Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Philippe Delerm : L’envol suivi de Panier de fruits | Page d'accueil | David Foenkinos : Le potentiel érotique de ma femme »

19/08/2007

Martin Suter : Le diable de Milan

 

Couverture :
Lorsque Sonia, une jeune femme tout juste sortie d'un mariage étouffant et tumultueux, quitte la ville pour aller travailler dans un hôtel de luxe à la montagne, elle ne se doute pas un instant de ce qui l'attend. Dans la lourdeur paysanne de l'Engadine, ce vieil hôtel chargé d'histoire mais doté d'un " espace-forme " ultramoderne accueille des patients en cure. Dans ce roman noir et mystérieux, Martin Suter renoue avec l'atmosphère angoissante et le suspense haletant de La Face cachée de la lune et réussit un admirable tableau d'une région montagnarde de la Suisse romande, un univers confiné et menaçant, où l'âme des habitants se reflète dans un ciel en mutation constante. Suter met ici sa plume au service d'un véritable travail de peintre, entre le vert sombre des épicéas, le noir des orages, le blanc de la neige et l'argent de cet " espace-forme " high tech où tout semble pouvoir arriver. Ce nouveau thriller psychologique n'en a que plus de relief et d'efficacité et s'achève sur une scène stupéfiante qu'un Hitchcock n'aurait pas reniée.

Mon avis :
J'ai reçu ce livre en cadeau lors du « famous pique-nique » de la blogoboule et je ne peux que remercier la blogueuse qui me l'a offert. Désolée, impossible de me rappeler qui, j'ai honte.
C'est sombre, écrit simplement mais cela rajoute de la profondeur au texte. Peu à peu, le suspens monte et si au début j'ai eu un petit peu de mal à me passionner pour la vie de Sonia, cela n'aura été que le temps d'une cinquantaine de pages. Ensuite, je n'ai pas pu lacher le livre avant la fin (le tout aidé par un voyage en train de 3h30, j'avoue). L'atmosphère étouffante de ce village perdu est magnifiquement retranscrite. Il s'agit effectivement d'un véritable travail de peintre, les couleurs et la description des émotions au travers de ses couleurs sont très poétiquement retranscrites.
De plus, j'avoue avoir été surprise par le dénouement. Cerise sur le gâteau :)
Je pense rajouter sous peu un autre roman de cet auteur dans ma PAL. En tous cas, il est déjà dans ma LAL.

Commentaires

Ce livre je l'ai remarqué et je l'ai mis sur ma LAL

Écrit par : Malice | 19/08/2007

Répondre à ce commentaire

De lui, j'ai lu Lila, Lila (j'espère que je ne me trompe pas) et c'est prévu que j'en lise d'autres. J'ajoute celui-ci en tête de LAL !

Écrit par : Valdebaz | 19/08/2007

Répondre à ce commentaire

Et bien il est noté! Ca m'a l'air très appétissant!

Écrit par : chiffonnette | 19/08/2007

Répondre à ce commentaire

@valdebaz : j'ai noté dans ma Lal "la face cachée de la lune" qui semble être l'un de ses romans les plus connus. Je rajoute "Lila Lila" également (c'est bien ce titre, je viens de vérifier sur amazon :)

Écrit par : Stéphanie | 19/08/2007

Répondre à ce commentaire

Eh bien malgré ton très beau billet, je vais passer mon tour. Autant je saute sur tout les livres dont le décor se passe dans un hôtel, autant je n'accroche pas aux thrillers. En plus, j'ai l'impression que les auteurs ne savent pas faire autre chose que ça dans les hôtels ! Quel dommage...(heureusement que chez moi je n'ai encore jamais rien vu de macabre ;-))

Écrit par : Emeraude | 19/08/2007

Répondre à ce commentaire

La personne qui t'a offert ce livre pardonne ta mémoire défaillante ! Je suis bien contente que ce livre t'aies plu !

Écrit par : Tamara | 20/08/2007

Répondre à ce commentaire

@tamaramerci encore une fois :)

Écrit par : Stéphanie | 20/08/2007

Répondre à ce commentaire

Allez hop dans la LAL du calepin ;-)

Écrit par : Katell | 20/08/2007

Répondre à ce commentaire

J'ajoute celui-ci sur ma liste! J'avais lu Lila lila et Small World qui m'avaient tous deux plu.

Écrit par : Camille | 22/08/2007

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.