Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/01/2011

J'ose, tu oses, nous osons, vous oserez

L'été est soit-disant la saison des amours, cependant suivant des sources bien informées il semblerait que pour les Français, "l'amour est aussi important, aussi indispensable, aussi naturel que la bonne chair et les bons vins." La langue (attention, je vous surveille, pas de jeux de mots racoleurs dès l'introduction, l'heure est grave), la langue de Molière étant importante dans l'histoire, je pense que nous pouvons élargir sans problème ce concept aux francophones. Pour les Francophones donc, il n'y a pas de saison, bien heureusement, pour la chose. Par contre, l'été est définitivement la saison des happy hours en terrasse, et certains bars de Paris ont traitreusement décidé que l'happy hour devait durer de 16H30 à 20h30. Si les heures s'égrennent particulièrement vite en bonne compagnie, la fin d'une happy hour peut donner des idées un peu folles de lectures communes.

C'est donc par une folle soirée d'été, qu'avec Chiffonnette, Fashion, Stephie, Tamara et d'autres qui ont finalement souhaité rester anonymes, que nous avons cherché et trouvé une idée de lectures communes. Je serais bien en peine de dénoncer la coupable (pardon le génie!) qui proposa subitement la collection Osez des Editions la Musardine, je me rappelle uniquement de l'enthousiasme que provoqua cette idée avec une utilisation quasi-immédiate des smartphones de la table pour avoir une idée de l'étendue des thèmes proposés (la collection comporte plus d'une quarantaine de titres), le tout au plus grand plaisir auditif (bon peut-être pas pour tous, nous étions glamours mais un peu bruyantes) de nos voisins. Certains nous ont même semblé très intéressés par les thèmes abordés, et décidés finalement à trouver qu'il pouvait y avoir une alternative beaucoup plus amusante à Auto-Plus.

Quelques apéritifs plus tard, plusieurs volumes avaient été lus, commentés et échangés de moins en moins sous le manteau et de plus en plus sur la table sous les sourires complices ou amusés de nos serveurs préférés.

Lire la suite