont commencé six mois d'échange avec Gwenn Rosière. En sa qualité d'allocataire du RMI résidant dans les Côtes-d'Armor, elle avait été invitée à donner son avis sur le Revenu de solidarité active. La qualité de sa réflexion, son ouverture aux autres, sa pertinence et... son impertinence m'ont frappé. J'ai répondu, nous avons poursuivi une correspondance.
Pourquoi la publier aujourd'hui ? Parce que mieux que de longs discours, elle semblait la manière la plus naturelle de faire comprendre notre démarche. Ceux qui connaissent le RMI, la survie à 440 euros par mois, savent qu'il faut transformer profondément notre système social. Mais tous les autres ? En sont-ils vraiment convaincus ? Ne trouvent-ils pas plus simple de ne rien changer ? Parfois de ne rien voir ? Avec ce livre, je me suis dit que nous pouvions ébranler quelques certitudes. Je compte sur lui pour accélérer la prise de conscience, pour multiplier les déclics, pour que rien n'arrête la volonté de faire. C'est en cela que j'avais besoin du soutien de Gwenn, de ses mots, de son énergie, de sa sincérité, de son expérience. Lisez bien ses lettres et répondez franchement : vous ne pensez pas qu'on doit y arriver ?
Martin Hirsch.

Biographie de l'auteur
Martin Hirsch est haut commissaire aux Solidarités actives contre la pauvreté.
Gwenn Rosière vit en Bretagne. Elle bénéficie d'un contrat aidé.

Mon avis :
RMIste Gwen Rosière est un jour consultée pour un groupe de travail sur le RSA (revenue de solidarité active), elle ne peut se rendre à ce groupe mais prend tout de même le temps de répondre en joignant à sa lettre un guide du chômeur. La lettre et le guide atterrissent sur le bureau du haut commissaire Martin Hirsch qui prend le temps de lui répondre.
S'ensuivront plusieurs mois de correspondances qui dérouleront les difficultés de mise en place de cette mesure.

Bizarrement, la première chose qui m'a frappée en lisant cette correspondance, c'est le style de Gwen Rosière : un peu moqueur, très impliqué, un brin irrévérencieux et très réaliste. Je n'ai pas pu m'empêcher de faire un lien avec 84, Charing cross road. J'ai retrouvé un l'esprit d'Helen Haff dans ces lettres, même si le sujet, le temps et l'histoire sont totalement différents. En tous cas, Martin Hirsch a eu raison (je suppose que c'est son initiative) de proposer une publication de ces échanges.

Après la forme, le fond. Je dirais que se dévoile un sujet difficile et qui fait peur, parce que sans être larmoyant seulement réaliste, il peut tous un jour nous toucher.
Ce livre est une excellente tribune pour défendre et présenter le projet du RSA. Il est accessible, jamais ennuyeux, jamais technocrate. J'espère qu'il passera entre le maximum de mains.
La correspondance est suivie d'une longue interview de Martin Hirsch (par Jean-Michel Helvig) qui explique plus en détail le crédo du haut commissaire ainsi que son parcours.
Si Jean-Michel Helvig ne peut pas s'empêcher de retourner à ses amours de journaliste politique (comme le note ironiquement Gwenn Rosière dans une lettre qui conclue ce livre), son interview plus longue que ne laisserait aucun magazine passionnante.

Reçu et donc lu dans le cadre de l'opération masse critique de Babelio.
livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com