Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/05/2008

Sophie Kinsella : L'accro du shopping attend un bébé

Couverture :
Becky est aux anges ! Dans quelques mois, elle donnera naissance au plus adorable, au plus magnifique, au plus looké des bébés.
D’ici là, elle s’évertue à mettre en pratique sa toute nouvelle théorie : le shopping soignerait les nausées matinales.
Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes si notre accro ne s’était pas mise en tête d’être suivie par l’accoucheuse des stars, la sublime Venetia Carter… qui n’est autre que l’ex-petite amie de son mari, Luke ! Et qui semble bien décidée à le redevenir…
Entre les deux femmes, la guerre est déclarée. La pauvre Becky survivra-t-elle aux humiliations de la vénéneuse Venetia ?
Quand la situation semble désespérée, notre fashionista a plus d’un tour dans ses sacs !

Mon avis :
Après la rencontre avec Sophie Kinsella, j'avoue que je n'ai pas résisté et ai profité d'un samedi tranquille pour commencer immédiatement ce nouvel opus de l'accro du shopping. Ma première rencontre avec Becky m'avait pourtant laissée dubitative puisqu'un peu énervée par ses pulsions shopping incontrôlables.
Mais bon, l'envie était là de lire de la Chick lit et le livre disponible :)
Et bien je dois avouer que ce fut une excellente surprise. Même si ses envies sont toujours aussi incontrôlables, Becky a grandie (les bienfaits conjugués de l'age et certainement surtout du mariage avec Luke) et il ne s'agissait plus seulement d'une interminable liste d'articles achetés.
Les personnages m'ont semblé moins caricaturales alors que l'écriture était restée toujours aussi agréable à lire. Bien sur, il s'agit de la Chick lit.. Et alors? J'ai trouvé que c'était de l'excellente Chick lit, qui atteignait son but : détendre son lecteur. La scène de pré-accouchement m'a arrachée des éclats de rire (mais comment a-t-elle fait pour une fois de plus se retrouver dans une telle situation?)

N'ayant pas lu les 3 autres opus parus avant celui-ci, je n'ai cependant pas du tout été perdue, Sophie Kinsella résumant brièvement à chaque apparition d'un personnage son passé avec Becky.

Un excellent moment de lecture, 100% détente et sans complexe que je vous recommande pour cet été ou tout de suite.

08/05/2008

Aki Shimazaki : Tsubame,le poids des secrets /3

Couverture :
Lors du tremblement de terre de 1923, qui a dévasté la région du Kanto et entraîné plus de cent quarante mille morts, la Coréenne Yonhi Kim devient, question de survie, la Japonaise Mariko Kanazawa. A la fin de sa vie, alors qu'elle est veuve, mère d'un chimiste et grand-mère de trois petits-enfants, le mystère de sa naissance lui est dévoilé : le prêtre catholique qui l'avait recueillie dans son église lors du tremblement de terre, surnommé monsieur Tsubame, était-il l'instrument du destin qui a permis à cette hirondelle de s'élancer hors du nid ?

Mon avis :
Troisième volume de la série du Poids des secrets, j'ai aimé encore une fois cette lecture. Ici l'histoire racontée est très différente car au lieu de se concentrer sur l'histoire contrariée de deux jeunes adolescents, la narratrice est Mariko, la mère de Yukio, le jeune garçon.
Son récit est centré sur sa lente redécouverte de sa nationalité Coréenne et nous explique un aspect de la colonisation japonaise de la Corée. Je trouve que la négation de son identité puis sa lente redécouverte est excessivement bien contée, tout en délicatesse.

A lire et vivement la sortie du quatrième tome en poche.

Merci Tamara pour le prêt. Les avis de Tamara, Clochette, Katell, Papillon.

04/05/2008

Carolyn Grey : Le cercle du Phénix

Couverture :
Angleterre, 1860.
Menant une existence monotone dans son manoir reculé du Surrey, Cassandra Jamiston reçoit un jour une nouvelle dramatique : Thomas Ferguson, une de ses vieilles connaissances, a été assassiné à Paris. Mais avant de mourir, celui-ci a eu le temps de lui transmettre un objet mystérieux : le Triangle de la Terre. A en croire son ultime message, ce Triangle, ajouté à trois autres pièces disséminées aux quatre coins de l'Europe, permettrait d'obtenir... la pierre philosophale, que la légende prétend capable de transformer le plomb en or et de donner la vie éternelle.
Que recouvre vraiment cette énigme ésotérique, l'une des plus fabuleuses de l'Histoire ? Et qui se cache derrière le Cercle du Phénix, société secrète elle aussi en quête de la pierre dont les malversations et les assassinats terrorisent Londres? Cassandra parviendra-t-elle, avec l'aide de ses proches, à percer ces mystères aussi fascinants que périlleux ?
Amateurs d'aventures, de rebondissements et de suspense, ce roman est pour vous !

Mon avis :
Avouons le tout de suite, ce livre est le premier roman d'une jeune auteur que je connais donc, il était beaucoup plus stressant de le lire sachant que j'aurais à en parler directement à l'auteur.
J'ai donc vraiment commencé cette lecture avec une petite appréhension.
Et l'appréhension a durée une cinquantaines de pages avant de me laisser complètement emportée par le récit.
Carolyn commence sa narration de la façon la plus habituelle qui soit pour un roman d'aventures historiques : une belle héroïne entourée de quelques beaux gentlemans (prometteurs) tous prêts à l'aider (quelle chanceuse!), un mystère à résoudre, quelques meurtres afin de prouver que les méchants sont très méchants...
Bien écrit, mais rien de révolutionnaire! Et puis soudain, "oh non, elle a osé", et oui Carolyn ose et détourne beaucoup de codes. Déjà prise par le suspens, ces fameux détournements m'ont mise en joie. Et certaines blogueuses pourront témoigner que j'en parle encore avec les pupilles qui pépitent...
A lire donc parce qu'on passe un bon moment, parce qu'une fois reposé ce premier volume, vous n'aurez qu'une seule envie (je l'espère), allez sur le blog de l'auteur pour lui demander :
- et alors au lieu de bloguer vous ne devriez pas être en train d'écrire la suite? J'attends moi!

20/04/2008

Lucien Cerise : Photographie d'un hamburger

Couverture :
- J'en ai marre de ces soirées. Il faut toujours se définir positivement par des qualités socialement admises, répondit Lucien.
- Et comment veux-tu faire pour lier connaissance ? Il faut bien dire qui on est ! Comment faire autrement ?
- Je ne sais pas. Mais avant d'être ceci ou cela, avant tout, je ne suis rien. Ou plutôt, je suis un potentiel évolutif, un mouvement virtuel. C'est ce que la psychanalyse nous a enseigné. Et avant elle, Pascal et Nietzsche. " Ça y'est ! Il recommence à délirer ! ", pensa Ahmed.
Il rétorqua :
- Ok, mais la philo c'est bon à la foc. En dehors ça sert à rien. Si on te demande ce que tu fais dans la vie, tu peux pas répondre : " Je suis un potentiel évolutif ".
- Mais c'est la vérité !
- Oui, mais dans une soirée, on ne te demande pas de dire la vérité ! On est pas au tribunal. On te demande seulement de dire ce que tu fais dans la vie, de plaisanter un peu, etc. Ce sont les règles de base de la communication.
- Le problème c'est que je ne fais rien. Il ne se passe rien dans ma vie. Je n'ai rien à dire sur ce sujet.
- Tu n'as qu'à dire d'où tu viens. C'est souvent ça dans les soirées avec les étrangers, chacun parle de ses origines. C'est intéressant.
- L'origine ne définit pas l'identité. Ahmed commençait à s'énerver. " Il me fait chier ! Ce mec est indécrottable ! "

Mon avis :
Ne chercher pas l'espoir ici, il n'y est plus.

Roman acheté au salon du livre où l'auteur participait à la dédicace collective de Louis Lahner (l'écrivain avait simplement invité ses copains écrivains à venir dédicacer avec lui), je n'avais jamais entendu parler de l'auteur.

C'est un roman bizarre, dont je ne sais pas trop que penser.
Côté point négatif, je dirais que le style d'écriture m'a vraiment dérangé. C'est très impersonnel et si cela peut aller à une partie de l'histoire, cela m'a quand même semblé pesant. Côté histoire, si l'auteur a de bonnes idées, elles sont traitées presque totalement séparément, le roman perd donc régulièrement de sa cohérence. Ce manque est si flagrant que durant les trois premiers chapitres, j'ai franchement cru qu'il s'agissait d'un recueil de nouvelles, je ne voyait aucun lien entre les trois histoires racontées.

Pourtant, ce roman m'a suffisamment captivée pour que je ne le lâche pas. Lucien Cerise a un vrai potentiel d'écrivain de polar. Il sait très bien dépeindre les univers glauques (je dis les car ici il mélange aussi bien le glauque des riches que le sombre quotidien d'une cité HLM) et surtout il sait distiller les informations petits à petits en excitant la curiosité de son lecteur pour le "forcer" à continuer sa lecture. J'étais vraiment curieuse de savoir où tout cela allait mener...

Un roman que je ne conseillerais pas forcément mais je suivrais avec attention toute prochaine sortie d'un roman de cet auteur.

17/04/2008

Simonetta Greggio : Etoiles

Couverture :
" Stella adorait quand Gaspard faisait fondre dans un gaspacho des glaçons aux feuilles de basilic. Et, quand elle avait de l'appétit, il lui composait des nourritures plus consistantes, jouant sur des associations de saveurs simples : des rondelles de pomme de terre tièdes sur lesquelles il avait amoureusement déposé des pétales de truffe, une noix de Saint-Jacques en carpaccio avec une larme d'oursin sur une feuille de roquette, arrosée de trois gouttes d'huile d'olive. "
Fable moderne sous le soleil de Provence, ode à l'amour et à la gastronomie, Etoiles est suivi d'un carnet de recettes illustrées et conçues par Manuel Laguens.

Mon avis :
Il y a de ces livres (comme certains films) qui vous donnent envie de sortir vos casseroles et de vous mettre à couper et taillader, pétrir et laisser reposer, émincer et faire revenir... qui vous donne donc envie de cuisiner. Parce que la cuisine, c'est la base de la vie, la cuisine c'est de l'amour, amour de la vie, amour des choses, amour des hommes. Et oui que voulez-vous le souvenir des repas familiaux concoctés aussi bien par ma grand-mère maternelle que paternelle ont laissés ces envolées lyriques à la seule évocation de la cuisine.

Après la douceur des hommes, l'un de mes coups de cœur de l'année dernière que j'ai offert à tout va, envoyé en voyage sous la forme d'un livre voyageur, j'ai pu lire un autre roman de Simonetta Greggio : Etoiles.

Ici, on s'attache aux pas de Gaspard, cuisinier chef à la dérive, qui par hasard va se poser dans un petit restaurant de campagne.
L'histoire en elle-même est prévisible, on sait déjà la fin, mais là n'est pas le plus important. L'enchantement de ce livre réside dans cette magnifique déclaration d'amour que sont toutes les scènes de cuisine, déclaration d'amour pour la cuisine provençale.
La saveur du basilic, des pennes aux olives, des courgettes revenues dans de l'huile d'olive vous titillera obligatoirement les narines lors de votre lecture.

Et les illustrations de Manuel Lagens finiront certainement de vous convaincre.

Un grand merci à Caro[line] qui m'a offert ce recueil pour mon anniversaire.