Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La citation du jeudi : Je suis Favela | Page d'accueil | La citation du jeudi : poésie béarnaise »

07/03/2011

F. Scott Fitzgerald : Gatsby le Magnifique

414wkrtzBlL._SS500_.jpgNous sommes au lendemain de la Grande Guerre, le mal du siècle envahit les âmes. C’est l’époque de la Prohibition et des fortunes rapides. En 1922, Jay Gatz, désormais Gatsby, se retrouve fabuleusement riche.
Mille légendes courent sur son compte, qui n’empêchent pas les gens chic –et moins chic – de venir en troupe boire ses cocktails et danser sur ses pelouses.
Gatsby le Magnifique joue la carte des folles dépenses pour éblouir Daisy, mariée à Tom Buchanan, un héritier millionnaire.
Le jour où l’espoir de conquérir sa bien-aimée s’évanouit, la fête prend fin brutalement…


Cela faisait un moment que j'avais envie de lire ce roman ou plutôt d'ailleurs de découvrir cet écrivain que j'ai eu l'occasion de croiser plus d'une fois dans mes recherches pour les énigmes des 3 éditions de Books. Et oui, il faut bien aller les chercher quelque part ces fameuses énigmes, et la standardisation des smartphones nous a, avec plaisir, obligées à nous plonger dans les archives des bibliothèques spécialisées de Paris.

Francis Scott Fitzgerald a donc un goût d'années folles, d'américain à Paris et sur la côte d'Azur. C'est d'ailleurs sur cette côte qu'il a écrit Gatbsy le Magnifique, et c'est à la terrasse de la Closerie des Lilas, une brasserie de Montparnasse qu'il a fait lire son manuscrit à Ernest Hemingway (source Wikipedia).

C'est d'ailleurs un peu de cette atmosphère joyeuse et pourtant teintée de mélancolie qui se dégage du roman. D'un côté les fêtes folles où tout le monde peut s'inviter, organisées par un Gatsby presque absent et de l'autre côté, une histoire d'amour désespérée.

"Je pense que le premier soir où je suis allé chez Gatsby, j'étais l'un des rares invités "officiels". Les gens n'étaient pas invités --- Ils venaient d'eux-mêmes. Ils prenaient des voitures qui les conduisaient à Long Island et s'arrêtaient comme par hasard devant le portail de Gatsby. Là, il leur suffisait de connaitre quelqu'un qui connaissant Gatsby, et ils étaient libres de faire ce qu'ils voulaient, à condition de respecter les règles de bienséance communes à tous les parcs d'attraction. Certains même arrivaient et repartaient sans avoir vu Gatsby et participaient à la fête avec une innocence de coeur qui leur tenait lieu de billet d'entrée."

La rencontre entre le narrateur et son hôte :

"- ... et ce Gatsby m'a fait porter une invitation par son chauffeur.

Il me regarda un instant, comme s'il n'était pas sûr d'avoir compris, et brusquement :

- Gatsby, c'est moi.

- Vous? Oh! je vous demande pardon.

- Je croyais que vous le saviez cher vieux. J'ai l'impression d'être un bien mauvais maître de maison.

Il me sourit avec une sorte de complicité -- qui allait au-delà de la complicité. L'un de ces sourires singuliers qu'on ne rencontre que cinq ou six fois dans une vie, et qui vous rassure à jamais. Qui, après avoir jaugé -- ou feint peut-être de jauger -- le genre humain dans son ensemble, choisit de s'adresser à vous, poussé par un irrésistible préjugé favorable à votre égard."

L'utilisateur d'un narrateur, spectateur privilégié de l'intrigue permet à l'auteur d'impliquer plus le lecteur et d'augmenter la sympathie pour Gatsby. C'est un moment, un drame qui semble irréversible et qui pourtant m'a surprise puisque j'ai toujours eu cette tendance à espérer le meilleur pour les personnages auxquels je m'attache. Le récit a parfois des moments de flottements, d'attente, où tout reste possible et l'intrigue subit alors une accélération soudaine. Ces "relâchements" rajoutent au charme de l'ambiance et expriment la fatigue des fins de soirées de ces années folles. J'ai aimé, et j'attends un peu que le souvenir du livre s'estompe pour regarder l'adaptation avec Redford, qui me semble un peu trop beau, lisse pour représenter un Gatsby tel qu'il avait été imaginé par l'auteur.

Tendre Est La Nuit est en anglais dans ma PAL, j'ai envie de le prendre en Français pour ne plus retarder ma lecture d'un autre roman de Fitzgerald

Le roman a été beaucoup lu, souvent suite à la parution du roman de Gilles Leroy, Lilly, Loulou, Kali a aimé mais a été un peu déprimée par l'histoire, Karine lui a attribué un 9/10 même s'il lui a manqué un petit plus indéfinissable qui fait les coups de cœur et Frisette

Vous retrouverez un autre extrait dans l'une de mes citations du jeudi.

Commentaires

Pour l'instant je bloque dans ma lecture de "Tendre est la nuit", mais pour ne pas rester sur une touche négative, je tenterais peut être, plus tard celui ci.

Écrit par : HYdromielle | 07/03/2011

Répondre à ce commentaire

Je n'en ai pas un grand souvenir mais je pense que j'étais trop jeune pour réellement apprécier ce genre de lecture ! Il faudrait que je le relise.

Écrit par : Joelle | 07/03/2011

Répondre à ce commentaire

Je l'ai lu il y a peu de temps, il faisait partie de mes "classiques à lire" et je n'ai pas regretté ma lecture. Par contre, je n'ai pas relu l'auteur depuis, il faudrait que je m'y remette. Tendre est la nuit m'attire beaucoup.

Écrit par : Restling | 07/03/2011

Répondre à ce commentaire

Il faut absolument que je le lise ! Et en anglais !

Écrit par : Irrégulière | 07/03/2011

Répondre à ce commentaire

ah, le temps où je m'amusais à mettre des notes sur mon plaisir de lecture ;)) Oui, j'ai vraiment vraiment beaucoup aimé ce roman pour l'histoire, le désespoir et cette atmosphère clinquante si particulière. Il faudrait d'ailleurs que je le relise.

Écrit par : Karine:) | 07/03/2011

Répondre à ce commentaire

J'en garde un très beau souvenir. "Tendre est la nuit", est aussi un livre magnifique, j'espère que tu le liras.

Écrit par : Lilly | 08/03/2011

Répondre à ce commentaire

c'est assez tentant :)

Écrit par : comparatif santé | 10/03/2011

Répondre à ce commentaire

très beau souvenir de lecture aussi ...

Écrit par : Valérie:) | 11/03/2011

Répondre à ce commentaire

IL faudrait que je le relise !!! je n'avais que moyennement aimé, mais je l'ai lu trop jeune...

Écrit par : liliba | 26/03/2011

Répondre à ce commentaire

Un grand livre d'atmosphère dans mes souvenirs :-)

Écrit par : yueyin | 04/04/2011

Répondre à ce commentaire

Cela fait un moment que je suis attirée par ce livre... Il a l'air vraiment bien écrit.

Écrit par : Eloo | 20/04/2011

Répondre à ce commentaire

Bon sujet, Amicalement.

Écrit par : Betclic | 16/08/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.