Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« SSM2 : couiner, verbe du premier groupe, émettre un cri aigu | Page d'accueil | Visite littéraire (ou presque) à Copenhague »

29/04/2010

Alexandre Dumas : Les Cenci

41bFu6hlPaL._SS500_.jpgRome, 1599. Une épouse, Lucrezia Cenci, qui a trop souffert des odieux traitements que lui inflige son époux, s’associe à sa fille et à l’un de ses fils, tous deux également victimes de leur père psychopathe, pour organiser l’assassinat du tyran.


Ayant manqué au cinéma, les Borgia, leur histoire me fascine depuis la lecture d'un roman sur cette famille quand j'étais plus jeune (non que je ne le sois plus puisque de toutes façons tout est affaire de relativité, et que je couine comme une jeune-fille devant un colis sexy-men), lors d'une visite chez Fashion (dont les bibliothèques font inexorablement penser à une annexe d'une excellente bibliothèque publique), je lui demandais si elle n'avait pas un livre en rapport. A ce moment là, j'ai des fois de ces faiblesses, je regardais d'un air concupiscent (malgré ma PAL ASTRONOMIQUE) vers la rangée Dumas (j'ai même des fois des envie de classique). Elle me conseilla alors de lui emprunter les Cenci, autre illustre famille de ce temps là.

Ici point de romance, Dumas se glisse dans la peau d'un chroniqueur et relate cette histoire cruelle et sanglante d'une plume neutre. Si le sordide est présent, il réussit à toujours rester dans le supportable, même si de nombreux détails sont expliqués (dont par exemple les différents types de torture alors utilisés). Ce qui frappe dans cette tragédie est l'amour qui lie les différents membres de cette famille, alors qu'ils sont poussés à bout par le père (mais peut-on vraiment l'appeler ainsi) et ne disparait pas sous la torture.

Cenci.jpg

Beatrix, immortalisée entre autre par Guido Reni (dont le portrait est repris dans l'édition ci-dessus), est devenu pour le peuple de Rome comme le symbole de la résistance contre l'arrogance de l'aristocratie, ce fut surtout une jeune-fille courageuse, poussée par désespoir à commettre un parricide. Avec sa belle-mère, elle tenta auparavant d'alerter le pape mais sa missive fut interceptée par les espions de son père.

A noter, Alexandre nous plonge dans l'histoire de cette famille en commençant par une visite de Rome, et la découverte de la tombe de la jeune fille, à la manière d'un effet de zoom d'une modernité confondante.

La nouvelle, ici publiée seule, fait à l'origine partie de son anthologie des Crimes célèbres. Si les autres, je dis si mais je n'en doute pas, sont aussi bien écrits, contés, leur lecture vont me permettre de me replonger avec délice dans les méandres de l'histoire.

L'avis de Fashion qui a également aimé.

L'article de Wikipedia et celui de l'excellent site consacré à l'écrivain sur lequel vous retrouverez d'ailleurs de nombreux romans en version intégrale.


Commentaires

Ben voilà qui fait rudement envie ! J'aime la plume de Dumas et me laisserai peut-être tenter par le recueil entier du coup.
Et puis, tout est la faute de Fashion, je note bien ça ;)

Écrit par : Stephie | 29/04/2010

Répondre à ce commentaire

Tout est toujours de ma faute, tu noteras. Les copines sont cruelles.

Écrit par : fashion | 29/04/2010

Répondre à ce commentaire

@Stephie : je l'ai demandé à la bibliothèque ce recueil :)
Vive Dumas!!!!

@Fashion : mais non c'est grâce à toi :)

Écrit par : Docteur peut-être un jour addict | 30/04/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.