Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Musique : Joy Division | Page d'accueil | Edith Wharton : Libre et légère »

24/10/2007

Laurent Graff : Il ne vous reste qu'une photo à prendre

 

Couverture :
Cela sonne comme un arrêt : la dernière photo. Comme il y a le dernier verre, le dernier jeton ou l’ultime message. Graff invente la forme neuve de la roulette russe : l’objectif à l’œil, comme le canon tout contre la tempe. On presse : y a-t-il une vie, passé le couperet de l’ultime clic ? Jeu, set et match ? Neigel, le héros, se cogne à tous les angles d’un deuil amer, celui de M. Un jour à Rome, Méphisto, entendez un sieur Giancarlo Romani (un homme que l’humain intéresse, ex-prêtre) lui offre un voyage et un appareil photographique. Règle du jeu : clore la bobine en prenant « la dernière photo ». Il n’est pas seul à jouer : d’autres sont là, comme lui, avec leur dernière case à cocher : un Japonais, maître-pêcheur de carpe, un ex-mannequin et Eros (de Bilbao). Alors, que prendre dans les rets du viseur ? Une photo qui tout résumera, apocalypse intime, une photo pour rien, une photo de rien, un souvenir à loger au coin d’un miroir, un fragment d’idéal. Geste dérisoire, simple pression, mais choix décisif. Chacun choisira de prendre ou de ne pas prendre LA photo. Neigel, lui, en fera un rendez-vous fantomatique, une hallucination douce, en reviendra plus léger.Tout cela semble bien innocent. Vraiment ?

Mon avis :
Après le plaisir ressenti à la lecture du Cri, j'étais pressée de découvrir un autre roman de Laurent Graff. C'est chose faite avec son petit dernier : Il ne vous reste qu'une photo à prendre.

Le style de l'auteur me plait, le sujet, la photo, était prometteur (c'est une passion presque aussi vieille que la lecture, et il s'agit certainement de mon seul côté artistique). Donc sans aucune surprise, j'ai aimé.
Tout d'abord j'ai retrouvé avec plaisir le style d'écriture de Laurent Graff : le personnage est totalement différent du cri, mais je trouve que le style narratif est utilisé avec justesse. Il y a de magnifiques passages sur la vision de l'homme sur la femme (sa femme en fait, mais le style même donne un caractère universel à certaines phrases :)
Et puis, il y a aussi ces passages sur la photographie, et je me suis sentie en osmose avec cet homme qui a arrêté la photographie. Alors que la photographie numérique a complètement changé le rapport à la photographie (on peut appuyer sans y penser sur le déclencheur), écrire sur la « dernière photo à prendre » est délicieusement rétro :)
Pour finir, il s'agit d'une « belle » réflexion sur la mort, le temps qui passe.

Pour tout cela, je ne peux que trop vous conseiller cette lecture.

Merci à Caro[line] de me l'avoir prêté et fait circulé chez les blogueuses parisiennes avant même l'avoir lu :)

Les avis de Tamara, Emeraude, Clarabel, Dda.

Commentaires

Il me dit celui-ci tiens (et puis il est court, je crois que je ne vais plus lire que des romans de moins de 100 pages... mais non, je rigooooooooooooooole, n'oublie pas de me prêter "Hésitation"...:D)

Écrit par : fashion | 24/10/2007

Répondre à ce commentaire

@ Stéphanie : De rien !!!Je n'ai pas lu ton billet en entier (juste les dernières lignes où tu me remercies) puisque je vais bientôt lire ce roman, en vue de la séance de signature que tu nous as signalée. :-)@ Fab'shion : Je pourrais te le prêter si tu veux !

Écrit par : Caro[line] | 25/10/2007

Répondre à ce commentaire

Comme toi j'ai aimé "Le cri" et je vais bientôt pouvoir l'emprunter à la biblio, je m'en réjouis d'avance !!Merci beaucoup pour les marque-pages que je viens juste de recevoir, c'est vraiment très gentil de ta part et merci à Amanda pour cette jolie création !!Bisous à vous deux !

Écrit par : florinette | 25/10/2007

Répondre à ce commentaire

Laurent Graff est un auteur que j'ai découvert l'an dernier (de mémoire), avec "Il est des nôtres", et depuis, j'ai aimé Le Cri et Il ne vous reste... que m'avez aussi prêté Caro[line]. Je compte bien aller voir à quoi ressemble le bonhomme !

Écrit par : Tamara | 25/10/2007

Répondre à ce commentaire

si je ne peux pas venir "voir le bonhomme" comme dit tamara, l'une d'entre vous pourrait me prêter "le cri" siouplaît ? (si vous l'avez bien sûr!)Parce que ton billet sur la photo, Stéphanie, me donne envie d'en découvrir d'autres! :-)

Écrit par : Emeraude | 25/10/2007

Répondre à ce commentaire

J'ai pas lu le Cri, et encore moins la Dernière Photo, mais là, ton billet m'a bien donné envie :)

Écrit par : Zag | 25/10/2007

Répondre à ce commentaire

@Fashion : j'ai failli le pré commander au virgin ce soir ;D@Florinette : ce fut un plaisir de te les envoyer. Et comme il y a ton nom, c'était normal :)@Tamara : acheté un autre de ses romans ce soir, et commandé deux autres! Dois être jalouse de ta pal :p@emeraude : je le récupère dimanche, Fashion me l'emprunte et après il est à toi :)@Zag : ben après Fashion et Emeraude, le cri est à toi :)

Écrit par : Stéphanie | 25/10/2007

Répondre à ce commentaire

COOL ! Stéphanie, je me mets déjà sur ta liste d'attente pour les trois titres que tu as achetés et pas encore lus ! :-)Sauf pour "Il est des nôtres" bien sûr.Suite de l'état de ma PAL ce soir... j'espère que la tienne se porte bien ! ;-)

Écrit par : Tamara | 26/10/2007

Répondre à ce commentaire

@Tamara : ma PAL se porte trop bien :(Suis passée chez Guibert aujourd'hui! Je n'arrive décidemment pas à être raisonnable - c'est trop injuste :(:)))

Écrit par : Stéphanie | 27/10/2007

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.