Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/09/2008

Gonzo - Kirihito Ayamurao : Red Garden

Couverture :
À New-York, quatre jeunes filles : Kate, Rose, Claire et Rachel vont au même lycée Roosevelt Island et n’ont en commun que leur amitié individuelle avec Lise. Ce matin-là, en se réveillant, elles n’ont aucun souvenir de la nuit passée hormis un grand manoir, une piscine étrange et des chiens noirs aux yeux rouges.
Plus tard, elles apprennent que le corps sans vie de Lise a été retrouvé dans la forêt. S'agit-il d'un suicide comme tout semble l'indiquer ?
Chaque jeune fille est guidée par des papillons énigmatiques dans un jardin où une étrange femme, Lula, leur révèle qu’elles ont été assassinées la nuit précédente. Pour ressusciter, elles doivent combattre des êtres mi-hommes, mi-bêtes. C’est ainsi que les héroïnes se plongent dans un monde violent et surnaturel, plein de mystères.

Mon avis :
Attention manga addictif pour les fanas de vampires! (même si ce n'est pas exactement la même mythologie habituelle)!!!

Il s'agit d'un Seinen même si l'environnement lycée m'a tout d'abord fait penser à un Shojo. Merci Manga News pour la précision :)
L'histoire de ces quatre filles est passionnante. Si le premier volume est un peu mou et montre les quatre lycéennes prendre peu à peu conscience de leur nouvelle état. Dans les deux épisodes, leurs liens se resserrent et l'une d'elle prend de plus en plus d'assurance. L'histoire se complexifie (mais pas de spoilers donc pas de détails). Les différents protagonistes se retrouvent confrontés à différents choix : respecter les choix de sa famille ou se rebeller contre l'autorité en place, continuer à vivre normalement ou pas, tomber amoureux ou pas (quand même!)

J'apprécie énormément les dessins et les scènes violentes de lutte ont un très bon rendu.
Une version DVD existe (la bande annonce est visible ici) et j'avoue en être très curieuse. Peut-être un jour... En attendant, j'attend impatiemment la sortie du quatrième volume.

31/08/2008

Ayane Ukyo : Desir C Max

Couverture :
Désir © MAX raconte l’histoire de Mio, une lycéenne qui travaille après les cours pour subvenir aux besoins de sa famille. Un soir, elle intervient dans une bagarre. L’un des protagonistes lui propose de l’acheter après l’avoir embrassée. Le lendemain, l’ancien patron de son père, le richissime M. Jinnai, lui propose de venir travailler chez lui en tant que gouvernante. Mio découvre alors que le fils de la maison, qui est au lycée avec elle,
n’est autre que le garçon qui l’a embrassée la veille. Petit à petit, Mio s’aperçoit que, sous une apparence odieuse, le prince Jinnai cache une terrible culpabilité. Elle passe alors à son service pour l’aider à échapper à de désagréables souvenirs.

Mon avis :
Ce manga aura donc été mon premier "dans le mauvais sens" (le bon pour les puristes, mais que voulez-vous je suis française). Et oui, à force de voir craquer les blogueuses parisiennes dans notre nouveau lieu de perdition, j'ai fini par suivre le mouvement. Comme nous le disons souvent, que voulez-vous la LCA est faible...
Je ne parlerais pas de tous ceux lu depuis (certains n'en valent vraiment pas la peine) mais il semblerait que j'ai une prédilection pour les mangas avec une couverture plutôt roses donc les Shojo. Bon je vais essayer de me soigner et de faire d'autres découvertes, même si les mangas de superhéros ne m'attirent pas, il y a d'autres choix.

Sous son titre un peu racoleur, Desir C max, cache un pitch intéressant : quel secret se cache donc entre Mio (étudiante pauvre) et Jinnai (fils de l'ancien patron de son père)? De plus, il montre un quotidien intéressant du Japon car Mio est malheureusement une lycéenne pauvre qui doit travailler pour aider sa famille.
Le tome 1 permet de dévoiler la base de ce secret, et surtout de poser les relations entre Mio et Jinnai. Relations plutôt violentes, il faut l'avouer, et attention l'éditeur a fait une erreur en mettant le manga à partir de 12 ans, 15-16 ans est bien plus approprié. D'ailleurs l'erreur est rectifiée sur le tome 2, indiqué pour public averti.
Le tome 2 est plus décevant, car le secret est presque totalement laissé de côté, lorsque Mio se transforme en professeur d'humanité de Jinnai : en gros, elle veut lui apprendre comment vivent les gens normaux. L'intrigue n'avance donc quasiment pas, et cela m'a donné l'impression d'un volume pour rien. J'attends donc avec impatience la sortie du volume 3 qui d'après le résumé disponible sur manga news devrait donné beaucoup plus d'indications sur ce fameux secret.

14:26 Publié dans Bd, mangas | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : manga, ukyo ayane | |  Facebook |

02/03/2008

Isabelle Bauthian, Serge Limousi : Effleurés

Couverture :
"Je l'avais fait sourire et elle avait réveillé quelque chose en moi. De la taquinerie, de l'imagination. Une fantaisie que je pensais à jamais évanouie. Elle était drôle, spontanée. Elle se moquait du regard des autres. Et elle savait ce qu'elle voulait.
- on va chez toi."

Mon avis :
Un quatrième de couverture pareil pour un roman! Mon coeur de midinette ne pouvait forcément pas résister! Mais ici pour une fois, il s'agissait d'une BD, genre auquel je ne suis pas du tout habituée (sortie de l'intégrale de Tintin de mon frère, de quelques Joe bar team et Astérix, ma culture BD est nulle, d'ailleurs depuis peu j'essaie de me soigner).
J'avoue que si le scénario et les dessins sont bien conçus, il m'a quand même manqué les mots, les images ne réussissant pas à retranscrire toutes les nuances des émotions humaines.
Pourtant, les deux auteurs avaient tout pour me toucher par cette histoire moderne de deux trentenaires que tout sépare et donc terriblement attirés l'un par l'autre.
Une jolie leçon de vie sans plus.

21/02/2008

Jean-Claude Servais : Tendre Violette, vol 5 Lucye

Couverture :
Tendre Violette est un roman graphique sous forme de bande dessinée, de 139 pages, dessiné en 1982 par Jean-Claude Servais sur un scénario de Gérard Dewamme. D'abord dessiné en noir et blanc et publié dans la revue (A Suivre), il a été plus tard republié en couleurs et en plusieurs volumes.
Dans ce volume, Violette rencontre une bande de sorciers en plein Sabbat.

Mon avis :
J'avoue que sans les trois dernières pages, j'aurais considéré cette Bd comme l'occasion de regarder une jolie fille très bien dessinée nue. L'intérêt était donc très limitée pour moi même si je dois reconnaitre que j'ai particulièrement apprécié les graphismes de ce volume. :)
Et puis, il y a ces dernières pages qui d'un ton très sérieux racontent le mythe collectif de la sorcière. Très intéressant.
L'intérêt du la Bd qui illustre ce propos est plus discutable...

Merci Delphine pour le prêt, j'ai tout de même envie de découvrir d'autres volumes qui a chaque fois illustre un mythe. Peut-être seront ils mieux :)

29/01/2008

Pénélope Bagieu : Ma vie est tout à fait fascinante

Couverture :
Pénélope est une illustratrice parisienne de 25 ans. Elle vit dans le plus petit appartement du monde, sous les toits. En compagnie de son chat rose, sa collection de chaussures et ses tracas quotidiens : sa réticence à faire du sport, sa mère envahissante, son chéri qui ne l'écoute pas, ses clients qui la paient en retard, son incapacité à mettre de l'autobronzant correctement et ses talons aiguilles qui se coincent entre les pavés. Heureusement pour elle, il reste les copines langues de vipère, les soldes, les séries télé, les week-ends à Londres, la presse People et les macarons à la fleur d'oranger.
Pénélope possède un tas de petits défauts : elle râle, parle beaucoup trop, manque parfois de tact, arpente compulsivement les magasins, insulte les automobilistes sur les pistes cyclables, ne fait la vaisselle qu’une fois par semaine, dépense trois fois ce qu'elle gagne, passe la moitié de sa vie au téléphone, mange n'importe quoi, s'obstine à essayer de rentrer dans un 36, s'insurge (selon les saisons) contre le froid ou le chaud, reste des heures dans la salle de bains, et fait parfois preuve d'une grossièreté effrayante.
Pénélope Bagieu nous raconte, dans cette bande dessinée, les petites histoires et péripéties de cet attachant personnage, tour à tour drôles, émouvantes et toujours passionnantes.

Mon avis :
A force d'en avoir entendu parlé par Caro[line] et Fashion et avoir admiré le fan art de Zag, je ne pouvais qu'aller faire un tour sur le blog de Pénélope Jolicoeur. Et effectivement, je suis également devenu fan de ses dessins (mais pfffff un par jour c'est peu! La vie est trop injuste... :o))

Pénélope a le chic pour en quelques bulles, nous raconter une petite histoire "tellement nous", c'est à dire la jeune femme dynamique (mais pas trop), trop bavarde et gourmande. Toutes les pages m'ont fait rire, et je vous déconseille fortement sa lecture dans le RER, sous peine de passer pour bizarre auprès de vos voisins :)
D'ailleurs, j'ai surpris mon voisin en train de jeter des coups d'oeils fréquents par dessus mon épaule! Rooooohhhhhh...

A lire d'urgence :)

09:01 Publié dans Bd, mangas | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : bagieu pénélope, bd | |  Facebook |