Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/09/2008

Editions Bragelonne : soirée de rentrée 2008

Mardi, l'équipe de Bragelonne et Milady, après huit ans d'existence, a choisi de fêter à leur manière la rentrée littéraire en conviant principalement des libraires mais aussi quelques blogueurs à une présentation de leurs sorties. Caro[line], Fashion et moi-même étions présentes.

La présentation a été faite par Stéphane Marsan, directeur éditorial. Après une brêve introduction où il nous a avoué aimer la fantasy (comme certains pourraient avouer être un alcoolique), Stéphane est revenu sur la création et le pourquoi de Bragelonne. Leur succès depuis 8 ans leur a permis de mettre en avant une littérature encore trop considérée comme de "mauvais genre" par les médias traditionnels. La volonté de Bragelonne est clairement aujourd'hui de faire passer le cap de la légitimité à la littérature de l'imaginaire, identique à celui passé par la littérature policière à la fin du siècle dernier. (le 20ème siècle pas le 19ème ;o)

A suivi, une longue mais passionnante présentation des différentes sorties prévues par l'éditeur. Je ne suis pas une spécialiste du genre, loin de là, et j'ai été quelquefois perdue par les nombreux auteurs cités. J'ai pu tout de même noter quelques titres dont Légende de David Gemmel. Cela ne fut jamais ennuyant, car derrière le titre de directeur éditorial se cache un vrai passionné. D'ailleurs, il a été plusieurs fois fait état d'une volonté de gagner de nouveaux amateurs, par divers actions dont :
- tout d'abord par le label Milady qui propose des formats poches dont de facto moins cher que les volumes de Bragelonne qui dépassent généralement les 20 euros. Choix est même fait d'offrir des inédits directement dans ce format.
- en développant un choix inédit comme le développement de la bit-lit (dont d'ailleurs Morsure et Capture font parties) ou celui de l'horreur et du fantastique (avec leur collection L'Ombre de Bragelonne)

Le concept de la Bit-lit (de to bite : mordre en anglais) me plait particulièrement, et suis curieuse de découvrir d'autres romans de ce type. Hum tout cela n'arrangera pas ma PAL!

Trois livres furent particulièrement mis en avant :
- Le grand pays d'Ange, et qui fut présenté par l'un des deux auteurs en la personne d'Anne. Le pitch est très intéressant : dans un royaume, ou la famille régnante doit être parfaite, il est demandé au jeune prince de 14 ans de se suicider car il se retrouve un matin avec une tache violette sur le bras. Le prince s'enfuit alors qu'une entité maléfique et meurtrière frappe le palais. Il espère retrouver des Tueuses-démons, seules capable suivant une légende de vaincre cet ennemi. (sortie le 17 octobre).
Le roman Ayesha de ces deux auteurs a été désigné comme l'un des meilleurs romans de Fantasy français.



- L'appel de la lune de Patricia Briggs : une bit-lit qui parle d'une mécanicienne dans le Montana, également loup-garou. Les yeux de Fashion ont immédiatement brillés en évoquant Mécano girl. (sortie le 7 novembre)
- Kushiel Tome 1 la marque de Jacqueline Carey : "un roman historique contant une histoire qui n'a jamais eu lieu", selon les mots de l'auteur. Dans une renaissance de Fantasy, l'histoire de Phèdre au pouvoir inédit puisqu'elle peut changer la douleur en plaisir. Là ce sont mes yeux qui ont brillés :)

Info chippée dans la liste des sorties : Magie de Pacotille de Kelley Armstrong est programmé pour le 24 octobre. C'est certainement la suite tant attendue de Morsure et Capture mais avec une nouvelle narratrice.

Pour info, le compte rendu de la soirée sur fantasy.fr (avec des photos)

16/06/2008

Kelley Armstrong : Capture


Couverture :
Elena Michaels est une femme recherchée. Elle n'a pourtant rien fait de mal. Enfin, pas récemment. Mais il y a dix ans, son amant l'a changée en loup-garou. La seule femme loup-garou au monde, en vérité. Et aujourd'hui, alors qu'elle parvient enfin à l'accepter, un groupe de scientifiques apprend son existence. Ils la pourchassent et elle s'apprête à foncer droit dans leur piège. Mais c'est sans compter sur la famille adoptive d'Elena, la Meute, qui ne reculera devant rien pour la retrouver. Et sans compter non plus sur Elena elle-même, ce qui est une grossière erreur

Mon avis :
Après le premier choc de ma rencontre avec Elena et les siens (et surtout Clayton avoue-le bien), je me suis évidemment précipitée chez mon libraire pour acheter le second tome de la série de Kelly Armstrong.
Et oui, un couple capable de faire passer Bella pour une modeste lycéenne (d'un autre côté c'est ce qu'elle est) et surtout Edward pour un vampire pré-pubère, avouez que c'est légèrement addictif.

Ici, Kelly Armstrong nous fait peu à peu rencontrer certains des personnages qui seront développés dans les tomes suivants : une sorcière, une vampire, un mage, un chaman, et autres personnages magiques. Elena se retrouve pourchassée pour venir compléter l'étrange collection entreprise par une sombre organisation.

Autant l'avouer tout de suite, j'ai eu une réaction totalement illogique : les loups-garous me semblaient vrais alors que les autres créatures me semblaient totalement impossibles. Et oui, je vous avais prévenu, c'était une réaction illogique, moi plongée dans mon livre en train de me dire que les loups-garous faisaient vrais alors que je ne croyais pas du tout aux vampires...

Heureusement passé ce petit malaise, j'ai à nouveau vibré pour les aventures d'Elena et Clayton. Si le précédent roman était centré sur les relations du couple et surtout l'incapacité d'Elena d'accepter sa condition de loup-garou, ici c'est un récit beaucoup plus classique : Elena, et sa meute arriveront-ils à détruire cette organisation?
Cependant des thèmes adjacents relèvent le récit :
- la sombre fascination de scientifiques pour ces créatures étranges
- l'apprentissage de ses pouvoirs à l'adolescence ou plutôt la pré-adolescence
L'auteur réussit à créer un grand panel de créatures et surtout à décrire au fur et à mesure leurs inter-relations. Sa qualité d'écriture reste la même, tout comme la traduction.

Kelley Armstrong continue donc d'envouter, et je suis plus que pressée de voir enfin sortir en français le troisième tome, même si celui-ci ne sera pas centré sur les aventures des loups-garous. D'ici là, je me serais habituées aux sorcières et aux vampires :)

22/05/2008

Kelley Armstrong : Morsure




Couverture :
Un voyage excitant à la frontière de la sauvagerie et de la féminité.
Elena se coule hors de son lit, prenant bien soin de ne pas réveiller son compagnon. Il ne supporte pas qu'elle disparaisse comme ça au beau milieu de la nuit. Quelle femme normale pourrait avoir tant besoin de retrouver la solitude des rues sombres et mal famées de la ville ? L'énergie contenue déchire ses muscles - elle ne peut plus attendre. Elle se glisse dans une ruelle, ôte ses vêtements et se prépare à la Mutation...
Elena fait tout ce qu'elle peut pour être normale. Elle hait sa force, sa sauvagerie, sa faim, son désir, ses instincts de chasseuse et de tueuse. Elle aimerait avoir un mari, des enfants... et même une belle-mère. En tout cas, c'est ce qu'elle voudrait croire. Et voilà que la Meute a besoin d'elle. Cette Meute qu'elle chérit et déteste tout à la fois est la cible d'une bande de déviants sans pitié. Ils mettent l'existence de la Meute en danger, enfreignant les lois du clan. La loyauté du sang ne se discute pas. Et au cours de son combat, Elena découvrira sa vraie nature...
Découvrez l'imagination stupéfiante de la nouvelle reine du frisson !

Mon avis :
Cette série m'a été conseillée par Magali Duez de Griffe d'encre sous l'observation : "c'est mieux que Fascination".
Quoi? Nombre de fans d'Edouard et Jacob doivent maintenant ouvrir de grands yeux à la lecture de cette affirmation.
Et pourtant, si j'étais dubitative, je n'ai bien sur pas résisté à cet achat, et je ne peux maintenant que remercier Magali.

Disons le tout de suite, c'est mieux car différent. Plus profond, plus torturé et plus adulte également. Là ou Fascination est une histoire d'adolescents (même si Edouard a une centaine d'années, sa prochaine adaptation cinématographique nous rappelle qu'il n'en parait que 17 ans), Morsure est une histoire d'adultes avec des problématiques d'adultes. Les héros sont trentenaires et plus même s'ils en paraissent moins grâce à leur solide constitution de loups garous.

La narratrice Elena est la seule loup-garou sur terre, elle fait partie d'une meute qu'elle a fuit depuis un peu plus d'un an. Ses impressions sont décortiquées. Les métamorphoses sont extrêmement bien décrites ainsi que les contraintes qu'elles imposent. Même sous sa forme humaine, le vocabulaire utilisé rappelle la condition d'Elena et de ses amis. Ils grognent, utilisent leur odorat à tout va, et le loup une fois entiché est un amoureux à vie... Que calor!
Kelley Amstrong a du faire de bonnes recherches sur les loups et leur organisation sociale pour aussi bien les décrire.

Elena se bat entre ses deux mondes : sa condition d'humaine (elle n'est pas née loup garou contrairement à la majorité des autres) et sa nouvelle condition de loup garou qui fait ressortir les aspects les plus sauvages de sa nature. C'est passionnant de suivre ce combat intérieur comme il est tout aussi passionnant de suivre comment la Meute combat les cabots qui veulent la détruire.

Et si tout cela ne vous a pas convaincues, j'ajouterais juste que Clay vous fera oublier les gamins que sont Jacob et Edouard :)

Lu dans le cadre du Club des théières.