Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2008

Gilles Bachelet : Mon chat le plus bête du monde

Couverture :
Un ami m'a offert récemment un ouvrage sur les chats. Je ne suis pas arrivé à déterminer exactement à quelle race appartient le mien.

Mon avis :
Encore jalouse de la dédicace de Gilles Bachelet faite pour mon neveu lors du salon du livre, je n'ai pas résisté à la tentation de le lire avant de l'emballer. A ma décharge, je vais devoir (pour mon plus grand plaisir), lui lire alors autant répéter avant.

A partir d'une idée toute bête (mais quelle est donc cette race de chat?), Gilles Bachelet a su créer une courte mais très rigolote histoire : ce chat se comporte presque comme les autres chats, mais sa taille lui joue quelquefois des tours.
J'attends avec impatience les rires d'Anthony qui vont sans aucun doute fuser devant ces beaux dessins.

11/12/2007

Philip Pullman : Les royaumes du Nord 1

Couverture :
Ce n'était pas une vie ordinaire pour une jeune fille de onze ans : Lyra vivait, en compagnie de son daemon Pantalaimon, parmi les Erudits de Jordan College, passant ses journées à courir dans les rues d'Oxford à la recherche éperdue d'aventures. Mais sa vie bascule le jour où elle entend parler d'une extraordinaire particule. D'une taille microscopique, la Poussière - que l'on trouve uniquement dans les vastes étendues glacées des Royaumes du Nord - est censée posséder le pouvoir de briser les frontières entre les mondes, un pouvoir qui suscite effroi et convoitises... Jetée au cœur d'un terrible conflit, Lyra sera forcée d'accorder sa confiance aux gitans et à de terribles ours en armure. Et, lors de son périlleux voyage vers le Nord, elle devra découvrir pourquoi son propre destin semble étroitement lié à cette bataille sans merci où s'opposent des forces que nul ne l'avait préparée à affronter.

Mon avis :
Vous vous souvenez peut-être que j'ai reçu ce livre il y a peu dans le cadre du swap SFF (merci encore Clochette).
J'en ai été ravie, car j'hésitais depuis un petit moment à l'acheter, mais avais finalement fini par y renoncer (pour une fois que j'étais raisonnable), devant la sortie prochaine du film. Le film étant sorti depuis mercredi, je me suis pressée de lire le roman afin de pouvoir ensuite aller voir son adaptation.
J'ai vraiment aimé, et cela aurait été vraiment dommage de passer à côté. Fini aujourd'hui, j'ai profité d'une visite chez Guibert pour les cadeaux swaps et de Noël, pour me faire le plaisir d'acheter le tome 2.
Le récit est vraiment très bien construit, pleins de rebondissements que pour certains je n'ai pas vu arriver.
J'ai vraiment craqué pour Lyra et Pantalaimon, les daemons sont une très belle métaphore.

A lire :)

11:44 Publié dans Jeunesse | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : pullman philip, roman | |  Facebook |

09/12/2007

Philippe Claudel : La petite fille de monsieur Linh


Couverture :
C'est un vieil homme debout à l'arrière d'un bateau. Il serre dans ses bras une valise légère et un nouveau-né, plus léger encore que la valise. Le vieil homme se nomme Monsieur Linh. Il est seul désormais à savoir qu'il s'appelle ainsi.
Debout à la poupe du bateau, il voit s'éloigner son pays,
celui de ses ancêtres et de ses morts, tandis que dans ses bras l'enfant dort. Le pays s'éloigne, devient infiniment petit, et Monsieur Linh le regarde disparaitre à l'horizon, pendant des heures, malgré le vent qui souffle et le chahute comme une marionnette.

Mon avis :
A force d'entendre parler de Philippe et Jean-Philippe, de façon plus ou moins littéraire, je ne pouvais que rajouter ces deux auteurs sur ma PAL.
J'ai donc commencé avec Philippe Claudel et son monsieur Linh.
J'ai apprécie la style dépouillé, tout en douceur de cette belle mais triste histoire. J'avoue que le texte m'a touché plus que raison, puisque je peux le rajouter au nombre, quand même réduit, des livres ayant réussi à me faire pleurer.
L'amitié entre ces deux hommes que tout semble opposer depuis la langue et pourtant avec tellement de points communs est vraiment à découvrir pour ceux qui ne l'aurait pas encore fait.
La fin surprenante m'a rappelé le cri. Comme dans le roman de Laurent Graff, une certaine impression de calme et de résignation débute le récit qui tout à coup s'accélère dans le dernier chapitre.

Je pense poursuivre directement par le dernier roman de Philippe Claudel :)

03/12/2007

Alessandro Baricco : Soie

Couverture :
Vers 1860, pour sauver les élevages de vers à soie contaminés par une épidémie, Hervé Joncour entreprend quatre expéditions au Japon pour acheter des œufs sains. Entre les monts du Vivarais et le Japon, c’est le choc de deux mondes, une histoire d’amour et de guerre, une alchimie merveilleuse qui tisse le roman de fils impalpables. Des voyages longs et dangereux, des amours impossibles qui se poursuivent sans jamais avoir commencé, des personnages de désirs et de passions, le velours d’une voix, la sacralisation d’un tissu magnifique et sensuel, et la lenteur, la lenteur des saisons et du temps immuable.
Soie publié en Italie en 1996 et en France en 1997, est devenu en quelques mois un roman culte – succès mérité pour le plus raffiné des jeunes écrivains italiens.

Mon avis :
La première fois que j’ai entendu parler de ce roman, c’était à l’occasion d’une sortie théâtre proposée par une amie. Malheureusement, j’ai eu la mauvaise idée à l’époque de refuser d’aller voir Soie sur scène. A ma décharge, je venais d’avoir 2 mauvaises surprises en pièces, et n’avais pas le courage de risquer de m’ennuyer encore une fois !
Mes amies étaient revenues enchantées de leur soirée, et lorsque j’ai en plus lu plusieurs avis positifs sur les blogs, je ne pouvais qu’avoir envie de découvrir à mon tour ce texte.

Le succès est amplement mérité. Soie est un petit bijou de retenue, de pudeur et de délicatesse.
Mine de rien, Alexandro Baricco tisse une histoire d’amour impossible, de voyages et d’aventure humaine magnifique.
Bizarrement j’ai aimé ce style d’écriture narratif posé et détaché des émotions des personnages. Je dis bizarrement car d’habitude je ne suis pas une adepte.

A lire donc :)

02/09/2007

Nathalie Tournillon : Légendes et récits de Paris

 

Couverture :
Saviez-vous qu'à Paris, les nuits étaient peuplées de fantômes, les dessous des meubles de lutins et les sous-sols de cavités diaboliques ? La ville lumière a elle aussi sa part d'ombre. Découvrez la capitale sous un nouveau jour, terni par la poussière du temps, bruissant de murmures et de " on-dit ", louche et moisi comme le fond d'un tombeau. Des lieux aujourd'hui vénérables en ont vu des vertes et des pas mûres, l'Histoire a préféré oublier ce passé louche, le recouvrir d'une couche de macadam : ces quelques pages rapportent les dires des petites gens, transformés, gonflés avec les siècles, posés sur le papier un temps avant d'être imaginés de nouveau, pour
le plaisir... sans cela, les saints qui ont sauvé la ville, les spectres qui l'ont hanté ou les êtres ordinaires qui sont devenus des héros tomberaient dans l'oubli. Cet ouvrage a la modestie de provoquer quelques frissons, de délicieuses suées froides, un émoi par-ci, un rire par-là, bref de vous divertir...

Mon avis :
Comme je le disais dans mon billet précédent sur Pension alimentaire, j'ai toujours eu un faible pour les livres parlant de Paris. De plus j'aime lire les contes et légendes, les recueils de Perrault et Andersen ayant été mes premiers livres de chevet. Vous comprendrez que je ne pouvais que craquer pour « Légendes et récits de Paris ».
Attention, il ne s'agit pas d'une narration enfantine, les légendes sont restituées sous une forme très historique et donc ce livre ne serait pas adapté à des enfants.

Après, il y a le plaisir de lire l'histoire de la rue de la Colombe liée à celle de Notre-Dame, de savoir pourquoi une chèvre est tombée amoureuse d'un napolitain. J'ai même pu connaitre l'histoire d'un parisien pourtant mon nom (ce n'est malheureusement pas le plus glorieux chapitre, loin de là! :) Les petits gens se mêlent aux grands puisqu'on retrouve également Eloïse et Abelard ainsi que les amants de la tour de Nesle. Nathalie Tournillon situe chaque conte dans le Paris Moderne afin de prolonger le plaisir lorsque le lecteur passera dans l'une des rues citées. Pour les fans!