Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le jeudi c'est citation : La vérité est la seule arme dont nous disposons | Page d'accueil | La citation du jeudi : Virus L.I.V.3 ou la mort des livres »

12/12/2010

Alexandre Dumas : La tulipe noire

51YF1BFKV0L._SS500_.jpgEn 1672, Guillaume d'Orange prend le pouvoir en Hollande, profitant du massacre par le peuple des frères Jean et Corneille de Witt, accusés de tractations secrètes avec la France. Accusé à tort de trahison et condamné, le jeune Cornélius van Baerle (filleul de Corneille de Witt), continue de se livrer à sa passion des tulipes en essayant de créer une tulipe noire, dont la découverte sera récompensée par un prix de la société horticole de Harlem. Cet épisode tragique de la vie politique hollandaise sert de base à l'aventure de Cornélius, qui, depuis sa prison, va connaître deux histoires d'amour : l'une avec sa tulipe noire, supplantée petit à petit par celle avec Rosa, la fille de son geôlier.


Je continue ma redécouverte d'Alexandre Dumas. C'est lors de ma visite à Rouen avec Chiffonette pour l'exposition d'une ville et des impressionnistes, que je suis tombée sur un vieille exemplaire de ce livre, les éditions Nelson, imprimé en Ecosse. D'après la publicité située en fin de livre, chaque volume contient de 280 pages à 575 pages, dans un format commode, imprimé en caractères très lisibles sur du papier solide et durable. La preuve, le livre est toujours là en excellent état. Vous devez convenir que tant de qualité ne pouvaient que me forcer à un achat!

Le récit est considéré comme à part dans l'oeuvre de Dumas, et effectivement, en faisant fi de son introduction sanglante, il peut-être considéré comme "plutôt mou". Le personnage de Cornélius, pourtant héro principal du récit, n'a rien d'héroîque. Il aurait vécu tranquilement parmis ses fleurs si accusé à tort de trahison, il ne s'était retrouvé emprisonné. Le personnage de Rosa, fille du geolier est plus intéressant car d'une modernité étonnante. Rosa, amoureuse, trouve la force de passer outre sa condition modeste pour aller sauver son amant (amant au sens ancien du terme, pas de séance crapuleuse ici).

En fait, la scène qui m'aura le plus marquée dans le livre est celle qui rebutera certainement le plus de monde, la foule meutrière qui lapide les deux frères De Witt. L'attitude de Guillaume d'Orange à ce moment là est passionnante, et mériterait un livre à elle-seule. Rassurez vous, ce n'est pas la violence de la scène qui m'a plue, inutile d'appeler un docteur à mon chevet, quoique un infirmier d'une certaine série ne me déplairait pas... mais c'est une autre histoire et bien moins littéraire.

L'avis mitigé d'un coin de blog.

 

3863695305.jpg

Et merveille, cette lecture compte pour le challenge nécrophile puisque l'auteur est enterré à Paris depuis 2002.

 

Commentaires

Je dois avouer qu'il ne me fait pas envie. Par contre, je vais lire Le Comte de Monte-Cristo très bientôt.

Écrit par : Stephie | 12/12/2010

Répondre à ce commentaire

Ce n'est pas le premier avis mitigé que je vois... du coup, j'hésite à le lire parce que bon, j'aime aimer Dumas! ;)

Écrit par : Karine:) | 12/12/2010

Répondre à ce commentaire

Je l'ai lu étant plus jeune et récemment remis dans ma PAL parce que je ne m'en souviens pas...

Écrit par : Petite Fleur | 12/12/2010

Répondre à ce commentaire

@Stephie : ah je l'ai prévu aussi, je veux bien faire une lecture commune :)
@Karine:) : je ne le conseillerais pas, mais je l'ai quand même aimé
@Petite fleur : comme Karine:), je ne le conseillerais pas, car vraiment spécial, et j'ai vu le résultat sur uncoindeblog à qui j'avais prêté mon exemplaire, mais j'ai quand même aimé

Écrit par : Stéphanie | 12/12/2010

Répondre à ce commentaire

Je vais d'abord relire Les trois mousquetaires et les deux tomes suivants avant de m'attaquer à un autre titre de Dumas ... ça fait déjà pas mal de pain sur la planche ;)

Écrit par : Joelle | 16/12/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.