Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Sophie Kinsella : Confessions d'une accro du shopping | Page d'accueil | Cécile Slanka : Comment lui dire adieu »

24/05/2007

Didier van Cauwelaert : L'éducation d'une fée


Couverture :
"J'ai une femme que j'aime et qui est en train de me quitter, et un fils de son premier lit que j'adore et à qui je n'arrive pas à dire la vérité." Jamais Nicolas n'a énoncé aussi clairement sa situation depuis que le rêve a tourné au cauchemar. Le rêve c'est la double rencontre-miracle qui a changé la citrouille en carrosse : "Je suis tombé amoureux de deux personnes en même temps, un vendredi matin, dans un bus d'Air France." Le cauchemar, c'est le besoin d'Ingrid d'enterrer vivant tout ce bonheur malgré son amour pour Raoul, son fils, et pour Nicolas. Qu'y comprendre ? Devant Sezar, l'étudiante iranienne apparue comme pour panser ses plaies ou comme la fée que Raoul veut voir en elle, il est soudain possible d'être lucide mais aussi de réintroduire le merveilleux au sein du drame. Si Didier Van Cauwelaert connaît le succès que l'on sait, c'est sans doute pour cette force de vie inébranlable, ce passage à la lumière que comprennent souvent les grandes souffrances, et qu'il met à jour avec tant d'humour. Il a reçu le prix Goncourt en 1994 pour Un aller simple. --Laure Anciel

Mon avis :
Alors que j'ai refermé ce matin, "l'éducation d'une fée", je suis encore sous le charme de ce livre.
J'ai tout aimé! :)
Aussi bien, l'écriture, l'alternance de chapitre donnant la parole à César que ceux donnant la parole à Nicolas.
L'histoire est très belle, et comment effectivement ne pas tomber sous le charme de Raoul, le petit bonhomme qui veut croire aux fées pour sauver le mariage de ses parents.
Vive cette histoire d'amours, amours avec un s comme l'amour d'un mari pour son épouse, l'amour d'un père pour son enfant (même et surtout s'il n'est pas de son sang), l'amour amitié de deux inconnus que peu de choses contribuent à rapprocher...

Pour information, l'avis d'une autre blogueuse alias Caroline :
cliquez ici

Commentaires

Bah voilà, la magie aura agi sur Aude et toi, mais pas sur moi... dommage !

Écrit par : Caro[line] | 25/05/2007

Répondre à ce commentaire

J'avais beaucoup aimé "L'évangile de Jimmy", je n'ai pas encore lu celui que tu cites, qui est bien tentant, mais avant j'ai "Le père adopté" dans ma PAL !

Écrit par : Florinette | 01/06/2007

Répondre à ce commentaire

Sans avoir "adoré", j'avais bien aimé ce roman grâce auquel j'ai découvert Van Cauwelaert. Je l'avais trouvé frais tout en étant construit.

Écrit par : kalistina | 12/08/2007

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.