Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Umoja aux Folies Bergères | Page d'accueil | Romain Sardou : Une seconde avant Noël »

19/12/2008

Madrid littéraire

Que fait une LCA en déplacement dans une ville étrangère ? Elle regarde ce que lis les autochtones. Alors voici un compte-rendu express mais littéraire de mes 4 jours sous le soleil (ou la pluie) de Madrid.


 

21Q4P6JVJKL._SL500_AA140_.jpg

 

Tout d’abord, et logiquement puisque cela aura été mon principal moyen de transport, le métro. Le madrilène et surtout la madrilène lit dans le métro, autant que les parisiens. En me tortillant, j’ai pu apercevoir quelques titres :

- Manolito on the road de Elvira Lindo, qui est un auteur jeunesse espagnole.

- El manuscrit de Dante de Nick Tosches

- L'ombre du vent par Carlos Ruiz Zafon

Ainsi qu’un roman de Mary Higgins Clark et un autre de Daniel Steel.

J’ai bien reconnu d’autres couvertures, mais malgré un espionnage actif, je n’ai pas pu voir les titres. J’avais également, à ma décharge des lignes à lire de mon côté. C’est certain la LCAnite est internationale et nécessite de sortir du métro le nez dans son bouquin ou d’attendre ce même métro toujours dans la même position.

Et pour l'anecdocte de la ménagère qui s'inquiète de voir James Bond salir autant ses chemises, le métro madrilène est propre, d'une propreté qui fait envie quand on vient de prendre l'une des lignes parisiennes.

P1010090.JPG

P1010080.JPG

L’un de mes étonnements littéraires aura été le prix des livres : le même prix qu’en France et même plus cher d’un ou deux euros. J’ai même été estomacquée par la mise en vente d’un coffret du deuxième volume de Ken Follet A world without end, à 29 euros. 29 euros pour un livre dans un coffret qui n’apportait rien de plus. J’espère ne jamais voir le jour où j’accepterais de payer ce prix pour un roman !

 

Côté vitrine à côté des best-sellers internationaux tels que Fascination et ses suites (vous noterez d’ailleurs que l’esprit du titre original a l’air d’avoir été respecté en Espagne ce qui n’est pas le cas pour la France), le troisième tome d’Eragon, la trilogie de Stieg Larson (dont les couvertures sont différentes mais tout aussi spéciales que les éditions françaises) ou le dernier livre de J.K. Rowling, j’ai beaucoup vu de livres sur la reine Sofia, n’étant pas une fan de Point de Vue, image du monde, je n’ai pas très bien compris pourquoi une telle mise en avant, au détriment du reste de la famille royale.

P1010081.JPG

vitrine4.JPG

 

Pour les gros succès, il est très souvent également noté qu’il s’agit de la nième rééditions (cf photo des Stieg Larson).

J’ai également repéré des livres visiblement espagnols mais dont je ne connais pas les auteurs. Au dessus de Cesar Vidal (mis en avant dans plusieurs librairies), j’ai été curieuse de El club de los viernes dont le nom de l’auteur Kate Jacobs m’a fait penser que je devais peut-être connaitre.

 


 

bibliometro1.JPGbibliometro2.JPG

 

 

Et pour finir, en route pour l’aéroport, j’ai fait une découverte dans le métro de Madrid, qui m’a enthousiasmée (il me faut peu de chose, mais une telle réalisation le méritait quand même). Les madrilènes ont simplement eu la magnifique idée d’apporter les bibliothèques dans le métro et sur un quai, on peut trouver une bibliometro (aussi petite qu’un bibliobus. Inutile de courir à la bibliothèque de quartier, les livres sont là, sur le quai de la gare ! C’est idée n’a-t-elle pas un petit goût de paradis ?

 

 

Commentaires

Ils ont déjà la traduction du dernier Eragon ? Ils sont vachement en avance dis donc! Sinon, ça marche comment les bibliometro : comme des biblis de prêt ?

Écrit par : fashion | 19/12/2008

Répondre à ce commentaire

oui, cela semblait être une vraie bibliothèque. Elle était ouverte de 13h à 20h et suis passée avant.
Il y avait même une trappe pour déposer ses livres en dehors des horaires d'ouverture.

Écrit par : Stéphanie | 19/12/2008

Répondre à ce commentaire

Je confirme, ça marche pareil! Ca serait top chez nous non? :-))

Écrit par : chiffonnette | 19/12/2008

Répondre à ce commentaire

génial ton petit reportage :) j'adore l"idée des biblio-metro, c'est cool, pas facile à gérer sans doute, mais s'il le font, c'est que c'est possible... et pour ton info, sache que le Thomas Pynchon (qui vient de sortir) coûte la bagatelle de.... 35 euros (oui, tu as bien lu) (c'est fou, je me demande pourquoi il est si cher)

Écrit par : amanda | 19/12/2008

Répondre à ce commentaire

Ah mais j'ai cru que tu allais avouer des achats compulsifs et incontrôlés, tu as été bien sage :)
(certes, les prix aident aussi...)
Le concept de biblio-métro n'est pas mal, mais alors, quelle horreur pour la bibliothécaire de travailler là-dedans ! Je détesterais passer mes journées dans les couloirs du métro...

Écrit par : erzébeth | 19/12/2008

Répondre à ce commentaire

@Chiffonnette : totalement :)

@Amanda : glourps, ben finalement j'ai vu cela et même pire! :(

@Erzébeth : je ne lis pas espagnol donc c'était plus facile :)
mais j'ai quand même ramené dans mes valises :
- une écharpe rouge et des gants rouges
- une autre écharpe
et le dvd de Vacances romaines
évident non comme souvenir de Madrid? :)

aaaahhhh Grégory Peck

Écrit par : Stéphanie | 20/12/2008

Répondre à ce commentaire

Merci pour le reportage ! J'adore voir les couvertures des livres dans les autres langues ! Et ça me rassure de voir que certains payent leurs livres encore plus cher qu'ici ! (ben oui, je suis en Belgique, et je paie mes livres plus chers que les français grrrr )

Écrit par : Manu | 20/12/2008

Répondre à ce commentaire

je vois que ton séjour a été studieux une vrai étude de moeurs lca:-))) c'est ce que je me dis pour barcelone : au moins je n'acheterai pas de livre, je ne lis aps l'espagnol :-) super séjour en tous cas ;-)

Écrit par : yueyin | 20/12/2008

Répondre à ce commentaire

@Manu : heureusement qu'il y a les bibliothèques publiques
et les copines blogueuses :)

@Yueyin : très très studieux :)
j'ai cherché comme vous faire un compte-rendu un minimum littéraire
attention, ils vendent des livres en anglais en Espagne ;)

Écrit par : Stéphanie | 20/12/2008

Répondre à ce commentaire

Je suis complètement fan de l'idée des biblio-métro moi aussi!!! Ca semble génial!!

Écrit par : Karine :) | 21/12/2008

Répondre à ce commentaire

Bravo, Stéphanie, pour ce compte-rendu. La dernière fois que je suis allé à Madrid, je n'ai voyagé qu'à pied. J'ai donc manqué le plus beau monument : cette bibliothèque-métro qui me laisse rêveur. C'est une très belle idée. on va se mettre à prendre le métro rien que pour se perdre dans un livre.

Écrit par : Georges F. | 22/12/2008

Répondre à ce commentaire

Reportage très intéressant, merci reporter Stéphanie ! ;-)

Écrit par : Caro[line] | 22/12/2008

Répondre à ce commentaire

Très joli compte-rendu!
Oui, les livres sont plus chers en Espagne qu'ici...
Pour la sombra del viento, par exemple, il n'est toujours pas sorti en poche. Il y a une édition un peu plus petite que l'originale (dont la couverture était "en dur"), pour 15 ou 16 euros...

Concernant "El club de los viernes", le titre en VO est "The Friday Night Knitting Club". Je ne crois pas qu'il ait encore été traduit en français, mais je me trompe peut-être...

Écrit par : Noémie | 07/01/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.