Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Swap Saint-Valentin : Les questionnaires sont envoyés | Page d'accueil | La Grande Librairie »

12/01/2009

Une journée à l'Express

Ben voilà, c'est presque fini! Mes articles sont en cours de mise en page, et devraient être publiés sous peu (avec une surprise pour celui sur La Grande Libraire).

Que retenir de cette journée?


Et voilà, comme promis, le résumé de ma journée à l'Express.

9h15 : La conférence de rédaction de l'Express est d'un calme olympien. Ok, il s'agit d'une réunion de suivi, les sujets sont déjà choisis, donc les querelles ne sont pas nécessaires, mais la courtoisie et le calme sont tout de même impressionnants (ai-je trop l'habitude de mon milieu professionnel?). L'actualité du jour est décortiquée, et si un sujet risque d'être obsolète pour le print, il est proposé pour l'Express.fr. Les sujets traités par la presse française et étrangère est décortiquée selon les besoins : Wall street journal, le Monde, Le guardian, Le Figaro et bien d'autres sont cités. Bonne nouvelle : le site de l'Express.fr est devenu troisième avec 2,5 millions de visiteurs en Novembre devant le Nouvel Observateur mais derrière Le Monde.

Petit étonnement (un peu ironique et relevé par plusieurs blogueurs), la conférence de rédaction a commencé par un point sur les partenariats. Est-ce vraiment le plus important? Peut-être à l'heure de la crise et de la baisse des publicités.

10h15 : les blogueurs présents, dont Zoridae de la Sexualité des araignées, Camille d'Essayage, Angélie d'Un jour un geste pour l'environnement suivent Eric Mettout pour la conférence de rédaction de l'Express.fr. Surprise, les journalistes de l'Express.fr semblent très jeunes, surtout en comparaison de ceux du print présents à la précédente réunion.

Les sujets proposés par le print sont discutés et attribués. L'actualité est de nouveau décortiquée.Je suis chargée de faire un article sur la disparition d'Ophélie Bretnacher.

Eric Mettout fait une erreur (voulue?) et confie un sujet littérature à Camille alors que deux blogueuses littéraires sont dans la salle et sans article. Finalement ni moi, ni Zoridae ne relèvent à haute-voix. J'avoue que pour moi les discussions sur les droits d'Astérix ne me passionnent pas assez pour me proposer. Et Camille est plutôt contente de son sujet même si elle est étonnée du choix.

Pendant la conférence, je montre mon étonnement de la place prise par l'affaire Samy Naceri, fait divers que je considère d'un intérêt vraiment limite. Mais bon, il faut être réaliste, c'est ce genre de sujets qui sont lus. Un peu comme ces sondages où les français demandent  plus de documentaires et sont finalement ravis pourtant de se délasser devant des jeux. Je reste sceptique (surtout après avoir lue la réponse d'Eric Mettout à Emry, quelle est la part d'impact sur la vie publique de ces démélés judiciaires?)

11h30 : tout le monde repart à sa place pour écrire. L'ambiance de l'open space est tout autant calme. Un calme olympien et bien agréable, surtout quand je le compare au bruit qui règne sur l'open-space de mon propre travail. Pendant de longues minutes, seuls les claquements des touches de claviers martyrisés crèvent le silence (qu n'est absolument pas de plombs, attention pas de mauvaises conclusions!)

12h30 : Pause d'une heure entre blogueuses. Les discussions sont sérieuses mais pas seulement!

13h30 : J'essaie de joindre l'attachée de presse qui est citée sur l'appel à la manifestation pour Ophélie. Elle répond mais est en train de conduire. Elle m'envoie les coordonnées dès quelle est au bureau, elle même ne pouvant pas répondre à mes questions.

14h : je commence mon mini-sitting (ou presque) devant le bureau d'Eric Mettout. J'ai envoyé mercredi matin mon article sur  La GRande Libraire et je suis un peu déçue qu'il ne soit toujours pas en ligne. Finalement, c'est vers 15h que la lecture commence.

Alors autant dire, je ne suis jamais posé autant de questions de place des mots, de sens, de réflexion sur le temps des verbes et sur l'utilisation ou pas du "je". La consigne reçue était de garder notre esprit blogueur, donc je suis pour maintenir ce fameux "je" qui est la différence la plus visible entre un blogueur et un journaliste tenu à l'objectivité.

La discussion est telle que je finis par douter que mon article soit publié, heureusement après une demi-heure et plusieurs modifications (qui l'améliorent, il faut le reconnaitre), j'ai le top pour l'envoyer à une journaliste qui pourra le mettre en ligne.

Les conseils d'Eric Mettout (dans le désordre) :

- Aller droit au but, éviter les répétitions

- Utiliser le présent, plutôt que le passé. Eviter le mode du passé simple quand le présent suffit.

- Faire attention au sens des mots (compréhension et ordre). Je pense que Fashion aurait été ravie de la discussion, en bonne matheuse, j'étais dubitative.

- Eviter les mots creux : intéressants, problèmes...

- Aimer son dictionnaire de synonymes et l'utiliser

- Se relire, se relire, se relire

16h : je reçois des emails de contacts pour Ophélie de la part de l'attachée de presse. Je lance un message (presque à la mer). Finalement cela ne donnera rien. J'avoue, j'avais trouvé le numéro du papa d'Ophélie mais je n'ai pas eu le courage de l'appeler. Cela me semblait trop intrusif. C'est peut-être cela aussi la différence entre blogueurs et journalistes : la liberté totale des blogueurs car nous sommes nos propres chefs. Certains sont libres de provoquer, d'autres de s'abstenir.

Finalement, je décide de faire un article récapitulatif pour rappeler la manifestation de dimanche. L'article ne sera publié que lundi, dommage.

18h : les deux articles sont en cours de publication (ils doivent être mis en page par un journaliste). Je discute du bilan de l'expérience avec d'autres blogueurs.


Que conclure de cette expérience?

C'était évidemment passionnant. Une rédaction print ou net n'a que peu à voir avec l'image qu'en donne le cinéma : tout est calme. C'est visiblement le premier étonnement des blogueurs qui ont pu venir pour ces trois jours.

Le métier de journaliste est différent de celui de blogueur, parce que justement ce n'est pas un métier pour nous, uniquement une passion. Il faut l'être pour écrire par exemple ce billet à 23h un lundi alors que je rève de mon lit. (mais bon , je suis déjà en retard pour l'écrire et j'ai envie de l'écrire pendant que mes réactions sont à chaud). Cependant, même si j'ai eu peu de rapports avec les journalistes, ceux de l'express.fr m'ont semblé animés d'une passion comparable. Ce peu de contact avec les journalistes aura été mon principal regret. Nous avons été invités à investir les lieux, et avons occupé des bureaux libres de l'open space., mais il n'y a eu que peu de mélange, les journalistes devant assurer le même travail qu'habituellement Je regrette surtout de ne pas avoir pu discuter avec le journaliste livres qui était absent vendredi.

Comme l'observe Narvic, certains blogueurs sont restés des blogueurs (avec par exemple l'utilisation du fameux "je"), d'autres étaient dans le journalisme (mais comme sur leur blogs) et certains se sont révélés dans l'exercice.

J'aime croire que blogueurs et journalistes sont complémentaires. Vérité des réactions d'un côté, et vérité de l'information vérifiée (et oui je me répète, même si je ne devrais plus) de l'autre. En fréquentant un blog un moment, la personnalité du blogueur ressort et le lecteur finit par savoir quel poids accorder aux informations. La relation est moins personnelle avec un journaliste, le lecteur connaitra le journal et son orientation ou absence d'orientation politique, son éditorialiste mais rarement plus. Sauf peut-être pour les pages cultures, dont les critiques sont connus et c'est de nouveau une affaire de goûts communs ou pas.

Par ailleurs, les blogueurs littératures (mais ce ne sont pas les seuls), ont une relation particulière à l'actualité, d'ailleurs en avons nous une?. Exception faite de certains blogeurs qui reçoivent beaucoup de services de presse, et peuvent traiter les sorties au fur et à mesure, nos blogs ne traitent pas de l'actualité, nous n'avons aucune pression "d'immédiateté" (hum pas sure que cela soit français). A part les salons littéraire, où l'information est intéressante rapidement, je peux me permettre de parler de mes lectures dans le désordre, longtemps après. Les journalistes travaillent sur une matière qui se périme vite, les journalistes de l'express.fr encore plus. Une information périmée ne vaut plus rien ou presque. Un billet de livres peut attendre des années son lecteur.

 

L'odyssée 3001 de l'info :

Mes articles

Ophélie Bretnacher

Retour sur La Grande Librairie dont l'illustration est de Zag (merci encore d'avoir répondu présent)

 

La liste complète des articles

La blog de l'opération avec de bonnes interviews des blogueurs et journalistes

 

Commentaires

Merci Stéphanie de partager cette expérience avec nous, c'est passionnant !

Écrit par : Cuné | 13/01/2009

Répondre à ce commentaire

Vraiment très intéressant (j'avoue, je fais exprès d'utiliser ce mot-là!!) ton billet! Je n'aurais pas imaginé ça comme ça!! Contente que tu aies aimé ton expérience! Bon, je suis tout à fait certaine que je n'aurais pas pu réussir à participer à ce genre d'activité - on s'entend que le style journalistique (ou même le moindrement sérieux) et moi, ça fait deux - mais j'ai beaucoup apprécié ta description de ce milieu!
PS: Je n'ai pas réussi à utiliser "problème" dans mes deux phrases sans changer le sens... j'ai pourtant essayé!! ;))

Écrit par : Karine :) | 13/01/2009

Répondre à ce commentaire

Passionnant ton compte rendu !
Tu n'as rien oublié !
Et moi qui n'ai toujours pas écrit le mien, je sens mon inspiration s'amenuiser...
Arg ! :)

Écrit par : Zoridae | 13/01/2009

Répondre à ce commentaire

Ça a du être une expérience plus qu'enrichissante !

Écrit par : InColdBlog | 13/01/2009

Répondre à ce commentaire

Waouhhhh!!!!! quelle belle expérience! J'en rêve! Bravo!!!!! et merci pour ce compte-rendu presque "en direct"!!!
Martine

Écrit par : Martine | 13/01/2009

Répondre à ce commentaire

@Cuné : j'espère que ce n'était pas trop long à lire, j'ai été étonnée par tout ce que j'ai pu écrire :)

@Karine : c'est effectivement un vrai problème de n'avoir pas pu l'utiliser :)

@Zoridae : il faut vite l'écrire, pendant que les souvenirs sont chauds :)

@Incoldblog : oui, je ne l'aurais manqué pour rien :)

Écrit par : Stéphanie | 13/01/2009

Répondre à ce commentaire

Merci pour ce long reportage ! précis !

Cela continue ma reflexion sur le malaise de la presse (voir ls emissions le france-inter ce week end (le 7-9)) et un nouveau journal trimestriel XXI (PASSIONNANT)

Mais je comprends ta déception ! le journalisme est un métier, et nous ne sommes que des Amateurs, ils vivent dans le présent, nous à notre rythme !

Et tu as du vivre une expérience très sympa !

Écrit par : Michel | 13/01/2009

Répondre à ce commentaire

très intéressant ! tu as appris plein de choses dis donc. Merci de nous faire partager cette expérience :-)

Écrit par : Emeraude | 14/01/2009

Répondre à ce commentaire

tout à fait passionnante cette expérience et qui fait réfléchir aussi... PAs tellemetn sur la comparaison blogueur journaliste (j'imagine que si nous étions payé pour bloguer les choses seraient forcément différentes) mais sur ce que les gens cherchent dans la lecture d'articles que ce soient sur les blogs, les site de presse ou autres...

Écrit par : yueyin | 14/01/2009

Répondre à ce commentaire

Bob alors il ne faut pas dire "intéressant" vide de sens alors quoi ? Finalement je trouve ton billet intéressant et ton expérience enrichissante

Écrit par : Thaïs | 15/01/2009

Répondre à ce commentaire

Très bon compte-rendu, bravo!

Par contre, pour ma part je n'étais pas si étonnée que cela du sujet qui m'a été confié. J'écris sur le marketing et c'est certainement sous cet angle qu'Eric Mettout a vu l'article sur les droits d'auteur d'Astérix et Obélix. Il a peut-être pensé que ce n'était justement pas assez littéraire pour vous... En tout cas, j'ai trouvé pour le coup assez chouette de pouvoir écrire sur un sujet qui ne soit pas du web ou de la mode, qui auraient été plus attendus pour moi! :)

Écrit par : Camille d'Essayage | 15/01/2009

Répondre à ce commentaire

@Michel : c'est juste un regret plutôt qu'une déception. :)

@Emeraude : oui, et j'écris mes billets encore plus lentement maintenant, cela n'aide pas :)

@Yueyin : je ne sais pas vraiment ce que j'y cherche personnellement, mais c'est effectivement une excellente question

@Thaïs : alors si c'est interessant c'est parce que c'est quoi? et en répondant à la question, tu trouves les synonymes je pense :)

@Camille d'Essayage : finalement, cela est donc bien allé à tout le monde, c'est erreur consciente ou pas :)

Écrit par : Stéphanie | 16/01/2009

Répondre à ce commentaire

Waouh, ton article est fort intéressant, quelle expérience enrichissante, merci beaucoup de nous l'avoir fait partagée !! :-))

Écrit par : Florinette | 17/01/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.