Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/06/2008

Jane Austen : Lady Susan

Couverture :
Une veuve spirituelle et jolie, mais sans un sou, trouve refuge chez son beau-frère, un riche banquier. Est-elle dénuée de scrupules, prête à tout pour faire un beau mariage, ou juste une coquette qui veut s'amuser ? Le jeune Reginald risque de payer cher la réponse à cette question... Grande dame du roman anglais, Jane Austen trace le portrait très spirituel d'une aventurière, dans la lignée des personnages d'Orgueil et préjugé et de Raison et sentiments.

Mon avis :
Alors que je l’avoue je pataugeais un peu dans la satyre des romans gothiques écrite par l’auteur, j’ai fais le choix de laisser de côté Northambey Abbey pour me plonger dans la correspondance de Lady Susan. Moi qui d’habitude ne suis pas une fan de ce style de roman (quoique mes dernières expériences ont été plus que concluantes entre La chomarde et le haut commissaire et surtout 84 Charing cross road), j’ai adoré.

L’histoire est délectable, c’est passionnant de suivre les aventures sans scrupule de cette veuve dont la perfidie et la détermination semblent toujours faire mouche. Le style épistolaire permet de suivre les pensées de plusieurs personnages, sans que le récit en soit alourdi.

Je serais très curieuse de voir une adaptation de ce court roman épistolaire.

Lady Susan est à lire, il vous fera passer une heure et demi délicieuse malgré l’absence de héros à potentiel : ici les hommes ne sont que des marionnettes dont les femmes semblent tirer les ficelles.

03/05/2008

DVD : Mansfield Park

Couverture :
A new adaptation of Jane Austen's classic novel. Poverty-stricken Fanny Price goes to live with her prosperous aunt and cousins at their country home. As she struggles to adapt to her new lifestyle she begins to attract the attentions of suitors...
(et oui, c'est une version anglaise!)
Avec : Hannah Taylor-Gordon, Talya Gordon, Lindsay Duncan, Bruce Byron, James Purefoy
Réalisateur : Patricia Rozema

Mon avis :
Mansfield Park est mon premier livre lu de Jane Austen et il y a peu en plus. Et oui, j'ai attendu plus de 30 ans pour lire cet auteur classique des jeunes-filles et femmes littéraires...

Je dois dire qu'il m'avait laissé un souvenir très périssable que confirme même certaines fans de Jane en qualifiant souvent ce roman du titre de moins intéressant dans son œuvre.
Je me souviens de longues scènes où sommes toute il ne se passait pas grand-chose. Mais en cela, on pouvait alors imaginer l'ennui des nobles de l'époque à la campagne et pourquoi la possibilité de monter soudainement une pièce de théâtre, les fascinaient tous autant.
Fany me semblait trop pâle et effacée et manquait singulièrement de fougue.

Ce film est une adaptation légèrement dépoussiérée et beaucoup plus enjouée que prévue. Ici, Fanny Price a des accents d'Elisabeth Benneth même si elle reste fidèle à l'esprit du roman.
J'ai trouvé les acteurs tous très convaincants avec une mention spéciale pour Alessandro Nivola (que j'avais déjà vu dans Goal, oui je sais j'ai quelque fois des références qui laissent sans voix.. :o)

C'est donc un bon moment que j'ai passé à Mansfield Park (le château utilisé pour le tournage est d'ailleurs magnifique) et je vous le conseille également.
Attention cependant, visiblement ce titre n'existe qu'en version anglaise (donc avec sous-titre anglais, je n'ai pas eu de problème à suivre mais il faut un niveau moyen tout de même).

Merci Cuné pour le prêt, Fashion je peux te le rendre :)

12/01/2008

Jane Austen : Orgueil et Préjugés


Couverture :
Orgueil et préjugés est le plus connu des six romans achevés de Jane Austen. Son histoire, sa question, est en apparence celle d'un mariage: l'héroïne, la vive et ironique Elizabeth Bennett qui n'est pas riche, aimera-t-elle le héros, le riche et orgueilleux Darcy ? Si oui, en sera-t-elle aimée ? Si oui encore, l'épousera-t-elle ? Mais il apparaît clairement qu'il n'y a en fait qu'un héros qui est l'héroïne, et que c'est par elle, en elle et pour elle que tout se passe.

Mon avis :
Chers Edward et Jacob,

Il faut savoir dire les choses franchement, trancher dans le vif, sinon la torture se prolonge et est parfaitement inutile.
Bien surs, vous êtes de fantastiques héros de romans, Edward froid comme la glace et également brulant... Jacob chaud comme la braise dans tous les sens du terme. Bien sur, votre potentiel est excellent!

Et pourtant, je suis au regret de vous dire que vous êtes faits battre à plate couture par un vieux de presque 200 ans. Et oui, un vieux sans aucun pouvoir de superhéros, mais un homme un vrai. Un homme fier et pourtant tellement généreux, qui ose prendre de vrais risques en déclarant sa flamme et sait apprendre de ses erreurs.
Toutes les adaptations vues avant la lecture de ce roman n'ont pas rendu grâce à son charme (désolée Colins mais même toi, et pourtant toi aussi...). Fitzwilliam Darcy, ou plutôt Darcy n'est pas seulement ce charme personnifié, il a su se faire aimer de l'héroïne la plus attachante, la plus indépendante de la littérature.

Voilà, je vous l'avoue, même si j'admets pour vous une faiblesse (j'ai adoré le troisième tome que je dois d'ailleurs commenter, et n'attendrais certainement pas la sortie en français du quatrième pour le lire), ma faiblesse est beaucoup plus grande pour Darcy et mon coeur de midinette palpite :)

Littérairement votre,
Stéphanie

Lettre écrite (ou plutôt livre lu) dans le cadre du défi Fashion's Klassik list

06/07/2007

Jane Austen : Raison et sentiments


Couverture :
Injustement privées de leur héritage, Elinor et Marianne Dashwood sont contraintes de quitter le Sussex pour le Devonshire, où elles sont rapidement acceptées par la bourgeoisie locale étriquée et à l'hypocrisie feutrée. L'aînée, Elinor, a dû renoncer à un amour qui semblait partagé, tandis que Marianne s'éprend bien vite du séduisant Willoughby. Si Elinor, qui représente la raison, dissimule ses peines de cœur, sa cadette étale son bonheur au grand jour, incapable de masquer ses sentiments. Jusqu'au jour où Willoughby disparaît... Publié en 1811, Raison et sentiments est considéré comme le premier grand roman anglais du XIXe siècle. L'avant-propos d'Hélène Seyrès permet de replacer dans son contexte ce classique de la littérature, dont l'auteur a influencé nombre d'écrivains majeurs, tels Henry James, Virginia Woolf ou Katherine Mansfield.

Mon avis :
Après Mansfield Park, voici mon deuxième roman de Jane Austen. J'ai retrouvé le même style, un peu désuet, mais je suis tout de même sous le charme.
A l'identique, le démarrage est long, très (trop?) long. Jane Austen prend son temps pour positionner ses personnages, les décrire, et planter l'intrigue. Cela a tout de même été un peu plus rapide, que pour Mansfield Park.
Et encore à l'identique, la fin est rapide très rapide, tout se dénoue d'un seul coup.
Je n'avais pas vu le film adapté du roman avec Emma Thompson et Hugh Grant, mais je l'ai ajouté dans ma "to do" liste.

Je vais faire une petite pause mais compte bien lire les aventures de Darcy prochainement.

09/06/2007

Jane Austen : Mansfield Park


Couverture :
Issue d'une famille miséreuse, Fanny Price est âgée de dix ans quand elle est adoptée par son oncle maternel, Sir Thomas Bertram, qui va prendre en charge son éducation. Accueillie dans le domaine de Mansfield Park, Fanny est élevée avec ses cousins et cousines qui, à l'exception d'Edmund, la traitent avec indifférence ou mépris. La gratitude et l'affection qu'elle éprouve à l'égard de son cousin se transforment au fil des années en un amour qu'elle garde secret. Quand un bon parti se déclare, Fanny n'a de choix qu'entre un mariage de raison et un retour à sa condition première...
Publié en 1814, Mansfield Park est sans doute le roman le plus ambitieux de Jane Austen (1775-1817). L'auteur de Raison et sentiments (Archipoche n°21) y excelle dans la description des rapports humains complexes qui se tissent entre ses personnages.

Mon avis :
Mansfield Park est mon premier livre de Jane Austen. J'ai bien sur vu plusieurs adaptations de ses romans au cinéma mais je ne l'avais pas encore lu. J'ai d'ailleurs commencé par acheter "Orgueils et préjugés" voulant lire le livre après avoir vu l'adaptation récente au cinéma. Ce livre est encore dans ma PAL, ayant été finalement plus tentée par Mansfield Park (je crois même suite à la lecture d'un blog)

J'ai mis environ 150 pages avant d'apprécier le mode de narration que j'ai tout d'abord trouvé trop désuet. Cependant peut-être est ce du au charme de l'histoire, à ma volonté de vouloir connaitre la fin, en tous cas, cela a fini par ne plus me poser de problème. Et je compte même lire à plus ou long terme tous ses romans.

Jane Austen décortique la société de son époque avec une volonté qui m'a rappelé Jane Wharton dont j'ai lu Xingu, il y a peu.