Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/12/2008

It's a raining men!


Jeudi, je rentrais d'une journée fatiguante et pas très passionnante, quand j'ai trouvé dans ma boite aux lettres un avis de passage.
Magiquement requinquée, j'ai vite filé vite chez mon concierge, espérant mon colis sexy swap. Et en sonnant à la loge, j'aperçus un paquet que je connais.


Youpiiiii, le temps d'attendre mon concierge (le pauvre, j'ai très tendance à sonner chez lui lorsqu'il est en train de manger), et j'ai pu confirmer mon hypothèse : Yueyin était bien ma swappée.

Absorbée par la contemplation de docteur Mamour, j'ai tout de même réussi à regagner ma cabane au fond du jardin, enfin mon modeste appartement pour ouvrir mon colis!!!!! J'ai déjà dit : Youpiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii??? :))


Et me voilà en train de déballer le colis armée d'une paire de ciseau, lorsque je suis accueillie par une pleïade de sexy mens!!! Mes sexy mens et désolée Fashion mais ils ne peuvent pas être tous à toi! Si si je t'assure.
Non Fashion, inutile d'insister!



Et me voilà ravie de découvrir que Yueyin m'offre à la fois Jeffrey (aaaaahhhhh) et Daniel période préJames. Je sens que je vais redécouvrir ces deux chef d'oeuvres. Comment cela, ce ne sont pas des chef d'oeuvres? Mais si, suivant les critères hautement Kulturels de ce Kultussisme swap, ils le sont! Enfin!
Yueyin m'a envoyé un dvd maquant 2 jours après, où je vais pouvoir ressavourer un chef-d'oeuvre de la littérature en admirant un futur batman sexy en diable! (vous aurez, bien sur, reconnu Les quatre filles du docteur March, et Christian Bale)



Et non contente de m'offrir ces trois trésors donc, Yueyin est allée dénichée un exemplaire épuisé des aventures d'Anita Blake. Tout cela arrosé d'un peu d'exotisme avec Elisabeth Peters.
Puisque mes lectures allaient être troublantes, un marque-page spécial kikimundo me permettra de retrouver mon chemin!

Pour dévorer ces plaisirs coupables, j'ai également eu droit à deux plaques de chocolat!

Moi je le dit, vive les swaps, vive les sexy men et pour attendre le prochain patiemment, ils sont tous là pour m'accompagner pendant une année... Aaaaahhh je défaille!
Mister février, mister Septembre, mister Novembre, tous, venez me secourir


Merci encore Yueyin pour ce superbe paquet et Fashion pour cette glamourous idée :)



PS : aucun sexy men n'a été maltraité durant la rédaction de ce billet

PS2 : merci encore Yueyin, celui là il est pour toi :)


29/11/2008

En passant

Le salon du livre de la jeunesse de Montreuil m'a mise complètement KO mais j'ai adoré : mon compte-rendu est ici

Je continue de lire, lire, lire mais suis toujours en panne pour écrire des billets, c'est laborieux et long. Suis en plein dans les romans jeunesse et mes achats d'hier ne vont rien arranger puisque j'ai craqué pour :
- L'oeil des dieux d'Ange (et oui, après le grand pays, je compte bien tout lire!)
- La sorcière dans le congélateur (mais c'est pour un chanceux de 5 ans surtout)
- Being de Kevin Brooks. Sauvez moi! J'ai découvert au salon les éditions du Rouergue et tous leurs romans ados ont l'air passionnants!!!!

Sinon? Mon swap est reçu et j'addoooore mon colis, billet à venir!

25/11/2008

La fin de l'engrenage

Et voilà, au total vous aurez été une vingtaines de participants à notre jeu organisé en partenariat avec Pocket.fr
Amanda, Caro[line] et Fashion et moi-même vous avions posé 4 questions.

Voici les réponses que vous attendiez :

Que s'est-il passé quand j'ai rencontré Jean-Philippe Blondel pour la première fois ?
J'ai poussé un mini cri de surprise et ouvert la bouche. La réponse était dans mon billet du salon du livre de Paris. Pour le trouver, il suffisait de taper Blondel dans le moteur de recherche sur votre droite.

Quelle chanson a fait pleurer Amanda dans un supermarché ?
"Aimer" extrait de la comédie musicale Romeo et Juliette (cf billet du 16.10.08 sur Juke Box)

Quel type de fauteuil à Jean-Philippe Blondel dans son salon ?
La réponse se trouvait dans les réponses de Jean-Philippe Blondel aux 3 questions de Caro[line] sur ses lectures (). Et donc il fallait répondre : un fauteuil love-seat.

Quel est le point commun entre Fashion et Jean-Philippe Blondel ?
Et bien là nous avons finalement accepté deux réponses :
L’une : la vision commune de l’enfance en province (cf billet du 19.11.08 sur le blog de Fashion) L’autre : Fashion et Jean-Philippe Blondel sont tous deux professeurs (de lettres pour Fashion, d’anglais pour JPB)

3 valeureuses participantes m'ont envoyées leurs réponses. Emma a malheureusement fait une erreur donc il ne restait que Erzebeth et Joelle en lice pour recevoir les 5 livres de Jean-Philippe (aahh, mince voilà que cela me reprends!) Blondel.

Et la gagnante est .....

Tirage au sort Jeu Jean-Philippe Blondel
Vidéo envoyée par lisia_real

 



Que la gagnante n'oublie surtout pas de m'envoyer son adresse!

Je vous laisse aller chez Amanda, Caro[line] et Fashion pour découvrir les autres gagnants !

PS : et comme annoncé, ce billet a évidemment été publié à 5h14 mais ne me demandez toujours pas pourquoi! :)
Caroooo?

06/11/2008

A tous les James qu'on a aimé avant...

Cela fait une semaine qu'est sorti le nouveau James Bond et malgré les files d'attentes devant les cinémas, la plupart des théières sont allées le voir admirer. Depuis, sauf une trop wild pour le petit James, plusieurs théières n'ont qu'un prénom ou plutôt deux à la bouche : James/Daniel.

Vous noterez combien Colin, Pierce se dandinant en tenue disco, ou même Javier la joue pleine de peinture, ont vite été oubliés. Pauvres hommes, débarqués de nos fantasmes féminins par un agent secret en smoking noir cintré (qu'il s'obstine obstinément à salir tout au long du film), en petit pantalon blanc et veste en cuir (qui subissent le même sort ou presque que le costume, bon j'arrête avec mes réflexions ménagère sinon certaines moqueuses risquent de m'appeler Ariel)...



Cependant si je ne peux pas me cacher, moi aussi je craque, et d'ailleurs j'avais déjà largement craqué pour Casino Royale (seconde édition). Je voulais, au travers d'un billet, rendre hommage à tous ces James qui semblent oubliés dans leur smokings noirs plus ou moins cintrés suivant les époques. Bien sur ce classement est totalement subjectif et personnel, mais je vous encourage à exprimer ici vos avis : qui est the James, qui fut le plus séduisant?

Puisqu'il faut bien faire plaisir aux copines, je ne pouvais pas bien sur oublier celui que Daniel (**soupirs**) a remplacé : Pierce Brosman. Par contre, désolée, je n'ai jamais aimé ses films, le trouvant trop propre, trop bien coiffé pour représenter un agent secret crédible. Son époque a été également propice à nous proposer des cascades improbables en ouverture. Je me souviens encore d'une salle riant aux éclats devant l'une de ces entrées en matière. C'était prévu?

J'ai un tendresse particulière pour Timothy Dalton. Bon objectivement, côté coiffure, il n'avait que peu à envier à Pierce mais voilà moi j'ai soupiré devant Timothy, alors je l'aime bien. Licence to kill est l'un de mes meilleurs souvenirs de blockbuster de cette époque, même si le film n'a pas excessivemment bien vieilli.



Et, of course, the last but not the least, même vieux son regard est resté magnétique, alors jeune en smoking noir ou blanc... Cet écossais a représenté le plus british des agents secrets : Sean Connery (who else?...) A sept reprises, il a défendu sa majesté contre Dr No, en Russie, et dans bien d'autres lieux.






Ne me tapez pas, pour les fans, mais alors vraiment pour vous faire plaisir, une petite photo du grand oublié de ce classement : Roger Moore. A part en embrassant Grace Jones, son passage ne m'a malheureusement pas vraiment marquée.






Caution littéraire :

Parce qu'il s'agit tout de même d'un blog littéraire : James Bond, avant d'être 22 films cela fut également des romans écrits par Ian Fleming. Après la mort de Fleming en 1964, les aventures de Bond furent successivement écrites par Kingsley Amis (sous le nom de Robert Markham), John Gardner et Raymond Benson. (source Wikipedia)
Je ne pourrais que citer une spécialiste des polars, qui considère le personnage littéraire trop macho, limite raciste, et pas du tout sexy. Et dire qu'à partir de cette série, ils ont réussi à nous faire admirer ça!


Caution cinématographique :
Les scénaristes de James Bond ont toujours été particulièrement attentifs à l'actualité. Ici ils se sont servi de la rareté de l'eau.
Cela permet à James de courrir après les méchants dans des scènes impressionnantes, avec une mention spéciale pour la course à pied sur les toits de Siennes. Contrairement aux vieux épisodes, le méchant, campé par Mathieu Almaric, est plus huileux (pour reprendre l'expression de Peter Fondu de Oui fm) que profondément méchant. J'ai regretté l'absence de scènes mettant plus en avant le style glamour James Bond (comme cela avait le cas lors des parties de poker dans Casino Royal). Quantum of Solace se rapproche donc beaucoup plus d'un épisode de la trilogie Jason Bourne. J'ai aimé cette trilogie, donc j'ai aimé ce Quantum of Solace. Et puis franchement Greg a beaucoup plus de potentiel que Matt Damon.



N'est ce pas ?


Plus d'infos sur ce film


Ce billet est évidemment dédié à Didier Barbelivien et Felix Gray qui ont inspiré le titre de cette ode aux James.

30/10/2008

A vos questions!


A l'occasion de la sortie de son nouveau livre L'avenir de l'eau, petit précis de mondialisation II, j'ai eu la chance d'être invitée à rencontrer Erik Orsenna.
La démarche est inhabituelle car au lieu d'écouter l'auteur interviewé par un journaliste, chacun des bloggeurs invités va pouvoir interviewer l'auteur pendant 20 à 30 min.





Inutile de vous décrire mon état : j'ai lu la biographie du monsieur, et depuis je suis encore plus impressionnée. Par conséquent, je vous lance un petit appel à l'aide, si vous aviez des idées de questions, n'hésitez pas à me les laisser dans les commentaires.

De mon côté, je veux l'interroger sur son livre bien sur dont la lecture me passionne. J'avais dans l'idée d'essayer de le faire passer à table, et de l'interroger sur ses habitudes / aux blogs littéraires. En effet, non content d'avoir un site personnel d'une grande qualité, de commencer son nouveau livre en invitant le lecteur à continuer son voyage sur internet, Erik Orsenna cite google dans son livre comme moyen de recherche, donc peut-être l'utilise t il également pour venir surfer sur nos humbles billets.

D'autres idées?
Svp :)

22/10/2008

Il faut boire jusqu'à l'ivresse sa jeunesse

J'ai reçu hier un communiqué de presse de GFK qui présente un bilan du marché des livres pour la jeunesse et se réjouissait de voir que le cliché des adolescents rivés à leur console avait vécu.

A l'heure où l'édition fait grise mine, les LCA ne sont malheureusement pas assez nombreus(es) et celles et ceux qui peuplent les blogs dépensent déjà trop en budget livres, la littérature jeunesse croit et représente 15% du marché du livre contre 13%, il y a quatre ans. C'est en argent sonnant 526 millions d'euros, donc un beau pactole qui attire de plus en plus les éditeurs.

Parmi les best sellers fer de lance de cette réussite, se retrouvent de nombreux livres dont les billets enthousiastes ont fleuris sur les blogs durant ces douzes derniers mois :

  1. Harry Potter : who else? entre la frénésie des livres et des adaptations ciné, peu de livres auront fait autant d'afficionados!
  2. Les chevaliers d'Emeraude (seul titre à ne pas faire l'objet d'une adaptation cinématographique)
  3. Fascination : d'un autre côté, de 7 à 77 ans cela soupire pour Edward alors ce n'est pas une surprise :)
  4. L'apprenti épouvanteur
  5. A la croisée des mondes : certainement relancé par l'adaptation (la suite est en cours d'étude)
  6. Les colombes du roi soleil : l'un des rares titre français du top 20 d'octobre 07 à septembre 08
  7. Uglies
  8. Journal d'une princesse
  9. L'héritage (suite d'Eragon)
  10. Quatre filles et un jean


Il s'agit du classement des grands formats. Le livre de poche jeunesse est de son côté en recul de 5% depuis deux ans.

Je suis sceptique sur l'adolescent qui lirait de plus en plus. Je doute que les seuls chiffres de vente permettent cette conclusion alors que la plupart des titres de ce classement sont des romans adulescents qui ont été lus et commentés sur les blogs littéraires. Bien sur, la blogosphère est loin d'être représentative mais dans mon entourage, la plupart des lecteurs occasionnels le sont à l'occasion de romans de fantasy publié en jeunesse comme Eragon, Harry Potter ou d'autres livres du même type. Il suffisait de prendre le métro à Paris dans le mois suivant une sortie d'Harry pour constater que les lecteurs adultes ne manquaient pas :)

La hausse est également là sur les illustrés même s'ils subissent de plein fouet le ralentissement des ventes de Dora (à défaut de Zag, le marché aura peut-être sa peau). Les nouveaux thèmes documentaires redynamisent également le marché (malgré une perte en volume, la valeur est en hausse).

La littérature jeunesse est résolument un beau pactole qui attise la convoitise d'éditeurs de littérature. Michel Lafon n'a pas regretté d'avoir lancé les chevaliers d'Emeraude par exemple. C'est un marché qui attire autant les adultes que les enfants et j'adore l'idée que tous ces best-sellers jeunesse sont en train de façonner les futurs LCA. Bienvenue les petits jeunes et ne nous en voulez pas, les vieux vous emprunterons quelques romans en passant ;)



Ps : le titre qui n'a de rapport que de contenir jeunesse est extrait d'une chanson du grand Charles : Il faut boire jusqu'à l'ivresse sa jeunesse car tous les instants de nos vingt ans nous sont comptés. Et jamais plus le temps perdu ne nous fait face.

18/10/2008

Swap London

J'ai eu la chance de recevoir ce matin mon colis swap at home, même pas besoin, d'aller faire la queue comme d'autres à la poste ;)

L'identité de ma swappée était révélée sur le paquet, c'est donc Martine G. qui m'a envoyé ce colis.























J'ai donc reçu :
- David Lodge : La chute du British Museum
- Jane Austen : Emma
- Karen Joy Fowler : Le club Jane Austen
- James Canon : Dans la ville des veuves intrépides
ainsi qu'une plaque de chocolat à la menthe et deux paquets de thé.

Merci Martine pour ce colis et merci à Ys pour l'organisation du swap.

Ps : de mon côté, j'ai eu la chance de gâter une copine, Caro[line] à qui j'ai remis en main propre son colis jeudi.

04/10/2008

J'aime vos blogs


Karine m'a fait le plaisir de me taguer, je dois donc :

- mettre le logo et les règles sur mon blog
- mettre le lien de la personne qui m'a attribué ce prix
- désigner 7 de mes blogs préférés
- les prévenir que je leur ai attribué ce prix


Oulalalala, comment dire, j'ai 186 abonnements sur mon google reader (heureusement pas que de littérature), je ne peux malheureusement pas lire tous ces billets (surtout en ce moment) mais j'ai tout de même une catégorie "préférés" de blogs que je lis quoiqu'il arrive (et où je prends un retard énorme en ce moment).

Bien sur, il y a toutes les blogueuses parisiennes
Fashion, Caro[line], Chiffonette, Un coin de blog, Lucile de la mer à lire, Tamara, Amanda, Emeraude...
Mais je vais plutôt essayer de vous faire découvrir des blogs que je suis depuis peu ou pas, littéraires ou pas.

Lord Yoyo
: Ses dessins me font commencer ou finir de bonne humeur ma journée. Et pour l'illustrer, la simple évocation de ce billet me fait sourire ou alors celui-ci. Ah non mince faut aussi que je vous montre celui-là, mais je ne peux pas oublier celui-ci également... Désolée, y'en a vraiment trop!

ParisDailyPhoto : parce que j'adore cette vision quotidienne de Paris, anecdotique, amusante ou sérieuse mais toujours d'actualité et surtout accompagnée chaque jour par une magnifique photo.

Une semaine, un chapitre : Ariane nous parle littérature, mais aussi cinéma et sorties. Je ne sais pas comment j'y suis arrivée, mais je n'en suis toujours pas repartie.

Little world
: depuis deux mois, ces fonds d'écran enjolivent mon ordinateur perso. J'adore la poésie de ces dessins.

Y'a dl'a joie : même si Choupynette me tente trop souvent avec des livres en anglais.

Plaisir de lire : Argantel était l'une de mes swappées. Elle ne doit même pas se douter que je la lis encore et assidument car je ne laisse pas de commentaires. Et pourtant, j'aime beaucoup ses lectures.

et the last but not the least :

Lire oui mais quoi : parce que Yueyin répond très bien à cette question.

Voilà, je vous passe le flambeau, à vous de nous faire découvrir d'autres blogs.

02/10/2008

100% littéraire!

** Avertissement **
ce billet est garanti 100% littéraire et 100% qui fait du bien aux yeux


Mesdames, voyons!, malgré la qualité de ce salon, ou de celui-ci, je m'étonne, je m'insurge, je me rebelle! Ne sommes nous pas des littéraires? D'accord, il nous arrive régulièrement de soupirer au cinéma pour tel ou tel acteur, de crier le nom d'un chanteur comme si nos quinze ans étaient du matin, d'ailleurs c'est le cas! mais où sont les auteurs dans tout cela? Pourquoi sont ils aussi absents de nos classements alors que leurs mots nous accompagnent tous les jours?
En tant que défenseuse du petit auteur (même s'il porte un chapeau), je tenais aujourd'hui à vous présenter mon classement des auteurs qui font du bien à nos yeux et souvent autant à nos cerveaux.

Tout d'abord, même si je ne l'ai pas encore lu, je ne pourrais pas l'oublier donc je commence avec, "because Neil Gaiman is a god", et je dirais même qu'il a des airs de rock stars.



Ok il commence à se faire un peu vieux, mais il garde toute notre attention et en plus c'est un magicien des mots, j'ai nommé Paul Auster, who else?





Il a fait au minimum deux victimes lors du festival America cette semaine, dont une fan déjà sous le charme d'un autre David. Il vient de publier un troisième livre et j'avoue que je suis pressée de le lire tellement en deux minutes, il s'est montré charmant et plein d'esprit, David Treuer est en bonne position pour être chouchoutisé et s'il le faut, je veux bien me dévouer.





Mais tout ceci est bien anglophone, pourtant la France littéraire présente également certains avantages visuels comme Nicolas Fargues ou Julien Blanc Gras (qui étaient d'ailleurs en dédicace sur deux stands côte à côte lors du dernier salon du livre de Paris). Et j'en profite même pour vous recommander une nouvelle fois, le dernier livre de Julien Blanc Gras. Qui a osé penser que ce billet n'était pas uniquement littéraire?


Bon je vous l'avoue, j'ai eu peur de ne pas remporter vos suffrages sans un peu plus de grain de peau, heureusement je n'ai pas eu besoin de me rabattre sur une certaine publicité pour vous en proposer. Je terminerais donc ce premier classement littéraire qui fait en plus du bien aux yeux avec J Eric Miller (débusqué sur le catalogue du festival America, où il était cependant bien plus habillé).

30/09/2008

Festival America

Ce week-end a décidément été très littéraire, puisqu'après la soirée Fnac, j'ai passé mon dimanche après-midi à Vincennes pour le dernier jour du festival America (littératures et cultures d'Amériques du Nord).
Pour sa quatrième édition, le festival proposait un salon du livre, un café littéraire, des lectures, débats, rencontres, expositions, films et même concerts. Le programme était donc très chargé, et je n'ai profité que du salon du livre et de deux conférences. J'ai également vu quelques photos de l'exposition accrochées au salon (trop haut cependant, ce n'est qu'après avoir remarqué le panneau que j'ai pensé à lever les yeux au ciel pour profiter des photos).

Quelques minutes après mon arrivée, je craquais déjà pour David Treuer. J'hésitais entre ses trois livres mais décidaient de suivre les conseils de l'auteur et partait avec une dédicace et son troisème et dernier roman, Le manuscrit du Docteur Apelle. J'ai appris le soir même que le monsieur avait déjà fait une victime en la personne de Caro[line]. Cette demoiselle a décidément une passion pour les David :)

Alors là attention, mesdames et messieurs, roulements de tambours, il s'agit du seul et unique livre acheté. Non que l'envie me manque, mais la simple pensée de ma PAL m'a retenue. Atteindrais je l'age de raison? Hum, mes 250 livres non lus qui envahissent tous les recoins de mon appartement crient, hurlent, non!

Rejointe par une chasseuse de dédicaces, Slo (qui elle n'a pas été raisonnable), nous nous sommes dirigées vers l'espace Shakespeare, pour écouter les écrivains intervenants. Tout d'abord ce fut Lionel Shriver, auteur de Il faut qu'on parle de Kevin. Attention, Lionel est une femme, ne pas oublier qu'aux US les prénoms sont souvent unisexes. Cela peut surprendre!
Ce fut un intéressant débat de société autour du livre de Lionel Shriver. Je n'ai eu qu'un seul regret, ne pas entendre plus de précision sur son travail d'écrivain.

Ensuite, nous sommes restées dans la même salle pour écouter pendant une heure deux auteurs des Allusifs : Neil Smith (qui a publié un premier recueil de nouvelles, Big-bang) et surtout Horacio Castellanos Moya (qui a publié plusieurs titres dont le bal des vipères, et dont la lecture du dernier roman est comparé à un acte politique par Pages).
Ici, il a surtout été question d'écriture. Horacio n'aime pas par exemple nommer les lieux qu'il nous fait parcourrir par son écriture. Cela peut être une ville qui n'existe pas mais est un mélange de deux villes comme San-Salvador et Mexico pour le bal des vipères (San Salvador pour la montagne, Mexico pour le metro et les rues). C'est un auteur qui a beaucoup voyagé (et vit d'ailleurs actuellement aux USA), et considère le langue espagnole comme son pays. A plusieurs reprise, Horacio Castellanos Moya a parlé de la musicalité de sa langue (qui d'ailleurs lui manque aux Etats-Unis).

Mon bilan est très positif, au contraire du salon du livre de Paris, les conférences dans des lieux séparés permettent d'être dans une ambiance propice à l'échange. Je compte revenir dans deux ans, et je profiterais certaienement de plusieurs conférences.