Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Isabelle Dethan : Sur les terres d’Horus, les disciples du Maât | Page d'accueil | Drôles de mecs au théatre du temple »

18/11/2008

Stephan Zweig : Le voyage dans le passe




Le voyage dans le passé est l'histoire des retrouvailles au goût amer entre un homme et une femme qui se sont aimés et qui croient s'aimer encore. Louis, jeune homme pauvre mû par une " volonté fanatique " tombe amoureux de la femme de son riche bienfaiteur, mais il est envoyé quelques mois au Mexique pour une mission de confiance. La Grande Guerre éclate. Ils ne se reverront que neuf ans plus tard.







Au travers de cette nouvelle inédite (elle n'avait jamais été traduite en Français), Stephan Zweig décrit admirablement (mais est ce étonnant après avoir lu Lettre d'une inconnue?) les prémices de l'amour, son expression, son déclin ou plutôt son hibernation et son retour. Les mots sont évidents et pourtant magnifiques, j'ai eu envie de recopier le texte en entier. Rarement j'avais été aussi touchée par des mots aussi simples et aussi bien assemblés. Quiconque a été amoureux une fois dans sa vie, a ressenti le lent émerveillement devant l'autre qui devient presque une extension de soi, ne peut qu'être touché.
C'est un travail d'orfèvre dont la principale qualité est certaiment de sembler aussi évident, aussi simple (je sais je me repète, mais les mots me manquent).

Un extrait (et j'ai réussi à ne pas vous recopier tout le livre!)
"Ce n'était pas lui qui l'avait attirée à lui, ni elle à elle, ils étaient tombés dans les bras l'un de l'autre, comme emportés ensemble par une tempête, l'un avec l'autre, l'un dans l'autre plongeant dans un inconnu sans fond, dans lequel sombrer était un évanouissement à la fois suave et brûlant - un sentiment trop longtemps endigué se déchargea, enflammé par le magnétisme du hasard, en une seule seconde. Et ce n'est que peu à peu , lorsque leurs lèvres collées se détachèrent..."

L'avis d'Emeraude que je remercie grandement pour ce prêt.

PS : Grasset propose une édition bilingue et magnifiquement protégée par une sous-couverture à la photo qui nous plonge déjà dans l'histoire.

Commentaires

Noté chez Emeraude, confirmé par ton billet ... maintenant, il faut que j'attende que ma biblio l'achète !!! Quoique Noël n'est pas loin ...

Écrit par : Joelle | 19/11/2008

Répondre à ce commentaire

@emeraude : tu me le prêtes aussi :)@ stéphanie : très beau billet miss, qui me donne envie de me jeter sur le livre;)

Écrit par : amanda | 19/11/2008

Répondre à ce commentaire

Partageant ton admiration pour Zweig, je ne peux qu'essayer de me le procurer au plus vite ;-)

Écrit par : maijo | 19/11/2008

Répondre à ce commentaire

Je ne peux pas passer à côté, zou, sur ma liste !

Écrit par : Tamara | 19/11/2008

Répondre à ce commentaire

Je l,avais noté chez Emeraude... et là, je souligne... en fait, je le réécris vu que le contenu de mon ordi est prisonnier du disque dur inaccessible du dit ordi!! De toute façon, Zweig et moi, ça fitte, comme qui dirait!

Écrit par : Karine :) | 19/11/2008

Répondre à ce commentaire

J'ai dû le louper chez Emeraude, merci d'en avoir reparlé et bon week-end Stéphanie ! :-)

Écrit par : Florinette | 21/11/2008

Répondre à ce commentaire

ben je viens de le voir chez Fash', voilà c'est malin, il faut que je le lise maintenant... vous vous êtes donné le mot pour augmenter ma pal, avouez !!!!

Écrit par : yueyin | 21/11/2008

Répondre à ce commentaire

Je croise les doigts pour que ma bibliothèque l'ait acheté. Je suis quasimment sûre d'aimer. Zweig est une valeur sûre et ton billet me rend encore plus impatiente de le lire !

Écrit par : Emjy | 24/11/2008

Répondre à ce commentaire

il va sans dire que je vais le lire TREEEEEES vite. J'adore Zweig et... et... et j'adore Zweig.

Écrit par : Cécile Qd9 | 27/11/2008

Répondre à ce commentaire

C'est vrai qu'il décrit admirablement le sentiment amoureux, particulièrement dans ce titre...

Écrit par : Céline | 29/01/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.