Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Didier van Cauwelaert : Un aller simple | Page d'accueil | Didier van Cauwelaert : Cheyenne »

16/07/2007

Guillaume Musso : Parce que je t'aime

Couverture :
Layla, une petite fille de cinq ans, disparait dans un centre commercial de Los Angeles. Ses parents, brisés, finissent par se séparer. Cinq ans plus tard, elle est retrouvée à l'endroit exact où on avait perdu sa trace. Elle est vivante, mais reste plongée dans un étrange mutisme. À la joie des retrouvailles, succèdent alors les interrogations. Où était Layla pendant cette période ? Avec qui ? Et surtout pourquoi est-elle revenue ?

Mon avis :
J'avais beaucoup aimé les précédents romans de Guillaume Musso et pourtant là le charme n'a pas vraiment agit. C'est agréable à lire, mais je n'ai pas ressenti la même impatience à connaitre la fin. Peut-être est ce aussi du à mon état d'esprit actuel. Guillaume Musso reprend en tous cas la même recette que pour ses livres précédents : une histoire romantique, un peu de surnaturel...
Dommage pour moi, mais je suis sure que ce nouveau livre devrait être un succès.

Commentaires

Moi en tout cas je cours l'acheter dès que j'ai fini Harry Potter 7.Y a pas mal de bon bouquin en ce moment que j'attendais avec impatience. Notament Marc Levy.J'espère que le charme agira avec moi, on verra bien mais j'ai un peu peur d'être lassée, c'est vrai qu'il reprend toujours le meme genre et style mais bon c'est sa façon d'écrire. D'ailleurs il écrit bien ce genre là et c'est une autre histoire.Au pire si je n'ai pas aimé, au moins j'aurai su m'occuper pendant mes vacances.à bientot peut-être,miniblonde.

Écrit par : Miniblonde | 23/07/2007

Répondre à ce commentaire

voici le début en sonore http://www.guillaumemusso.com/avec des bruitages. L'auteur ne lésine pas, et je pense comme toi.

Écrit par : rotko | 25/08/2007

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.