Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/05/2007

Olivier Adam : Je vais bien, ne t´en fais pas

Couverture :
Une autre lettre de Loïc. Elles sont rares. Quelques phrases griffonnées sur un papier. Il va bien. Il n'a pas pardonné. Il ne rentrera pas. Il l'aime. Rien d'autre. Rien sur son départ précipité. Deux ans déjà qu'il est parti. Peu après que Claire a obtenu son bac. A son retour de vacances, il n'était plus là. Son frère avait disparu, sans raison. Sans un mot d'explication. Claire croit du bout des lèvres à une dispute entre Loïc et son père. Demain, elle quittera son poste de caissière au supermarché et se rendra à Portbail. C'est de là-bas que la lettre a été postée. Claire dispose d'une semaine de congé pour retrouver Loïc. Lui parler. Comprendre.

Mon avis :
Je n´ai pas vu le film lorsqu´il est sorti en salle, n´ayant simplement pas envie à l´époque de voir un film triste (qui avait déjà fait pleurer ma maman et des copines :)
Sachant qu´il s´agissait d´une adaptation, j´ai préféré acheter le livre plutôt que le dvd : généralement les livres sont souvent mieux que les films. Mal m´en a pris! Ce livre est déjà un scénario. Tout y est décrit avec minutie, mais sans la moindre grace. Le "pitch" est pourtant beau mais est tellement mal traité qu´il perd tout intérêt au fur et à mesure. Heureusement, le livre est court, ce qui m´a permis de vite le finir au lieu de le laisser de côté. J´espère plus aimer le film...

05/05/2007

Shan Sa : La joueuse de go



Couverture :
1937. Alors que la Mandchourie est occupée par l'armée japonaise, une lycéenne de seize ans semble ignorer tranquillement la guerre, les cruautés, les privations. Mélancolique, seule, l'adolescente joue au go. D'où tient-elle cette maitrise ? Place des Mille Vents, la lycéenne s'amuse à mentir. Ses mains déplacent les pions sans jamais se tromper, les joueurs s'assoient en face d'elle à une table gravée en damier et la défient. Le go est une esquive. Est-elle amoureuse de Min ou de Jing ? Sait-elle qu'ils aident tous deux à la résistance contre les japonais ? Entre les bras duquel des deux perd-elle une virginité fiévreuse ? Elle ignore encore son adversaire de demain : un officier japonais, à peine plus âgé qu'elle, un samouraï de métal, sanglé dans le sacrifice nécessaire à la Patrie impérialiste qu'il défend.

Mon avis :
Coup de coeur incontestable!
L'écriture alterne de courts chapitres dont le narrateur est soit la jeune lycéenne, soit le jeune officier japonais. Les phrases sont courtes, le texte va à l'essentiel avec pourtant une grâce arachnéenne.
Cela m'a donné sans contexte envie de lire d'autres romans de cet écrivain. J'espère qu'ils seront à la hauteur de mon attente :)


"Troisième roman de Shan Sa, déjà couronnée deux fois (bourse Goncourt du Premier roman pour Porte de la paix céleste et Prix Cazes pour Les Quatre Vies du saule), La Joueuse de go dit la naissance de l'amour et de la conscience politique, raconte la force de l'audace, de l'imagination et de la liberté sur le damier infini de nos destinées. --Laure Anciel (extrait www.amazon.fr)"

30/04/2007

Agathe Hochberg : Ce crétin de prince charmant



Couverture :
Une chose est sûre : le chevalier servant n'existe pas ! Beau parleur, mesquin, égoïste, obsédé, irresponsable, voire désespérément immature, le mâle du XXIe siècle pencherait plutôt du côté " odieux crapaud ", avec tout ce qu'il faut de ridicule et de veulerie affichée. Et ce n'est ni Ariane, jeune Parisienne branchée, mariée " par intérim " à un jeune loup de la finance aussi agaçant qu'absent, ni Justine, charmante célibataire juive new-yorkaise adepte des cuites au saké et névrosée de première, qui vous diront le contraire. La preuve, les innombrables et irrésistibles mails que nos deux trentenaires délaissées - et déchaînées - ont décidé de s'envoyer le temps d'un jeu de massacre transatlantique à la fois acerbe et drolatique...

Mon avis :
Coup de coeur! A la base, j'ai acheté ce livre afin de faire une pause "facile" entre La place d'Annie Ernaux et La joueuse de Go.
Agathe Hochberg sur un mode ludique aborde des thèmes qui omnibulent toutes les femmes célibataires ou non : la recherche de l'homme idéal, la vie en couple, les amis, les parents... Le mode de narration est moderne :
la vie de Justine est racontée par elle-même sous forme d'émail envoyés à Ariane qui lui répond
la vie d'Ariane est racontée sous forme de roman et commentée dans ses réponses émails à Justine.
Si les 2 premiers chapitres m'ont un peu désorientés à cause de ce mode, j'ai fini par m'y habituer et surtout adorer.

29/04/2007

Soazig Aaron : Le non de Klara



Présentation
Ce roman s'apparente à un document plus qu'à une fiction. La narratrice, Angelika, est l'amie et la belle-soeur de Klara, l'héroïne. Elle retrace l'impossible reconstruction de cette jeune femme. Survivante d' Auschwitz, Klara revient à Paris en 1945 après 29 mois de déportation. Dévastée sur le plan physique et psychologique, elle sait que sa vie n'a plus lieu d'être : elle se sent morte, perdue à jamais. Soucieuse du bonheur de sa fille Victoire, âgée de trois ans, Klara se refuse à lui faire subir ce qu'elle est désormais et elle décide de laisser son enfant à des proches. Sans retour possible cette fois... Un regard douloureux sur l'horreur de la Shoah.

Les extraits de "Le non de Klara"
La phrase à retenir
A l'intérieur je ne suis que mort, j'ai un goût de mort, je pue la mort, pour longtemps encore, peut-être pour toujours. Les enfants le sentent. Je ne veux pas qu'elle renifle cette odeur qu'elle n'a pas encore eu dans le nez.

Mon avis
J'ai finis ce livre juste avant la commémoration des justes de France. Sous la forme du journal de la belle soeur de Klara, il raconte le difficile retour à la vie de Klara, qui a survécu à un camp de concentration. Il s'agit du premier livre traitant de ce thème que j'ai pu lire. Visiblement, c'est un sujet très peu développé dans la littérature.
J'avais pu lire "le chale" il y a moins d'un an, qui m'avait laissée très dubitative. Cependant le chale se passe plus de 30 ans après la libération des camps. Klara a en elle la même colère, le même dégoût que l'héroïne du chale. Cependant, elle l'exprime de manière différente. Le livre ne couvre qu'un mois de sa vie, au travers du regard de sa belle soeur. On a donc autant le témoignage de Klara que les interrogations et les doutes d'Angélika. La shoah n'est abordée que par brides, qui rappellent certaines scènes de "la liste de schlinder". L'horreur absolue n'a cependant pas besoin de beaucoup de développements. Ce livre montre surtout que survivre n'était peut être pas le pire. Se remettre à vivre était certainement une autre épreuve.
A lire.

Luis Sepúlveda : Journal d'un tueur sentimental



Couverture :
Trois nouvelles sur des thèmes chers à Luis Sepùlveda
Dans Le journal d'un tueur sentimental, un homme épris d'une belle Française néglige le contrat pour lequel il a été payé et part dans une course effrénée, de la Turquie au Mexique, à la poursuite d'une « cible amoureuse » insaisissable.
Hot Line met en scène un inspecteur rural, muté à Santiago, qui enquête sur les téléphones roses, non sans causer quelques aigreurs aux hommes politiques qu'il ose défier...
Quant aux Yacarés, ces petits crocodiles d'Amazonie dont la peau est si recherchée par les maroquiniers milanais - commerce qui met d'ailleurs en péril la vie des Indiens Anarés -, ils sont au centre de l'intrigue qui mène un inspecteur de police jusqu'en Italie.
Les deuxième et troisième nouvelles étaient déjà parues sous le titre Yacaré/Hot line

Mon avis :
Luis Sepulveda sait choisir ses titres. J'ai déjà choisi "le vieux qui lisait des romans d'amour" pour son titre :) J'ai retrouvé le même plaisir de lire ces trois nouvelles que celui que j'avais pris à lire l'histoire de ce vieux qui lisait des histoires d'amour. Le style est simple et agréable, les personnages sont atypiques mais attachants... J'ai particulièrement aimé la première nouvelle, l'histoire de ce tueur sentimental, qui doit gérer en 6 jours un nouvel assassinat et sa relation avec sa petite amie. Un livre qui se lit rapidement trop rapidement!