Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/05/2008

Kelley Armstrong : Morsure




Couverture :
Un voyage excitant à la frontière de la sauvagerie et de la féminité.
Elena se coule hors de son lit, prenant bien soin de ne pas réveiller son compagnon. Il ne supporte pas qu'elle disparaisse comme ça au beau milieu de la nuit. Quelle femme normale pourrait avoir tant besoin de retrouver la solitude des rues sombres et mal famées de la ville ? L'énergie contenue déchire ses muscles - elle ne peut plus attendre. Elle se glisse dans une ruelle, ôte ses vêtements et se prépare à la Mutation...
Elena fait tout ce qu'elle peut pour être normale. Elle hait sa force, sa sauvagerie, sa faim, son désir, ses instincts de chasseuse et de tueuse. Elle aimerait avoir un mari, des enfants... et même une belle-mère. En tout cas, c'est ce qu'elle voudrait croire. Et voilà que la Meute a besoin d'elle. Cette Meute qu'elle chérit et déteste tout à la fois est la cible d'une bande de déviants sans pitié. Ils mettent l'existence de la Meute en danger, enfreignant les lois du clan. La loyauté du sang ne se discute pas. Et au cours de son combat, Elena découvrira sa vraie nature...
Découvrez l'imagination stupéfiante de la nouvelle reine du frisson !

Mon avis :
Cette série m'a été conseillée par Magali Duez de Griffe d'encre sous l'observation : "c'est mieux que Fascination".
Quoi? Nombre de fans d'Edouard et Jacob doivent maintenant ouvrir de grands yeux à la lecture de cette affirmation.
Et pourtant, si j'étais dubitative, je n'ai bien sur pas résisté à cet achat, et je ne peux maintenant que remercier Magali.

Disons le tout de suite, c'est mieux car différent. Plus profond, plus torturé et plus adulte également. Là ou Fascination est une histoire d'adolescents (même si Edouard a une centaine d'années, sa prochaine adaptation cinématographique nous rappelle qu'il n'en parait que 17 ans), Morsure est une histoire d'adultes avec des problématiques d'adultes. Les héros sont trentenaires et plus même s'ils en paraissent moins grâce à leur solide constitution de loups garous.

La narratrice Elena est la seule loup-garou sur terre, elle fait partie d'une meute qu'elle a fuit depuis un peu plus d'un an. Ses impressions sont décortiquées. Les métamorphoses sont extrêmement bien décrites ainsi que les contraintes qu'elles imposent. Même sous sa forme humaine, le vocabulaire utilisé rappelle la condition d'Elena et de ses amis. Ils grognent, utilisent leur odorat à tout va, et le loup une fois entiché est un amoureux à vie... Que calor!
Kelley Amstrong a du faire de bonnes recherches sur les loups et leur organisation sociale pour aussi bien les décrire.

Elena se bat entre ses deux mondes : sa condition d'humaine (elle n'est pas née loup garou contrairement à la majorité des autres) et sa nouvelle condition de loup garou qui fait ressortir les aspects les plus sauvages de sa nature. C'est passionnant de suivre ce combat intérieur comme il est tout aussi passionnant de suivre comment la Meute combat les cabots qui veulent la détruire.

Et si tout cela ne vous a pas convaincues, j'ajouterais juste que Clay vous fera oublier les gamins que sont Jacob et Edouard :)

Lu dans le cadre du Club des théières.

18/12/2007

Dominique Kopp : L'ordre des choses

Couverture :
À la ferme familiale, les jours passent, uniformément monotones. Raymond, le fils mal équarri et sans charme, se languit. Cet être faible, fuyant dans l'alcool une réalité oppressante, rêve cependant de prendre femme. Seulement, en cette contrée perdue, les filles sont rares. Aussi Raymond décide-t-il d'"acheter" sa future épouse. Maïs, voilà que cet esclavagisme déguisé tourne mal, et que souffle un vent mauvais, menaçant comme jamais le fragile ordre des choses. Dominique Kopp signe ici sont premier roman.

Mon avis :
Difficile de parler d'un texte aussi court sans en dévoiler trop. Je serais donc encore plus concise que d'habitude : j'ai aimé ce récit à trois voix (la même histoire est successivement racontée par Raymond, sa mère et Ileana la nouvelle épousée).
3 voix pour une même tragédie. Cette nouvelle m'a laissé une impression d'urgence et de destin irréversible. Le récit de Raymond est court, celui de la mère encore plus et celui d'Ileana encore plus. Cet effet de style approfondi le malaise et donne encore plus de force aux mots.

L'avis de Fashion que je remercie pour le prêt :)

07/10/2007

Stephenie Meyer : Tentation

Couverture :
" Tu ne me reverras plus. Je ne reviendrai pas. Poursuis ta vie, je ne m'en mêlerai plus. Ce sera comme si je n'avais jamais existé. " Rejetée par celui qu'elle aime passionnément, Bella ne s'en relève pas. Fascinée par un vampire, comment pourrait-elle retrouver goût à la pâle existence humaine ? Pourtant il faut vivre. Mais Bella n'a de goût pour rien, sinon le danger : alors elle entend la voix d'Edward, et éprouve l'illusion de sa présence.
Comme s'il ne l'avait pas abandonnée, comme s'il tenait encore à elle. Bella échappera-t-elle à cette obsession amoureuse qui la hante ? A quel prix ?

Mon avis :
Après le plaisir de lire le premier opus de cette série : Fascination, je n’ai pas résisté et ai immédiatement enchainé par le second tome. Généralement, ayant autant aimé un premier livre d’un auteur, je suis du genre à dévaliser très rapidement une libraire (enfin avec une carte bleue bien sur, pour le plus grand désarroi de mon banquier :) pour lire les autres romans de cet auteur.
Si je n’ai pas ressenti le même engouement en lisant Tentation, je peux tout de même dire que le plaisir de lire et de suivre les aventures de Bella est resté le même (sans le plaisir de le découverte). Suite à une soirée catastrophe où Bella se blesse devant toute la famille Cullen provoquant des réactions diverses mais sommes toutes normales pour des vampires, Edouard décide d’abandonner Bella. Les Cullen déménagent et Bella se retrouve seule avec son immense chagrin d’amour.
Stephenie Meyer continue sa très belle analyse des sentiments amoureux, et je déconseille cette lecture à toute personne sortant à peine d'une situation identique (le chagrin pas la relation avec un vampire bien sur)
Heureusement, elle finit par se remettre un tout petit peu, et se lie d’amitié avec Jacob (que l’on avait brièvement croisé lors du premier tome puisqu'il était celui qui dévoilait à Bella les légendes de sa tribu sur les sang-froid). Le parallèle entre l’histoire d’Isabella et celui de Juliette est très bien exploité tout au long du roman. Si j’ai pu craintes quelques longueurs dans le deuxième tiers, le dernier m’a tout à fait remise dans le même état d’incapacité à lâcher ma lecture jusqu’à connaitre la fin :)
Le troisième tome devrait sortir en VF d’ici la fin de l’année. Je n’ai pas encore pu décider si je tiendrais jusque là ou si vais craquer pour l’édition anglaise avant :) Une série à lire d’urgence en tous cas ! :)

02/10/2007

Stephenie Meyer : Fascination

Couverture :
Bella, seize ans, décide de quitter l'Arizona ensoleillé où elle vivait avec sa mère, délurée et amoureuse, pour s'installer chez son père, affectueux mais solitaire. Elle croit renoncer à tout ce qu'elle aime, certaine qu'elle ne s'habituera jamais ni à la pluie ni à Forks où l'anonymat est interdit. Mais elle rencontre Edward, lycéen de son âge, d'une beauté inquiétante. Quels mystères et quels dangers cache cet être insaisissable, aux humeurs si changeantes ? A la fois attirant et hors d'atteinte, au regard tantôt noir et terrifiant comme l'Enfer, tantôt doré et chaud comme le miel, Edward Cullen n'est pas humain. Il est plus que ça. Bella en est certaine. Entre fascination et répulsion, amour et mort, un premier roman... fascinant.

Mon avis :
Alors que le troisième tome de cette série n'est pas encore disponible en français, je viens de finir le premier. Et j'ai déjà acheté et commencé le second :) Même si je n'aime pas lire en anglais (l'anglais est ma langue de travail), je pense ne pas résister à la tentation et acheter également le troisième très rapidement.
Pour faire un parallèle avec le cinéma, il s'agit d'un bon gros blockbuster avec toutes les ficelles du genre, mais qu'est ce que cela fait du bien! :)
Plus qu'une histoire de vampire, j'ai plus été passionnée par la relation entre ces deux mondes qui auraient du se croiser violemment (Isabella l'humaine et Edward le vampire) plutôt que de s'attirer autant. L'histoire est racontée par Isabella. Il m'est arrivé de rire (alors que rien n'est drôle là-dedans), mais c'était plutôt de plaisir à être ainsi happée par l'histoire. Vicitme consentante de rebondissements aussi prévisibles, et pourtant j'étais tenue en haleine. La fin n'est somme toute anecdotique par rapport au chemin.

Bizarrement alors qu'Edward est décrit sous toutes les coutures par une Isabella totalement obsédée , je suis incapable de lui donner un visage. Chose extrêmement rare, puisque j'ai un rapport très visuel avec les personnages des romans. Peut-être parce qu'il n'est pas brun! :)
Un vampire blond quelle idée! :)
J'ai apprécié les nombreuses descriptions olfactives et gustatives (même si les sujets de ces descriptions peuvent sembler discutables, mais bon il s'agit d'un livre de vampires)

Le livre a déjà été énormément lu et commenté sur les blogs, voici une mini sélection non exhaustive (n'hésitez pas à donner le lien de votre critique dans les commentaires) : Flo, Lilly et Allie.

23/09/2007

Patricia A. McKillip : Les fantômes d'Ombria

Couverture :
Le prince d'Ombria agonise ; déjà, son palais bruisse de sombres complots. Kyel, le jeune héritier légitime, vit sous l'emprise de la cruelle Domina Pearl, à qui le trône semble promis. Son cousin Duncan Greve, bâtard méprisé, est réduit à l'impuissance. Dans les entrailles de la ville peuplée de fantômes, Faey la mystérieuse sorcière et Mag, sa ravissante créature au visage de cire, sont peut-être Les seules à pouvoir modifier le cours du destin. Mais le veulent-elles vraiment ? Couronné par deux prix prestigieux, ce roman au charme ensorcelant invente une fantasy subtile et poétique de tout premier plan.
Biographie de l'auteur :
Patricia A. McKillip est née dans l'Oregon en 1948. Après avoir publié des romans pour la jeunesse, elle se tourne vers la science-fiction et la fantasy et reçoit en 1975 son premier World Fantasy Award pour La Magicienne de la forêt d'Eld.

Mon avis :
La fantasy est un genre que j'ai peu lu. Mon expérience se résume globalement à "La romance de ténébreuse" et quelques livres lus il y a fort longtemps. Je n'avais cependant pas pu résister à l'enthousiasme de Fashion Victim pour ce livre.

J'avoue avoir été désappointée au début : l'intrique me semblait compliquée et j'étais perdue entre les différents personnages. Et puis petit à petit le charme a agit. Patricia A. McKillip a merveilleusement créé un tout autre univers, une ville à la dérive qui vient de perdre son prince et se retrouve à la merci d'une régente cruelle et mystérieuse à souhait. Comme le souligne Fashion dans sa critique, la prose poétique de l'auteur sert une histoire qui va au-delà d'un simple récit de fantasy.
Je me suis attachée à cette galerie de personnages et surtout à Duncan, Kyel et Mag évidemment :)

Si la lecture est ensuite redevenue aisée, l'auteur m'a de nouveau perdue dans une fin à la fois évidente et déstabilisante (pour certains détails).

Un avis en demi-teinte donc mais qui m'a donné envie de me plonger dans ce style de littérature...

Je vous conseille la lecture de l'avis de Fashion, beaucoup plus enthousiaste :)