Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/02/2008

Amanda Eyre Ward : Le ciel tout autour


Couverture :
" La nuit allongée dans sa cellule, la télé éteinte, les bruits enfin calmés, elle repense à ce soir-là, sur la véranda. Elle tente de se convaincre qu'elle l'a vraiment vécu. Elle compte les minutes qu'il lui reste à vivre. Le 25 août est dans soixante-deux jours 89 280 minutes. " Karen a vingt-neuf ans et elle attend son exécution dans le couloir de la mort d'une prison du Texas où les touristes affluent pour l'évènement. Célia, la veuve d'un des hommes que Karen a assassinés, ne parvient pas à se remettre de la mort de son mari. Cinq ans après, elle ne pardonne pas mais décide d'écrire à la coupable... Franny, jeune médecin originaire du Texas, quitte New York pour rejoindre sa région natale et trouver peut-être un sens à sa vie. Trois destins entremêlés dans un roman qui évoque l'univers carcéral féminin avec émotion et humanité. Inoubliable.

Mon avis :
Est-il possible de pardonner l'impardonnable? C'est la question en filigramme de ce magnifique livre.
Trois destins croisés : Karen, la tueuse de l'autoroute, Franny la jeune docteur paumée et Celia la veuve éplorée de l'une des victimes de Karen.
Tour à tour, au fil des chapitres, nous suivons ces trois femmes qui finissent par se croiser à la prison où est retenue Karen.
L'écriture est légère, le texte semble facile alors que le sujet l'est si peu. Amanda Eyre Ward reussit le tour de force de retranscrire les pensées intimes de trois personnages tellement différents et pourtant...

A lire d'urgence, un véritable coup de coeur pour moi!
Merci Amanda pour le prêt.

18/02/2008

Sophie Chauveau : Le rêve Boticelli


Couverture :
Florence, quinzième siècle. Sous le règne de Laurent le Magnifique, jamais le sang, la beauté, la mort et la passion ne se sont autant mêlés dans la capitale toscane. Le plus doué des élèves de Fra Filippo Lippi, un certain Sandro Filipepi surnommé depuis l'enfance " botticello - le petit tonneau " va mener à son apogée la peinture de la Renaissance. Maître d'œuvre de la chapelle Sixtine, créateur bouleversant d'un Printemps inouï, il ressent intimement et annonce les soubresauts de son époque. Pendant que Savonarole enflamme la ville par ses prophéties apocalyptiques, il continue à peindre avec fougue. Il entretient alors avec Léonard de Vinci une relation faite de rivalité farouche et d'amitié profonde. Adulé puis oublié de tous, aussi secret que Florence est flamboyante, Botticelli habite un rêve connu de lui seul.

Mon avis :
Les hasards du bookrings sont joueurs, à peine lu La passion Lippi, j'ai reçu la suite Le rêve Botticelli.
Quelques années après la mort de Lippi, Sophie Chauveau reprend son récit par la vie de l'élève.

Si j'ai eu des réserves sur une grande partie de La passion Lippi, je suis totalement tombée sous le charme de Botticelli. Le personnage est certainement plus attachant, mais j'ai également trouvé l'écriture plus fluide et donc beaucoup plus agréable. J'ai lu une écrivain et non plus une historienne qui tentait de romancer son propos comme je l'avais précédemment cru.

Alors si vous voulez savoir comment a été peint Le printemps, l'histoire de l'Abandonnée, ou de toutes ses autres œuvres, lisez vite ce livre.

Lu dans le cadre du club des théières

Pour aller plus loin :
L'article de Wikipédia sur le peintre

13/02/2008

Aki Shimazaki : Hamaguri,le poids des secrets /2


Couverture :
Deux petits enfants de Tokyo, Yukio et Yukiko, scellent un pacte de fidélité en inscrivant leurs noms à l'intérieur d'une palourde, comme un serment d'amour éternel. Devenus adolescents, ils se retrouvent à Nagasaki sans se reconnaitre ; les sentiments qui les habitent désormais, qui les troublent profondément, leur seraient-ils interdits ? Aux dernières heures de sa vie, la mère de Yukio cherchera à ouvrir les yeux de son fils en lui remettant ce coquillage sorti du tiroir de l'oubli.

Mon avis :
Deuxième volet de cette série, ce roman raconte la même histoire mais cette fois du point de vue de Yukio. Si le premier volet a été lu sous le signe de la découverte, ici le plaisir de la lecture s'est prolongé. Le style est différent, j'ai trouvé le ton plus froid, plus "découpé" et cela colle parfaitement avec la personnalité de Yukio.
Peu de choses à dire sauf que je devrais lire très rapidement le troisième :)

En tous cas, merci Tamara pour le prêt.

11/02/2008

Philip Roth : La bête qui meurt

Couverture :
Le lecteur retrouvera ici David Kepesh, le héros de Professeur de désir. Âgé maintenant de 62 ans, c'est un homme arrivé, qui enseigne à l'université et a créé son émission de télévision. Parmi ses étudiants, il distingue une certaine Consuela, d'origine cubaine, jeune femme fascinante au corps merveilleux, mais qui se révèle incapable de s'abandonner à la sexualité. Progressivement, le fait qu'elle ne le désire pas va rendre David fou de jalousie… Sur cette trame classique du déséquilibre progressif d'une relation où le désir se révèle définitivement non partagé, Philip Roth évoque non seulement les problèmes de la sexualité et de la jalousie, mais aussi le sujet beaucoup plus poignant des sentiments du jaloux vieillissant.
Ce constat cruel et lucide (le narrateur est censé écrire ses souvenirs huit ans après les évènements) est aussi l'occasion pour l'auteur de pourfendre l'ordre moral et le puritanisme de l'Amérique actuelle. Un roman sans concession où Philip Roth se montre au plus intense de son talent.

Mon avis :
David Kepesh se confie à une tierce personne dont on ne connaitrait pas l'identité. Il raconte sa liaison avec Consuela, liaison qui pour la première fois le laisse out.
David raconte comment il a succombé devant cette déesse de 24 ans aux seins opulents, pour lesquels il voue une passion jalouse et dévorante.
Il raconte également sa non-relation avec son fils, son amitié unique, ses liaisons avec ses anciennes élèves.
J'ai aimé cette première lecture d'un roman de Philip Roth, même si j'ai eu dès le départ une impression d'auto-parodie, impression confirmée par un "expert" de cet écrivain. Même si j'ai trouvé l'écriture un peu inégale, il aura tout de même atteint son but, puisque je compte bien poursuivre ma découverte de l'œuvre de cet auteur.

04/02/2008

Léon Tolstoï : Le réveillon du jeune tsar et autres contes

Couverture :
Après une longue journée de réunions, décrets et audiences, le jeune tsar s'endort en attendant sa femme pour le réveillon. Lorsqu'il rouvre les yeux, il n'est plus dans son palais mais à la frontière avec la Prusse et voit un soldat tirer sur un contrebandier. Toute la nuit, il voyage ainsi à travers la Russie et prend peu à peu conscience du poids des responsabilités qui lui incombent...
Des contes d'une vérité poignante, témoins d'une époque en train de disparaitre, par l'auteur d'Anna Karénine.

Mon avis :
Ces petits Folio à 2 euros sont une excellente idée lorsqu'ils reprennent des textes courts ou des nouvelles déjà écrites d'auteurs comme La boite noire de Tonino Benacquista. Je mettrais un petit bémol finalement sur leur série "Petit éloge", ayant aimé moyennement Petit éloge de l'excès et n'ayant pas aimé Petit éloge des grandes villes. Et dire que j'ai dans ma PAL, plusieurs de leurs copains!

Le réveillon du jeune tsar et autres contes était donc mon premier contact avec Léon Tolstoï. Un contact pas prévu du tout aussitôt car même si Fashion me vante régulièrement les mérites de Guerre et Paix, j'ai déjà une découverte de poids de ses classiques prévue cette année! Cependant, j'ai reçu ce livre bonus avec un bookring et je me suis donc dépêchée de le lire pour le relâcher.

Il s'agit de quatre nouvelles qui m'ont toutes plues :
- Les mémoires d'un fou
- Une âme simple
- Le réveillon du jeune tsar
- Ainsi meurt l'amour

J'ai beaucoup aimé le style d'écriture de l'auteur. Les contes et légendes sont un genre que j'apprécie beaucoup et là ce sont des nouvelles de belle qualité, même si je ne les qualifierais pas toutes de contes.
J'ai particulièrement apprécié la dernière du recueil où le narrateur découvre malheureusement l'un des pire tue l'amour...

Une très jolie découverte de cet auteur, je doute résister longtemps aux sollicitations de Guerre et Paix si je finis mon challenge Klassik rapidement :)