Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/04/2007

Juliette Benzoni : Suite italienne


Couverture :
Maintes fois prise en modèle, la Renaissance italienne est, depuis des siècles, synonyme de rayonnement culturel. Sublime époque vouée au développement des arts et des sciences, ces années fastes furent également soumises aux frasques de ses tout-puissants souverains. Dans la Rome des papes jouisseurs, le redoutable César Borgia donne libre cours à sa folie meurtrière. A Florence, le charismatique Laurent de Médicis assoit sa domination faite de raffinement, de séduction et de cruauté feutrée. Au cœur de la moderne Ferrare bruissent les secrets de sensuelles duchesses tandis que Venise, Naples et Milan deviennent le théâtre de complots et de passions tragiques. Une suite de chroniques dédiées aux amoureux de l'Histoire et de ses sulfureux protagonistes.

Mon avis :
Juliette Benzoni est l'une des auteurs de mon adolescence. J'ai du lire tout ou presque d'elle. Et surtout elle m'a donné le goût du roman historique. Suite italienne est simplement une succession de chapitres chacun racontant l'histoire d'une famille italienne. J'avoue que j'aurais aimé plus de développement sur l'histoire des Borgia (d'ailleurs je vais chercher les autres écrits sur le sujet), j'ai été moins passionnée par les autres.
Cette lecture a ressemblé à une visite à une ancienne amie longtemps perdu de vue. J'ai apprécié cette lecture mais sans plus, cherchant mais ne retrouvant pas la magie qui me faisait veiller très très tard.

Carrie Karasyov / Jill Kargman : Chic et Choc à New-York


Couverture :
Park Avenue, la plus chic et la plus chère de New York. En un mot, le paradis. Sauf pour la ravissante Melanie Korn, récemment mariée à un milliardaire. A chaque fois que la jeune femme tente une percée dans la haute société, ce petit cercle de privilégiés se charge de lui rappeler son passé d'hôtesse de l'air. Comment s'habiller avec goût? Quels amis fréquenter? A quels clubs adhérer? Melanie n'en a pas la moindre idée. Mais elle dispose d'un atout maître : un majordome anglais bien décidé à transformer Cendrillon en une authentique princesse. Sauront-ils, à eux deux, forcer les portes des associations caritatives les plus en vue et des réceptions les plus huppées? Une chose est sûre : Melanie ne reculera devant rien pour mettre à ses pieds Park Avenue, ses hommes d'affaires influents et ses jolies héritières...

Mon avis :
Ce type de roman est devenu un petit phénomène en librairie, si l'on se base par la place qu'ils prennent tous sur les étalages. J'avoue que celui là n'a pas forcément rempli le rôle que je lui avais assigné : me détendre en lisant une lecture "facile".
Tout d'abord, il y a énormément de personnages, donc il faut un minimum s'accrocher. Ensuite, j'ai trouvé le style un petit peu ardu, enfin je ne dirais pas le style, peut être plus l'écriture. En tous cas, ce n'est pas de l'easy listenning. Et pour finir, même si j'ai fini par m'attacher assez aux personnages pour vouloir vite connaitre la fin, cela ne m'a apporté aucun plaisir et surtout je n'ai pas regretté de le refermer.
Vite lu, vite oublié.

Jodi Picoult : Ma vie pour la tienne



Couverture :

A treize ans , Anna a déjà subi de nombreuses interventions et transfusions afin que sa sœur aînée Kate puisse combattre la leucémie qui la ronge depuis son enfance. Anna sait qu'elle a été conçue pour être génétiquement compatible avec Kate et qu'elle est son seul espoir. Cependant, lorsqu'on lui demande de faire don d'un rein, l'adolescente refuse. Elle veut disposer librement de son corps et ira jusqu'au bout pour se faire entendre... S'inspirant d'un fait réel, Ma vie pour la tienne est un récit choral, qui donne la parole à tous les protagonistes. Ce roman subtil et profondément humain a déjà touché des millions de lecteurs dans le monde.

L'auteur :
Jodi Picoult est devenue une star de la littérature américaine avec Ma vie pour la tienne. Salué par la critique, ce roman s'est vendu à plus d'un million d'exemplaires aux Etats-Unis.

Mon avis :
c'est excellent! L'auteur a pris le parti d'exprimer l'avis de tous les acteurs de cette histoire : Anna, son père, sa mère, son avocat, sa tutrice ou assistante sociale qui doit donner son avis au juge. Bizarremment mais finalement cela se révèle une bonne idée, seule la voie de sa soeur Kate (malade) n'est pas entendue. Le livre traite d'un sujet difficile qui n'a pas de bonne solution.

Justine Lévy : Rien de grave



Couverture :
" Tu t'attendais à quoi ? Je lui ai dit. Tu crois que ça va être facile de me quitter ? Tu crois que je vais te laisser faire comme ça ? J'ai lancé le cadre par terre, le verre s'est brisé mais comme c'était pas assez, j'ai bondi du lit et j'ai déchiré la photo, celle qu'il prétendait tant aimer, la photo de nous deux en mariés, beaux et légèrement ridicules, il y avait tant de monde qu'on ne connaissait pas à notre mariage qu'on est partis avant la fin. Il a eu l'air triste, plus de la photo déchirée que du fait de me quitter. Il a toujours été fou avec les photos. Parfois je me disais qu'il n'aimait les choses de la vie que pour les voir un jour en photo. Moi c'est le contraire, rien ne me fait plus peur qu'une photo de bonheur avec toute la quantité de malheur qu'elle promet, qu'elle contient, mais sans le dire, en cachant bien son jeu. Je ne savais pas encore que c'était la meilleure chose qui puisse m'arriver, qu'il me quitte. Comment j'aurais pu le savoir ? Il était toute ma vie, sans lui je n'existais pas. "

Mon avis : Ce livre aura t il eu autant de succès s'il n'avait pas été aussi "people"? (Justine Levy raconte sa propre vie suite au départ de son mari pour un mannequin reconverti dans la chanson) j'avoue que quelques heures après l'avoir fini, je continue à me poser cette question. Le style est brut, certaines phrases font mouches mais je ne suis pas sure que tout cela méritait autant de bruit. J'ai tout de même un coup de cœur particulier pour la scène du café où elle revoit son ancien amour et recherche sans le trouver ce qui l'émouvait tant chez lui avant.
Citation : "J'essaie, en te regardant, de te voir comme avant, avec mes yeux d'avant, quand tu n'étais pas encore mort".

cliquez ici pour le "décryptage people" : http://mlemaudit.blogs.com/melismes/images/synthese.JPG