Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/05/2010

Dufaux & Delaby : Murena, La pourpre et l'or

512iS0YoOrL._SS500_.jpg" Il était d'un naturel féroce et sanguinaire qui se trahissait dans les moindres choses comme dans les grandes... dans tous les combats de gladiateurs donnés par lui ou quelqu'un d'autre, il faisait égorger même ceux qui tombaient par hasard pour observer leur visage quand ils expiraient."

Bienvenue à Rome en mai 54. L'empereur Claude est mort, n'aime plus sa femme Agrippine, et lui préfère Lolia Paulina, mère de Murena. Néron, fils d'Agrippine, son fils adoptif, est en première ligne pour devenir empereur. Sa mère souhaite le voir gouverner pour prendre le pouvoir à travers lui.

 

Lire la suite

16/11/2008

Isabelle Dethan : Sur les terres d’Horus, les disciples du Maât


Au temps où l'Egypte s'appelait Kemet... Sous le règne de Ramsès II, de sombres affaires viennent entacher l'apparente prospérité du royaume. Profanation de tombes, secte mystérieuse ou crimes en série au harem royal ébranlent le pouvoir Nul ne doit remettre en cause la capacité de Pharaon à maintenir la paix dans son pays. Le prince Khamouaset, enquêteur officiel à la cour, et son assistante Meresankh tentent de faire la lumière sur ces tragiques événements, parfois au péril de leur vie, afin que Maât, la justice divine, soit respectée.

A l’occasion du premier anniversaire du club des théières, le thème de lecture du mois de Novembre était anniversaire. Si il y a un sport qui s’est développé en un an, c’est celui de détourner au maximum le thème (il y a également celui d’embêter son libraire préféré de mangas avec des thèmes bizarres mais c’est une autre histoire et il le mériterait presque).
A l’occasion du Festiblog, j’ai préféré pour une fois aller embêter un libraire de bd ayant envie de couleurs. Il en est ressorti non pas une histoire d’anniversaire, mais l’achat d’un album d’Isabelle Dethan qui rassemble 4 BD en une à l’occasion des 20 ans de Delcourt.

Côté couleurs, j’ai été effectivement servie, puisque j’ai particulièrement apprécié les dessins et leur mise en couleur, surtout lorsque Isabelle Dethan prend le temps de réaliser de magnifiques vues de villes égyptiennes ou des jardins. L’histoire également ne manque pas de piquant, puisque nous suivons les aventures du prince Khamaouaset et surtout de son assistance Meresankh, ensemble confrontés à plusieurs sombres affaires comme des profanations de tombe, des sectes mystérieuses, des assassinats en série au harem royal. Nul de devant remettre en cause la capacité du Pharaon à maintenir la paix dans son pays, les deux enquêteurs se doivent d’agir vite et discrètement. Même si les intrigues sont relativement classiques, elles restent passionnantes car elles sont l’occasion de découvrir les croyances des égyptiens et leur vie quotidienne. Le recueil est d’ailleurs terminé par glossaire.
Le personnage de Meresankh est particulièrement intéressant car elle est libre, indépendante grâce à son statut de veuve. Il est presque dommage qu’Isabelle Dethan soit tombée dans le piège de rendre le prince amoureux d’elle. Cependant, cette partie de l’histoire n’est presque pas utilisée, le prince ne voulant pas enfermer une femme aussi indépendante. J’ai particulièrement aimé la deuxième histoire Meresankh ou le choix de Seth, qui est l’occasion de faire également intervenir un garde du corps qui rend plus complexes les relations entre les différents personnages et leur ajoute une profondeur.

C’est donc une lecture que je recommande.

Lu dans le cadre du club des théières

14:59 Publié dans Bd, mangas | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : bd, dethan isabelle | |  Facebook |

19/10/2008

BD : Empire USA 1 & 2



Dans quelques heures, une attaque chimique sur le soi des Etats-Unis plongera le pays dans un cycle infernal. Annulation des élections présidentielles, révision de la Constitution, restriction des libertés. Gommage que le seul homme capable de déjouer cet attentat soit sur le point de mettre fin à ses jours !





Et oui, il fallait bien qu'après avoir succombé aux mangas, je me plonge avec envie dans une BD. Alors je me suis confortablement calée dans mon siège, comme au cinéma pour lire les deux premiers tomes d'Empire USA dont le scénario ne démériterait pas sur grand-écran d'un blockbuster made in USA.

C'est ce qui m'a tout d'abord plu dans ces deux volumes : le scénario se tient bien. Certe, il s'agissait de la première BD de ce type (espionnage) que j'avais l'occasion de lire mais je peux me vanter d'une certaine expérience en cinéma. A part quelques détails qui m'ont énervée (par exemple l'équipier du héros qui n'arrête pas de citer Stars Wars, c'est amusant une fois, plusieurs non!), l'histoire est prenante et originale. Et pourtant les USA dirigés par un fondamentaliste religieux, à priori cela n'avait rien de bien nouveau...
Le scénario est soutenu par de beaux graphisme, dont j'ai particulièrement apprécié les couleurs (après le noir et blanc des mangas, c'était le bienvenu). Vous pouvez vous faire votre propre idée sur le site de l'éditeur.

Le rapport avec le cinéma est tel qu'il y a même une bande-annonce ;)



Le tome 3 vient de sortir, je suis impatiente de connaitre la suite. C'est tout le problème avec les bonnes histoires... :)

Fashion a aimé, Tamara était un peu plus circonspecte.

18:00 Publié dans Bd, mangas | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : bd | |  Facebook |

13/10/2008

Ayane Ukyo : Desir C Max 3


Le prince et Mio se rapprochent de plus en plus. Cependant le petit frère de Mio ne voit pas tout cela d'un bon oeil.


Billet sur tome 1 et 2

Samedi je suis allée acheter mon manga hebdomadaire, et en rentrant dans la boutique j'ai été accueillie par un tonitruant : ah un Désir C-Max pour la demoiselle. Autant vous dire que je réfléchirais à deux fois avant d'annoncer dans les commentaires d'une certaine boutique d'un certain libraire.

Passé ce moment gênant (on n'a pas idée! mais bon j'assume puisque je vous parle de mes lectures ici de toutes façons), je me suis rapidement replongée dans ce nouvel opus des aventures de Mio et du prince.

Autant le dire immédiatement, j'ai été déçue et gênée. Déçue car au lieu de reprendre le mystère du premier tome sur l'enlèvement, l'auteur a choisi de continuer ses "égarements" du deuxième (ok, cela allait pour un tome, mais je veux savoir!!!). Gênée, car une histoire trouble (suggérée lors du tome 2) se révèle au grand jour entre Mio, son frère et le prince. Tout cela devient franchement glauque et ne fait absolument pas avancer l'intrique.
J'achèterais peut-être le tome suivant, car l'auteur a eu l'audace de finir sur une question haletant!

18:00 Publié dans Bd, mangas | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : manga, ukyo ayane | |  Facebook |

06/10/2008

Mayu Shinjo : Kaikan Phrase 1 & 2

Aïné, jeune lycéenne tout à fait banale, mais possédant un réel talent d'écriture, perd le texte qu'elle avait écrit pour un concours de chanson. Plus tard, elle entend les paroles qu'elle a écrites lors d'un concert rassemblant 50 000 personnes au Tokyo Dôme ! Sakuya, le chanteur du célèbre groupe Lucifer a récupéré son texte et l'a mis en musique ! Il demande alors à Aïné de devenir la nouvelle parolière du groupe... A la seule condition d'écrire des chansons érotiques...




Et non le maintenant fameux thème Galipette du club des théières n'est pas de retour. Pourtant même s'il ne remplit pas tout à fait le contrat, ce manga aurait certainement eu sa place dans nos lectures d'été.
Imaginez : une adolescente tombe amoureuse d'une sulfureuse rock star qui lui demande de devenir la parolière de son groupe.
Alors bien sur, je pourrais sortir la caution intellectuelle : ouiii (accent snob quand vous lisez s'il vous plait!), ce manga souligne le pouvoir des mots, souligne combien l'imagination est fertile quand elle est débarrassée du réel et pose donc la question de savoir si l'imagination peut-être pervertie par l'expérience (bon vous pouvez laissez tomber l'accent snob). Sakuya passe une bonne partie de son temps à flirter avec Aïné mais sans aller au bout car Aïné est vierge et c'est son imagination qu'il veut stimuler. Cela donne plusieurs scènes dénudées. Et il remplit son objectif puisqu'Aïné, aussi bien inspirée, écrit des chansons "qui touche l'âme des femmes".
Petit étonnement, vous allez me dire pleine de préjugées, mais j'assume, j'ai été étonnée que ce manga ait été écrit par un homme, car il cerne de façon très juste le désir feminin comme par exemple pour le tournage du clip (biippp je n'en dirais pas plus, sous risque de spoilers).

Mais soyons franche, la caution intellectuelle n'est pas vraiment crédible, il s'agit d'un Shojo un peu hot
(d'ailleurs je ne le conseillerais qu'à partir de 15-16 ans), qui fait très bien régresser mais dont je ne garderais pas un grand souvenir. Et c'est très bien comme cela.

Mais bon quand même, Fashion tu ne me prêterais pas la suite? :)

16/09/2008

Gonzo - Kirihito Ayamurao : Red Garden

Couverture :
À New-York, quatre jeunes filles : Kate, Rose, Claire et Rachel vont au même lycée Roosevelt Island et n’ont en commun que leur amitié individuelle avec Lise. Ce matin-là, en se réveillant, elles n’ont aucun souvenir de la nuit passée hormis un grand manoir, une piscine étrange et des chiens noirs aux yeux rouges.
Plus tard, elles apprennent que le corps sans vie de Lise a été retrouvé dans la forêt. S'agit-il d'un suicide comme tout semble l'indiquer ?
Chaque jeune fille est guidée par des papillons énigmatiques dans un jardin où une étrange femme, Lula, leur révèle qu’elles ont été assassinées la nuit précédente. Pour ressusciter, elles doivent combattre des êtres mi-hommes, mi-bêtes. C’est ainsi que les héroïnes se plongent dans un monde violent et surnaturel, plein de mystères.

Mon avis :
Attention manga addictif pour les fanas de vampires! (même si ce n'est pas exactement la même mythologie habituelle)!!!

Il s'agit d'un Seinen même si l'environnement lycée m'a tout d'abord fait penser à un Shojo. Merci Manga News pour la précision :)
L'histoire de ces quatre filles est passionnante. Si le premier volume est un peu mou et montre les quatre lycéennes prendre peu à peu conscience de leur nouvelle état. Dans les deux épisodes, leurs liens se resserrent et l'une d'elle prend de plus en plus d'assurance. L'histoire se complexifie (mais pas de spoilers donc pas de détails). Les différents protagonistes se retrouvent confrontés à différents choix : respecter les choix de sa famille ou se rebeller contre l'autorité en place, continuer à vivre normalement ou pas, tomber amoureux ou pas (quand même!)

J'apprécie énormément les dessins et les scènes violentes de lutte ont un très bon rendu.
Une version DVD existe (la bande annonce est visible ici) et j'avoue en être très curieuse. Peut-être un jour... En attendant, j'attend impatiemment la sortie du quatrième volume.

31/08/2008

Ayane Ukyo : Desir C Max

Couverture :
Désir © MAX raconte l’histoire de Mio, une lycéenne qui travaille après les cours pour subvenir aux besoins de sa famille. Un soir, elle intervient dans une bagarre. L’un des protagonistes lui propose de l’acheter après l’avoir embrassée. Le lendemain, l’ancien patron de son père, le richissime M. Jinnai, lui propose de venir travailler chez lui en tant que gouvernante. Mio découvre alors que le fils de la maison, qui est au lycée avec elle,
n’est autre que le garçon qui l’a embrassée la veille. Petit à petit, Mio s’aperçoit que, sous une apparence odieuse, le prince Jinnai cache une terrible culpabilité. Elle passe alors à son service pour l’aider à échapper à de désagréables souvenirs.

Mon avis :
Ce manga aura donc été mon premier "dans le mauvais sens" (le bon pour les puristes, mais que voulez-vous je suis française). Et oui, à force de voir craquer les blogueuses parisiennes dans notre nouveau lieu de perdition, j'ai fini par suivre le mouvement. Comme nous le disons souvent, que voulez-vous la LCA est faible...
Je ne parlerais pas de tous ceux lu depuis (certains n'en valent vraiment pas la peine) mais il semblerait que j'ai une prédilection pour les mangas avec une couverture plutôt roses donc les Shojo. Bon je vais essayer de me soigner et de faire d'autres découvertes, même si les mangas de superhéros ne m'attirent pas, il y a d'autres choix.

Sous son titre un peu racoleur, Desir C max, cache un pitch intéressant : quel secret se cache donc entre Mio (étudiante pauvre) et Jinnai (fils de l'ancien patron de son père)? De plus, il montre un quotidien intéressant du Japon car Mio est malheureusement une lycéenne pauvre qui doit travailler pour aider sa famille.
Le tome 1 permet de dévoiler la base de ce secret, et surtout de poser les relations entre Mio et Jinnai. Relations plutôt violentes, il faut l'avouer, et attention l'éditeur a fait une erreur en mettant le manga à partir de 12 ans, 15-16 ans est bien plus approprié. D'ailleurs l'erreur est rectifiée sur le tome 2, indiqué pour public averti.
Le tome 2 est plus décevant, car le secret est presque totalement laissé de côté, lorsque Mio se transforme en professeur d'humanité de Jinnai : en gros, elle veut lui apprendre comment vivent les gens normaux. L'intrigue n'avance donc quasiment pas, et cela m'a donné l'impression d'un volume pour rien. J'attends donc avec impatience la sortie du volume 3 qui d'après le résumé disponible sur manga news devrait donné beaucoup plus d'indications sur ce fameux secret.

14:26 Publié dans Bd, mangas | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : manga, ukyo ayane | |  Facebook |

02/03/2008

Isabelle Bauthian, Serge Limousi : Effleurés

Couverture :
"Je l'avais fait sourire et elle avait réveillé quelque chose en moi. De la taquinerie, de l'imagination. Une fantaisie que je pensais à jamais évanouie. Elle était drôle, spontanée. Elle se moquait du regard des autres. Et elle savait ce qu'elle voulait.
- on va chez toi."

Mon avis :
Un quatrième de couverture pareil pour un roman! Mon coeur de midinette ne pouvait forcément pas résister! Mais ici pour une fois, il s'agissait d'une BD, genre auquel je ne suis pas du tout habituée (sortie de l'intégrale de Tintin de mon frère, de quelques Joe bar team et Astérix, ma culture BD est nulle, d'ailleurs depuis peu j'essaie de me soigner).
J'avoue que si le scénario et les dessins sont bien conçus, il m'a quand même manqué les mots, les images ne réussissant pas à retranscrire toutes les nuances des émotions humaines.
Pourtant, les deux auteurs avaient tout pour me toucher par cette histoire moderne de deux trentenaires que tout sépare et donc terriblement attirés l'un par l'autre.
Une jolie leçon de vie sans plus.

21/02/2008

Jean-Claude Servais : Tendre Violette, vol 5 Lucye

Couverture :
Tendre Violette est un roman graphique sous forme de bande dessinée, de 139 pages, dessiné en 1982 par Jean-Claude Servais sur un scénario de Gérard Dewamme. D'abord dessiné en noir et blanc et publié dans la revue (A Suivre), il a été plus tard republié en couleurs et en plusieurs volumes.
Dans ce volume, Violette rencontre une bande de sorciers en plein Sabbat.

Mon avis :
J'avoue que sans les trois dernières pages, j'aurais considéré cette Bd comme l'occasion de regarder une jolie fille très bien dessinée nue. L'intérêt était donc très limitée pour moi même si je dois reconnaitre que j'ai particulièrement apprécié les graphismes de ce volume. :)
Et puis, il y a ces dernières pages qui d'un ton très sérieux racontent le mythe collectif de la sorcière. Très intéressant.
L'intérêt du la Bd qui illustre ce propos est plus discutable...

Merci Delphine pour le prêt, j'ai tout de même envie de découvrir d'autres volumes qui a chaque fois illustre un mythe. Peut-être seront ils mieux :)

29/01/2008

Pénélope Bagieu : Ma vie est tout à fait fascinante

Couverture :
Pénélope est une illustratrice parisienne de 25 ans. Elle vit dans le plus petit appartement du monde, sous les toits. En compagnie de son chat rose, sa collection de chaussures et ses tracas quotidiens : sa réticence à faire du sport, sa mère envahissante, son chéri qui ne l'écoute pas, ses clients qui la paient en retard, son incapacité à mettre de l'autobronzant correctement et ses talons aiguilles qui se coincent entre les pavés. Heureusement pour elle, il reste les copines langues de vipère, les soldes, les séries télé, les week-ends à Londres, la presse People et les macarons à la fleur d'oranger.
Pénélope possède un tas de petits défauts : elle râle, parle beaucoup trop, manque parfois de tact, arpente compulsivement les magasins, insulte les automobilistes sur les pistes cyclables, ne fait la vaisselle qu’une fois par semaine, dépense trois fois ce qu'elle gagne, passe la moitié de sa vie au téléphone, mange n'importe quoi, s'obstine à essayer de rentrer dans un 36, s'insurge (selon les saisons) contre le froid ou le chaud, reste des heures dans la salle de bains, et fait parfois preuve d'une grossièreté effrayante.
Pénélope Bagieu nous raconte, dans cette bande dessinée, les petites histoires et péripéties de cet attachant personnage, tour à tour drôles, émouvantes et toujours passionnantes.

Mon avis :
A force d'en avoir entendu parlé par Caro[line] et Fashion et avoir admiré le fan art de Zag, je ne pouvais qu'aller faire un tour sur le blog de Pénélope Jolicoeur. Et effectivement, je suis également devenu fan de ses dessins (mais pfffff un par jour c'est peu! La vie est trop injuste... :o))

Pénélope a le chic pour en quelques bulles, nous raconter une petite histoire "tellement nous", c'est à dire la jeune femme dynamique (mais pas trop), trop bavarde et gourmande. Toutes les pages m'ont fait rire, et je vous déconseille fortement sa lecture dans le RER, sous peine de passer pour bizarre auprès de vos voisins :)
D'ailleurs, j'ai surpris mon voisin en train de jeter des coups d'oeils fréquents par dessus mon épaule! Rooooohhhhhh...

A lire d'urgence :)

09:01 Publié dans Bd, mangas | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : bagieu pénélope, bd | |  Facebook |