Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/05/2009

Epinal, chapitre 2!

Fashion et Uncoindeblog ont très sérieusement donné un compte-rendu détaillé de nos aventures à Epinal. L'age et l'habitude aidant, nous avons été sages (ou presque), plus loquaces avec les auteurs (qui sont toujours aussi sympas pour ce salon) et aventurières (ou presque, dans le centre-ville de cette grande (mais petite par la taille) ville).

Je m'étais fixée la limite de 50 euros pour enrichir ma PAL!

Lire la suite

23/03/2009

De Mexico à Paris en passant par Arles

salon-livre-2009.jpg

De bon matin (enfin presque), j'enfile de magnifiques chaussures (enfin des chaussures confortables, pas bête la fille), je remplis mon sac à dos d'une bouteille d'eau (qui devient donc un sac à d'eau, oui je sais j'ai honte...) et surtout d'une caméra, pour me rendre sur un blanc destrier (nommé RER) au salon du livre de Paris. La veille, j'avais encore regardé d'un air pitoyable (mais toujours enjoué) ma PAL gigantesque (même s'il m'arrive de me plaindre de n'avoir rien à lire, je suis une LCA faible). La pile non lues des livres achetés lors des salons précédents me faisait plus particulierement tord.

Après plus d'une heure de voyage, j'arrive enfin porte de Versaille. Autant vous le dire de suite si vous prévoyez une sortie dans la plus grande libraire (temporaire) de France, portez un manteau facile à porter et surtout un ti-shirt, la chaleur est tout simplement insupportable par moment (mais comme dans tout salon qui se respecte, d'ailleurs qui a osé dire que la litterature n'était jamais physique??)

Le temps de trouver le stand de Stock, je rencontre Maud Lethielleux, jeune auteur de Dis oui, Ninon, dont les avis commencent à se multiplier sur les blogs littéraires. Maud a en effet décidé d'envoyer plusieurs exemplaires en livres voyageurs. Ele accepte de faire une interview vidéo (ma première, et celle qui justifie donc l'achat de ma caméra, youpiiii).

Interview bouclée, je rejoins Tamara pour une séance de motivation commune du type : non non nous avons déjà trop de livres. Cela ne nous empêchent pas de faire plusieurs stands jeunesse pour finir par dégoter une dédicace de Gilles Bachelet, le génialissisme auteur de Mon chat le plus bête du monde.

Tamara prend de l'avance pour Bébé Books en achetant tout de suite un exemplaire du livre tandis que je pars dans l'aquisition d'un autre recueil pour le faire dédicacer par l'auteur (j'ai un titre de super tata qui ramène "des supers livres avec un dessin fait à la main"à garder moi!!!.

plantes.jpgTamara, vaincue par le rhume, rentre à la maison, tandis que je continue le tour du salon. Une discussion avec Marie-Anne des Allusifs m'apprend que le caractère latin des auteurs Méxicains est inadapté à des rendez-vous radio. Le temps que l'auteur arrive enfin, le passage radio est terminé. Ils sont trop souvent en retard, sinon absents et joue un trop à l'Arlésienne. Tant pis, au lieu de succomber au thème de ce salon, je découvre plusieurs maisons d'éditions et recueille des interview vidéos : l'éditeur et deux auteurs de Moisson Rouge, un jeune auteur d'une jeune maison d'édition... Les vidéos seront bientôt à voir ici ou sur lapagelitterature.

 

Le lendemain, c'est en compagnie de Uncoindeblog que je continue ma visite.  Nous commençons fort en célébrant le thème de l'été des theières : les Galipettes ou livre à connotation sexuelle suivant la description très sérieuse de la blogueuse émérite qui m'accompagne. Nous tombons ensuite ensemble sous le charme d'une maison d'édition locale : Gulf Stream, éditeur de Nantes. Leur catalogue est très diversifié, et accueille quelques pépites dont ce recueil pour lequel Uncoindeblog craque. Et que je regrette de ne pas avoir acheté pour mon neveu.

 

 

Et pour ne pas faire mentir le vieil adage, j'y retourne le mardi soir pour la nocturne avec une collègue. Je n'oublie pas d'aller dire bonjour à Magali de Griffe d'encre avant d'aller refaire un tour du salon. Je tombe sur une dédicace de Simonetta Greggio, l'un de mes auteurs chouchoux. J'ai offert et offert sa Douceur des hommes. Et bien sur, je suis faible et ne résiste pas à son dernier roman.

C'est quand le prochain salon?????

 

PS : et oui, cela faisait plus d'un mois sans billet, tout va bien, j'ai simplement eu une petite panne. Panne qui a peut-être duré plus longtemps que normal car j'ai continué à chroniqué (avec plaisir) pour lapagelitterature. Mais je vais essayer de revenir ici aussi.

 

15/01/2009

La Grande Librairie

Je ne vous ai pas tout dit (et heureusement). Lorsque j'ai interviewé François Busnel, il m'avait alors parlé de l'émission de La Grande Librairie de cette semaine où il a fait le choix d'inviter uniquement Paul Auster. Cela faisait depuis septembre que nous parlions d'aller assister à l'émission, ce fut l'occasion ce soir. Paul Auster! Quand même!

Lire la suite

09/01/2009

Il est en ligne!!!!

Mon article est en ligne : http://www.lexpress.fr/culture/retour-dans-la-grande-libr...

Retour sur mon vendredi à la rédaction de l'Express.fr demain. Michel prière de ne pas râler, le teasing n'est pas volontaire, je n'ai simplement pas le temps de finir mon billet maintenant :)

22/10/2008

Il faut boire jusqu'à l'ivresse sa jeunesse

J'ai reçu hier un communiqué de presse de GFK qui présente un bilan du marché des livres pour la jeunesse et se réjouissait de voir que le cliché des adolescents rivés à leur console avait vécu.

A l'heure où l'édition fait grise mine, les LCA ne sont malheureusement pas assez nombreus(es) et celles et ceux qui peuplent les blogs dépensent déjà trop en budget livres, la littérature jeunesse croit et représente 15% du marché du livre contre 13%, il y a quatre ans. C'est en argent sonnant 526 millions d'euros, donc un beau pactole qui attire de plus en plus les éditeurs.

Parmi les best sellers fer de lance de cette réussite, se retrouvent de nombreux livres dont les billets enthousiastes ont fleuris sur les blogs durant ces douzes derniers mois :

  1. Harry Potter : who else? entre la frénésie des livres et des adaptations ciné, peu de livres auront fait autant d'afficionados!
  2. Les chevaliers d'Emeraude (seul titre à ne pas faire l'objet d'une adaptation cinématographique)
  3. Fascination : d'un autre côté, de 7 à 77 ans cela soupire pour Edward alors ce n'est pas une surprise :)
  4. L'apprenti épouvanteur
  5. A la croisée des mondes : certainement relancé par l'adaptation (la suite est en cours d'étude)
  6. Les colombes du roi soleil : l'un des rares titre français du top 20 d'octobre 07 à septembre 08
  7. Uglies
  8. Journal d'une princesse
  9. L'héritage (suite d'Eragon)
  10. Quatre filles et un jean


Il s'agit du classement des grands formats. Le livre de poche jeunesse est de son côté en recul de 5% depuis deux ans.

Je suis sceptique sur l'adolescent qui lirait de plus en plus. Je doute que les seuls chiffres de vente permettent cette conclusion alors que la plupart des titres de ce classement sont des romans adulescents qui ont été lus et commentés sur les blogs littéraires. Bien sur, la blogosphère est loin d'être représentative mais dans mon entourage, la plupart des lecteurs occasionnels le sont à l'occasion de romans de fantasy publié en jeunesse comme Eragon, Harry Potter ou d'autres livres du même type. Il suffisait de prendre le métro à Paris dans le mois suivant une sortie d'Harry pour constater que les lecteurs adultes ne manquaient pas :)

La hausse est également là sur les illustrés même s'ils subissent de plein fouet le ralentissement des ventes de Dora (à défaut de Zag, le marché aura peut-être sa peau). Les nouveaux thèmes documentaires redynamisent également le marché (malgré une perte en volume, la valeur est en hausse).

La littérature jeunesse est résolument un beau pactole qui attise la convoitise d'éditeurs de littérature. Michel Lafon n'a pas regretté d'avoir lancé les chevaliers d'Emeraude par exemple. C'est un marché qui attire autant les adultes que les enfants et j'adore l'idée que tous ces best-sellers jeunesse sont en train de façonner les futurs LCA. Bienvenue les petits jeunes et ne nous en voulez pas, les vieux vous emprunterons quelques romans en passant ;)



Ps : le titre qui n'a de rapport que de contenir jeunesse est extrait d'une chanson du grand Charles : Il faut boire jusqu'à l'ivresse sa jeunesse car tous les instants de nos vingt ans nous sont comptés. Et jamais plus le temps perdu ne nous fait face.