Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2008-03 | Page d'accueil | 2008-05 »

30/04/2008

Moïra Sauvage : Les aventures de ce fabuleux vagin


Couverture :
En 1996, dans une petite salle de Manhattan à New York, Eve Ensler présentait une pièce intitulée Les Monologues du vagin. Elle y disait les mots recueillis auprès de femmes pour évoquer le plus intime de leur féminité, le plus mystérieux de leur sexualité. Chaque représentation parlait de plaisir et de violence, provoquait rires et larmes. Les Monologues ont depuis été vus dans cent vingt pays (sept cent mille spectateurs en France) et traduits en quarante-cinq langues. Deux ans plus tard, Eve Ensler créait le mouvement V-Day. En permettant à des non-professionnels de jouer sa pièce, elle leur donnait la possibilité de réunir des fonds pour aider les femmes victimes de violences. Au cours de ses dix ans d'existence, V-Day a réuni cinquante millions de dollars pour lutter contre la violence domestique, le viol, les mutilations génitales ou les crimes d'honneur. Moïra Sauvage a eu accès aux archives du mouvement, rencontré Eve Ensler et s'est rendue dans de nombreux pays pour interviewer celles qui s'investissent dans V-Day. Elle raconte comment cette pièce a changé la vie des femmes.

Mon avis :
Si j'avais déjà vu 1 fois avec plaisir Les monologues du vagin, avant la semaine dernière où j'ai eu la chance de le revoir avec d'autres blogueuses invitées par Moira et Christian Sauvage, je ne connaissais absolument pas le mouvement et l'engagement qui se cachait derrière : le V-day.
Curieusement, alors que cette pièce est jouée par des armées d'étudiantes, d'amatrices, en plus des comédiennes professionnelles, aucun livre n'avait été écrit sur ce sujet.

C'est maintenant fait grâce à la plume alerte et motivée de Moïra Sauvage.
En un peu plus de 200 pages, Moïra réussit a dresser la carte d'identité d'un mouvement malheureusement encore trop d'actualité. En tant qu'humaine, je ne dis même pas en tant que femme, car comme elle le rappelle judicieusement, les violences contre les femmes touchent trop souvent également les enfants, je ne peux que souhaiter qu'un jour, il ne soit plus d'utilité publique.

Si le récit se penche tout d'abord sur la vie d'Eve Ensler (une sacrée femme!), il s'affranchit vite pour raconter comment les dons récoltés par la diffusion de la pièce a permis de changer la vie de milliers de femme : aussi bien en Afrique bien sur, mais également aux US et en France.
Bien sur, c'est quelquefois triste (d'ailleurs, si je n'ai pas pleuré en voyant la pièce, j'ai pleuré à la lecture de certaines pages), mais détrompez vous, ici point de patho, non juste des tranches de vie. Grâce à l'écriture de Moïra, le résultat est à l'image de la pièce : il fait autant sourire que pleurer.

Comme la vie donc, cette vie auxquelles toutes les femmes devraient avoir droit!

(les deux exemplaires offerts par Moïra, que je remercie, seront si vous le voulez, envoyé en livre voyageurs, après avoir été lus par les blogueuses présentent ce soir-là, vous pouvez vous inscrire dans les commentaires)

PS : le mot vagin n'est pas aussi commun que cela, j'ai surpris quelques regards étonnés à l'aéroport, devant le titre que je lisais. Et oui, même en France où le succès de la pièce est incontestable...

23/04/2008

Petite pause

Blog en pause, je m'envole dans cette belle ville rose pour le week-end.


21/04/2008

1 an et un nouveau nom

Et oui, comme plusieurs blogs en ce moment, ce blog avoue son petit age d'un an aujourd'hui. Pas de long message, juste un changement de nom (prévu depuis un moment) en attendant un nouveau look. J'avoue peiner sur la mise en page et la bannière donc ce n'est pas prêt alors qu'initialement prévu aujourd'hui.

Ce blog a été l'occasion de multiples rencontres et j'ai adoré passer une année ici.

Un an ce fut :
- plus d'une centaine de compte-rendu de lecture
- 2 lotobooks
- une nouvelle rubrique : les auteurs se mettent à table
- des propositions de sorties le week-end
- quelques tags
- un swap noir c'est noir à l'initiative de Fashion
- un billet de midinette

Et puis en off, ce fut surtout, des éclats de lire et surtout de rire, des sorties japonais, pleins de secrets échangés, quelques sorties théâtres, des litres et des litres de thé... Alors merci pour vos visites, votre bonne-humeur et particulièrement merci aux blogueuses parisiennes :)

En préparation ici et pas très loin :
- un nouveau look pour le blog (j'y arriverais bien :)
- un lotobook (tirage lors de la soirée de Books and the city)
- Books and the city en juillet justement
- à cette occasion, la visite d'une blogueuse du bout du monde
- un nouveau swap avec Fashion

Ah oui, le nouveau nom : Mots en bouche :)
L'adresse ne change pas, mais vous pouvez également arriver ici par : www.motsenbouche.fr

20/04/2008

Lucien Cerise : Photographie d'un hamburger

Couverture :
- J'en ai marre de ces soirées. Il faut toujours se définir positivement par des qualités socialement admises, répondit Lucien.
- Et comment veux-tu faire pour lier connaissance ? Il faut bien dire qui on est ! Comment faire autrement ?
- Je ne sais pas. Mais avant d'être ceci ou cela, avant tout, je ne suis rien. Ou plutôt, je suis un potentiel évolutif, un mouvement virtuel. C'est ce que la psychanalyse nous a enseigné. Et avant elle, Pascal et Nietzsche. " Ça y'est ! Il recommence à délirer ! ", pensa Ahmed.
Il rétorqua :
- Ok, mais la philo c'est bon à la foc. En dehors ça sert à rien. Si on te demande ce que tu fais dans la vie, tu peux pas répondre : " Je suis un potentiel évolutif ".
- Mais c'est la vérité !
- Oui, mais dans une soirée, on ne te demande pas de dire la vérité ! On est pas au tribunal. On te demande seulement de dire ce que tu fais dans la vie, de plaisanter un peu, etc. Ce sont les règles de base de la communication.
- Le problème c'est que je ne fais rien. Il ne se passe rien dans ma vie. Je n'ai rien à dire sur ce sujet.
- Tu n'as qu'à dire d'où tu viens. C'est souvent ça dans les soirées avec les étrangers, chacun parle de ses origines. C'est intéressant.
- L'origine ne définit pas l'identité. Ahmed commençait à s'énerver. " Il me fait chier ! Ce mec est indécrottable ! "

Mon avis :
Ne chercher pas l'espoir ici, il n'y est plus.

Roman acheté au salon du livre où l'auteur participait à la dédicace collective de Louis Lahner (l'écrivain avait simplement invité ses copains écrivains à venir dédicacer avec lui), je n'avais jamais entendu parler de l'auteur.

C'est un roman bizarre, dont je ne sais pas trop que penser.
Côté point négatif, je dirais que le style d'écriture m'a vraiment dérangé. C'est très impersonnel et si cela peut aller à une partie de l'histoire, cela m'a quand même semblé pesant. Côté histoire, si l'auteur a de bonnes idées, elles sont traitées presque totalement séparément, le roman perd donc régulièrement de sa cohérence. Ce manque est si flagrant que durant les trois premiers chapitres, j'ai franchement cru qu'il s'agissait d'un recueil de nouvelles, je ne voyait aucun lien entre les trois histoires racontées.

Pourtant, ce roman m'a suffisamment captivée pour que je ne le lâche pas. Lucien Cerise a un vrai potentiel d'écrivain de polar. Il sait très bien dépeindre les univers glauques (je dis les car ici il mélange aussi bien le glauque des riches que le sombre quotidien d'une cité HLM) et surtout il sait distiller les informations petits à petits en excitant la curiosité de son lecteur pour le "forcer" à continuer sa lecture. J'étais vraiment curieuse de savoir où tout cela allait mener...

Un roman que je ne conseillerais pas forcément mais je suivrais avec attention toute prochaine sortie d'un roman de cet auteur.

17/04/2008

Simonetta Greggio : Etoiles

Couverture :
" Stella adorait quand Gaspard faisait fondre dans un gaspacho des glaçons aux feuilles de basilic. Et, quand elle avait de l'appétit, il lui composait des nourritures plus consistantes, jouant sur des associations de saveurs simples : des rondelles de pomme de terre tièdes sur lesquelles il avait amoureusement déposé des pétales de truffe, une noix de Saint-Jacques en carpaccio avec une larme d'oursin sur une feuille de roquette, arrosée de trois gouttes d'huile d'olive. "
Fable moderne sous le soleil de Provence, ode à l'amour et à la gastronomie, Etoiles est suivi d'un carnet de recettes illustrées et conçues par Manuel Laguens.

Mon avis :
Il y a de ces livres (comme certains films) qui vous donnent envie de sortir vos casseroles et de vous mettre à couper et taillader, pétrir et laisser reposer, émincer et faire revenir... qui vous donne donc envie de cuisiner. Parce que la cuisine, c'est la base de la vie, la cuisine c'est de l'amour, amour de la vie, amour des choses, amour des hommes. Et oui que voulez-vous le souvenir des repas familiaux concoctés aussi bien par ma grand-mère maternelle que paternelle ont laissés ces envolées lyriques à la seule évocation de la cuisine.

Après la douceur des hommes, l'un de mes coups de cœur de l'année dernière que j'ai offert à tout va, envoyé en voyage sous la forme d'un livre voyageur, j'ai pu lire un autre roman de Simonetta Greggio : Etoiles.

Ici, on s'attache aux pas de Gaspard, cuisinier chef à la dérive, qui par hasard va se poser dans un petit restaurant de campagne.
L'histoire en elle-même est prévisible, on sait déjà la fin, mais là n'est pas le plus important. L'enchantement de ce livre réside dans cette magnifique déclaration d'amour que sont toutes les scènes de cuisine, déclaration d'amour pour la cuisine provençale.
La saveur du basilic, des pennes aux olives, des courgettes revenues dans de l'huile d'olive vous titillera obligatoirement les narines lors de votre lecture.

Et les illustrations de Manuel Lagens finiront certainement de vous convaincre.

Un grand merci à Caro[line] qui m'a offert ce recueil pour mon anniversaire.

15/04/2008

Laurence Tardieu ; Puisque rien ne dure

Couverture :
Je meurs voilà ce qu'elle m'écrit Vincent je meurs viens me voir viens me revoir une dernière fois que je te voie que je te touche que je t'entende viens me revoir Vincent je meurs. Et au bas de la feuille, en tout petit, presque illisible, son prénom, Geneviève, tracé lui aussi au crayon à papier, comme le reste de la lettre, de la même écriture tremblante, défaillante, si ce n'avait pas été ces mots-là on aurait pu croire à l'écriture d'un enfant, on aurait pu sourire, froisser la feuille, la jeter à la poubelle et l'oublier ; mais non, ce n'est pas un enfant, c'est Geneviève qui meurt.

Mon avis :
Rarement je pense (ma connaissance n’est certainement pas assez suffisante pour l’affirmer) écrivain aura su aussi bien décrire les ravages, la lente désagrégation d’un couple face à la perte d’un enfant. Comment exprimer avec mes mots ceux de Laurence Tardieu, pétris de dignité, de tranquille désespoir et pourtant tellement pleins de vie en fin de compte.

Puisque rien ne dure fait parti de ces romans dont je suis incapable de parler parce que le mieux que l’on puisse faire est de vous dire à votre tour de le lire.

Tamara, Emeraude, Karine, Thom et d’autres ont été plus prolixes.

14/04/2008

Gemma Malley : La déclaration

Couverture :
Angleterre, 2140.
Les adultes peuvent choisir de ne plus mourir s'ils renoncent à faire des enfants. Anna vit depuis presque toujours au Foyer de Grange Hal un pensionnat pour les Surplus, des enfants qui n'auraient pas dû naît des enfants dont les parents ont défié la loi en les mettant au monde. Anna n'a plus de parents désormais. Confinée dans l'enceinte du pensionnat, elle travaille très dur, pour effacer leur faute.
Anna a tout oublié de son passé. Jusqu'au jour où arrive un jeune garçon qui semble la connaître. Mais qui est ce Peter ? Pourquoi ne la laisse-t-il pas tranquille ? Et pourquoi elle, Anna, se sent-elle soudain si troublée ?

Mon avis :
Cela fait un moment que je lorgnais ostensiblement sur ce livre en librairie. Je l'avais noté à sa sortie mais lors de mes frénésies acheteuses de LCA, je ne l'avais jamais pris.
J'ai fini par l'acheter ayant une heure à patienter et me décourageant du livre dans mon sac.

Imaginez une société ayant accès à la longévité éternelle et donc qui s'est alors résolue à bannir toute grossesse (sauf au cas où l'un des deux parents accepterait de donner sa vie suivant le principe : un pour un.)
A l'heure où notre civilisation loue la jeunesse éternelle, où dans certains pays des communautés de séniors se forment en villes privées, ce livre permet une véritable réflexion. Que dire d'une société qui ne se renouvelle pas? Où les enfants, les adolescents sont vus comme des abbérations et font peurs à leurs vieux habitants.
L'image de sang neuf ne m'a jamais paru aussi pertinente.

L'air de rien, au travers de l'histoire d'Anna et Peter, deux surplus, ce sont toutes ces questions qui sont intelligemment posées par Gemma Malley. Je n'ai pas pu résister et ne pas m'attacher à ses deux personnages dont les premiers émois amoureux sont très joliment décrits.

L'écriture est fluide et sert parfaitement cette histoire passionnante. Le choix d'alterner le récit avec des extraits du journal intime d'Anna est pertinent et permet un autre éclairage de l'histoire.
Un grand coup de coeur!

13/04/2008

Nikki Gemmel : La mariée mise à nue

Couverture :
Une femme anonyme disparaît, laissant un journal intime qui raconte au quotidien son expérience sexuelle. Pour tous ceux qui la connaissaient, elle semblait l’épouse idéale : heureuse, dévouée, épanouie. Mais son journal révèle une vérité bien différente, celle d’une mariée aux désirs inassouvis…

Mon avis :
La mariée mise à nue est un OVNI déconcertant, palpitant et machiavélique :
- déconcertant de ce fil tenu où se situe son héroïne, partagée entre l'image qu'elle souhaite donner et sa véritable nature quelle découvre elle-même.
Déconcertant devant l'impression de malaise que laissent certaines leçons (le journal est séparé en cours chapitre intitulé leçon n°..) car trop souvent criant de vérité, mais une vérité froide, presque chirurgicale devant la lente décomposition de ses idéaux, les compromis de pis en pis qu'on accepte de faire avec l'age.
- palpitant, parce que je n'ai pas pu m'empêcher d'espérer tout du long qu'une solution a tout cela existait.
- machiavélique, car si le style de l'auteur (tout le texte est construit autour de phrases en "vous" (vous faites ceci, vous faites cela) m'a au début gêné, je l'ai trouvé ensuite totalement pertinent. Il donnait le recul nécessaire à la narratrice pour raconter son histoire. Et ce vous intrusif pour le lecteur, m'a permis de me sentir concernée et jamais déconnectée par cette manière froide de conter une histoire.

C'est amusant car je viens de dire deux fois que le récit est froid, et pourtant l'histoire ne l'est absolument pas. C'est une femme qui vibre, palpite et qui en même temps pourtant accepte d'annihiler ses sentiments.

Déconcertant, palpitant, machiavélique et surtout troublant.

Les avis de Fashion, Cuné, Sassenach.

12/04/2008

Le jeu de Zag


Zag a décidé de nous faire jouer ce week-end! Toutes les infos sont sur son blog, alors n'hésitez pas à cliquer sur l'image :)

10/04/2008

Let's go and play



Les préparations de Book and the city avancent à grands pas :
- Caro[line] recherche des lots merveilleusement glamours pour les LCA qui vaincront les énigmes parisiennes
- Emeraude, Tamara et Chiffonette sont en pleine recherche d'un restaurant pour le repas du soir des valeureux participants
- Amanda, Fashion et moi-même sommes plongées dans un monde d'énigmes à résoudre

Tout cela pour vous concocter une rencontre désormais internationale de blogueurs à Paris le 5 juillet 2008, sous la forme d'un jeu de piste littéraire.

Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 15 juin.
Il y a 50 places et déjà 33 inscrits, donc il reste 17 places.

Un blog est en ligne pour :
- rappeler le principe
- proposer des hébergements (d'ailleurs des offres d'hébergements sont disponibles pour les blogueurs qui viendraient de loin)
- la liste des participants

Et si vraiment vous ne pouvez pas nous rejoindre, vous avez tout de même la possibilité de jouer avec nous, nous organisons un grand concours de marque-pages souvenirs. Le concours est ouvert à tous (participants ou non au jeu de piste). Toutes les informations sont également sur le blog.

N'hésitez plus, inscrivez vous au plus vite!

Et pour toutes questions, une adresse email :
booksandthecity@droledeclub.com