Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/06/2008

Collectif : Element I : La Terre


Couverture :
Elle voit tout, entend tout, ressent tout.
Mille histoires ont fleuri à sa surface, coulé en son sein pour irriguer notre culture, quand elles ne se sont pas cristallisées dans ses entrailles telles des pierres précieuses. Elles tracent leurs sillons dans sa chair et l’imprègnent un peu plus chaque jour.
Treize auteurs ont entendu son appel et vous racontent La Terre ! Les Terres d’hier et d’aujourd’hui ainsi que celles de demain, avec leurs lots de souffrance, de violence, de sacrifice, de joie, de rire…
De l’élément à la planète, de sombres secrets en touchantes offrandes, treize nouvelles pour voir la Terre autrement.
Sommaire :


Mon avis :
Ce recueil commence magnifiquement avec le plaidoyer de la terre, complainte mélancolique et poétique. J'ai trouvé que sa place était particulièrement adéquate. En première place de cette anthologie, elle montre toute sa force, décalée par son style des autres récits, elle les introduit pourtant très bien.

Ensuite, je suis littéralement tombée sous le charme de la plume de Li-Cam, et des ses deux personnages, un couple professionnel improbable entre un policier terre à terre et un Golem, nommé Franck. Le Golem est un géant de plus de deux mètre, mutant de l'affect. A eux deux, ils sont chargés de retrouver une petite-fille disparue. Cette paire feraient d'excellents personnages pour un roman.

Jeanne-A Debats nous entraine dans une grotte où se perd une jeune-femme auquelle pourraient s'identifier nombre de blogueuses. Elle se retrouve face à un esprit qui pour ne pas l'effrayer peut prendre différentes formes. Imaginez se retrouver face une copie de Georges, Hugh ou Harisson? Ce n'est pas le choix de l'héroïne, mais le sien ne manque pas d'allant! J'ai aimé le ton caustique de la narratrice. Ses interrogations de son temps.

J'ai été troublée par le réalisme de Terre blanche, terre rouge. La végétation a disparu, la terre est recouverte d'une substance blanche mortelle si on la touche. Il n'y a plus ni été, ni hiver. Ermelinde, une jeune-fille, ne veut pas oublier la terre d'autrefois et cherche comment combattre cette substance.

Le recueil se termine aussi justement qu'il avait commencé par l'Absente. Une nouvelle "réveil-matin" qui peut déranger et remettre en cause nos vies routinières.

Le site de l'éditeur
Magali Duez et Nathalie Dau seront à la librairie Neverland (78) samedi 7 juin de 14h à 18h.