Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/08/2007

Fanny Chiarello : Si encore l'amour durait, je dis pas

 

Couverture :
Allez... un martini, un petit dernier, et Fanny arrête l'alcool. Ce n'est pas une vie, à 25 ans, de prendre une cuite tous les soirs. Signe troublant d'instabilité. Comme toutes ces filles, que Fanny n'arrive pas à aimer plus de trois mois. Florence, Céline... maintenant Gaëlle. Tomber amoureuse, Fanny sait faire. C'est après que ça se gâte. Quand il lui faut réaliser qu'elle a tout pour être heureuse : un passionnant métier de vendeuse téléphonique, un délicieux appartement à peine morne et crasseux, une famille à l'écoute qui la comprend au moins une fois par siècle... et une douce amie qui ne saurait lui prendre la tête que pour l'embrasser, bien entendu. Que demander de plus ? Un avenir ?

Mon avis :
Déception. Comme quoi acheter un livre uniquement pour son titre n'est pas gagnant à tous les coups! Le style m'a un peu rappelé Beigbeder de 99 francs mais en pire, bien pire. Fanny boit, se plaint de sa vie de vendeuse téléphonique, de son amour non réciproque pour une fille... mais où va tout cela? Nulle part!