Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Christian Lehmann : Une question de confiance | Page d'accueil | Caryl Férey : Petit éloge de l'excès »

26/08/2007

Solenn Colleter : Je suis morte et je n'ai rien appris



Couverture :
«Les bizuts doivent mourir pour apprendre à renaitre. Sauf moi, qui resterai seule et incomprise : j’ai succombé à une barbarie qui n’a jamais eu lieu. Je suis morte et je n’ai rien appris.» Avec une insoutenable clairvoyance, Solenn Colleter explore à travers l’expérience limite du bizutage la dynamique du rapport d’obéissance et de soumission au pouvoir. Un premier roman dérangeant, violente métaphore du système totalitaire.

Mon avis :
Il est difficile de décrire la fascination et le coup de poing qu'à représenté ce livre pour moi! A la base j'ai suivi un conseil de lecture de Patricia Parry (c'est ici) parce que le titre et le sujet me plaisait. J'ai fais une école d'ingénieurs mais heureusement je n'ai pas subi un bizutage, uniquement un vrai weekend d'intégration.
Cependant ce livre est loin d'être simplement une histoire de bizutage, durant toute ma lecture je n'ai pas arrêté de me demander “et si c'était moi, qu'aurais je fais?” C'est gênant, inattendu. Et forcément remuant.

Le livre est divisé en très petits chapitres et je trouve que cette forme ajoute de la force au récit, comme un halètement dans un film d'horreur. J'ai vraiment aimé le style d'écriture de Solenn Colleter.

Pour finir, bizarrement le livre m'a également donné l'envie de réécouter 2 albums “Mars Volta : Frances the mutes” (parce que c'est un univers double, à la fois doux et complètement destructuré (le parfait exemple est la chanson : ombilical dont on n'entendait que la première partie à la radio)) et Massive Attack : Mezzazine). Il est très rare qu'un livre s'associe dans mon esprit à de la musique surtout quand ce n'est pas du tout le sujet!

Le seul problème avec les premiers romans est que l'on ne peut pas vite rajouter dans sa LAL les autres titres de l'auteur :)

Une interview de l'auteur et un extrait du roman sont disponibles ici

 

Commentaires

Moi aussi je suis heureuse d'avoir échappé au bizutage auquel je m'attendais pendant mes études. Je ne sais pas si ce livre peut me plaire (j'appréhende un peu vu la dureté du sujet) mais ton article m'aura au moins donné envie d'écouter Frances the Mute, dont j'ai beaucoup entendu parler mais dont je ne connais que quelques titres !Au fait, c'est peut-être parce que je n'ai pas eu de vacances depuis longtemps et n'ai malheureusement pas autant de temps que je le voudrais pour lire, mais comment fais-tu pour lire un roman par jour ?:o)

Écrit par : Lou | 26/08/2007

Répondre à ce commentaire

@lou : rien de magique là dedans, suis simplement en vacances. J'ai choisi de voyager par la lecture, préférant économiser pour partir plus loin un peu plus tard :)et je suis déjà partie à Lisbonne au mois de mai!

Écrit par : Stéphanie | 26/08/2007

Répondre à ce commentaire

Lecture en cours.Je réserve mon jugement pour l'instant mais en tout cas... Ayant connu le bizutage (et celui-là en particulier), je peux au moins témoigner que tout est exact - j'en viens même à saluer l'honnêteté de l'auteur qui en montre aussi les aspects les moins noirs !A bientôt

Écrit par : secondflore | 27/08/2007

Répondre à ce commentaire

jamais connu de bizutage mais rien que le titre aurait pu attirer mon attention si je l'avais vu sur les rayons d'une librairie. Alors je note !

Écrit par : Emeraude | 27/08/2007

Répondre à ce commentaire

Bonjour! ce livre me fait de l'oeil depuis que je l'ai repéré dans les rayons d'une librairie. TU me confortes dans l'idée qu'il est bon... il est donc stabiloté sur mon petit carnet!

Écrit par : choupynette | 27/08/2007

Répondre à ce commentaire

Je passe, malgré ta critique très élogieuse... J'ai été bizutée (mais pas à ce point et j'ai refusé des choses) et je n'ai pas vraiment envie de lire ce genre de trucs...

Écrit par : fashion victim | 28/08/2007

Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas été bizutée, heureusement, mais quand j'en vois dans la rue, ça me fait frémir !

Écrit par : florinette | 28/08/2007

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.