Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Drôles de mecs au théatre du temple | Page d'accueil | Un livre est un engrenage »

20/11/2008

Jean-Philippe Blondel : Juke-Box

J'ai encore rêvé d'elle, La Bombe humaine, Week-End à Rome... Comme ces couples qui parlent de " leur chanson ", Yoann pourrait dire de tous ces tubes qu'ils sont les siens. Ce ne sont pas forcément ses préférés, mais à quarante ans ces airs émergent de sa vie accidentée comme autant de notes échouées. L'enfance, les tourments de l'adolescence, les premières amours, et puis le deuil, imprévu, violent, tragique. Une existence à reconstruire avant même d'avoir commencé. Pendant des années, Yoann va chercher l'apaisement qui lui permettra enfin de réécouter le disque de sa vie.

Notre mémoire est musicale, j'en suis certaine. Si des évènements mondiaux font partie de notre mémoire commune (qui ne se souvient pas où il était le 11 septembre 2001?), ce sont les chansons pour la plupart d'entre nous qui rythment notre vie, parce qu'elles sont partout et qu'il est difficile de passer à côté du tube de l'été, du dernier X... (à moins bien sur de vivre sans radio, sans sortir dans les lieux publics, toute affirmation de ce genre est évidemment sujette à exception).

Et dans ce livre, Jean-Philippe Blondel utilise propose l'introspection de son personnage Yoann au travers de la bande-son de sa vie. C'est astucieux car cela interpelle encore plus le lecteur, cela l'implique. Et oui, comme Amanda par exemple, je n'ai pas pu m'empêcher également de suivre les mêmes questions que Yoann, de chercher quels morceaux composaient ma vie et comme Yoann où elle allait, parce qu'on repense au passé pour mieux appréhender l'avenir.

Jean-Philippe Blondel est un auteur du quotidien, mais dans ce que cela représente de plus grand (pour moi, c'est un compliment, qu'on se comprenne!). Loin des effets de styles pompeux, il nous entraine dans des hisotires qui pourraient être les notres. Si jamais ses livres lui servent d'introspection, il entraîne son lecteur avec lui et ce n'est jamais montré, ce n'est jamais mielleux ou pleurnichard. C'est parfois grâve, souvent léger. Ses personnages se laissent entrainer dans le tourbillon de la vie, comme nous. Parce qu'on ne peut rien y faire. Et c'est cette qualité, qui me fait tellement aimer cet auteur.

Les avis de Laurence, Papillon, Tamara, Florinette, Laure, Marie, In Cold Blog et Amanda.

N'oubliez pas de passer demain, une surprise vous attendra :)

Commentaires

Ton billet m'a fait sourire car justement, je suis en train de me creuser la tête pour trouver 5 chansons pour le tag musical et je cale complètement ! Mais cela ne m'empêche pas d'être intéressée par ce roman :)

Écrit par : Joelle | 21/11/2008

Répondre à ce commentaire

Ah, mais vous vous êtes toutes donné le mot ces jours-ci?

Écrit par : maijo | 21/11/2008

Répondre à ce commentaire

C'est vrai ça, pourquoi vous lisez toutes Blondel ?!?L'idée de ce livre me plait mais j'avais un peu peur des goûts musicaux de l’auteur. Finalement Téléphone et Daho c’est pas si mal..

Écrit par : Emma | 21/11/2008

Répondre à ce commentaire

ça tombe bien j'ai accès direct à la place qui m'attends ;-)

Écrit par : yueyin | 21/11/2008

Répondre à ce commentaire

@Joelle : aah il est très sympa ce tag effectivement mais le choix doit être difficile :)@maijo : héhé réponse demain à 7h, du pourquoi du comment :)@Emma : idem réponse demain :)@Yueyin : je te le conseille même si après trois Blondel, ce n'est finalement pas mon préféré :)

Écrit par : Stéphanie | 21/11/2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.