Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2008

Nicolas Cauchy : La véritable histoire de mon père


Couverture :
" Et alors vous êtes au milieu des gens qui ne savent pas, qui sont à mille lieues de savoir, parce que apparemment rien n'a changé. Et c'est vrai. Rien n'a changé. Tout est pareil sauf une chose : vous avez commis l'irréparable. " Simon fuit dans la nuit au volant d'une Porsche volée. Sur la banquette arrière, le corps de son enfant. Longtemps prisonnier de ses mensonges, Simon doit aujourd'hui regarder la vérité en face. Lui qui se croyait maître de ses sentiments s'est laissé déborder par la violence d'une passion et entrainer jusqu'aux rives de la folie. Le portrait sans concession d'un homme de notre temps. Un roman noir, précis, implacable.

Mon avis :
Wouaaahhh! Difficile d'expliquer ce que j'ai ressenti à la lecture du premier roman de Nicolas Cauchy. C'est fort, très fort.
Ce récit m'a donné une sensation d'irréversible. Nicolas Cauchy a su admirablement mélanger les flash backs, de l'évènement en cours : la fuite de ce père qui vient de commettre l'irréversible. Je suis bluffée! Je suis touchée! Je suis remuée! Et oui tout cela à la fois!

Ce récit m'a fait le même effet que celui de Solenn Colleter au niveau de l'intensité. L'effet est différent car l'histoire différente (pour Solenn, j'étais dans l'interrogation personnelle "et si c'était moi", ici j'étais dans l'interrogation impersonnelle "mais pourquoi a t il fait cela?", certainement parce que personne ne peut imaginer faire une chose pareille!), mais j'ai été troublée de la même façon. J'ai eu ce sentiment identique d'urgence. Très difficile à expliquer tout cela...

Je suis également admirative du style choisi la narration totalement froide d'une personne extérieure dont on apprend l'identité qu'à la toute fin, même si on peut s'en douter.

Une lecture que je vous recommande, comme l'a déjà fait Caro[line] que je remercie d'ailleurs pour cette découverte :)